La charge est rude mais régulière

Avis sur Network - Main basse sur la TV

Avatar Simon Deschamps
Critique publiée par le

Réalisé en 1976, le film garde encore aujourd'hui une pertinence assez remarquable.
On est aujourd'hui bercé par l'info spectacle à tout prix, symbolisé par la quête perpétuelle d'une info glanée en direct, d'une exclu.
En cela, les personnages cyniques de Robert Duvall et Faye Dunaway me semblent malheureusement plus que réalistes, encore en 2020. Dunaway n'a plus aucune perception du monde qui l'entoure. Elle voit sa vie et ses interactions sociales comme de possibles sujets à sensation.
Robert Duvall représente lui les décisionnaires , prêts à tout pour voir une courbe d'audience grimper. Je pense qu'aujourd'hui dans le monde de la TV, on doit trouver des personnes pas si éloignées de l'état d'esprit de Duvall.
Le film frappe donc fort, sans beaucoup de nuances néanmoins. Il gagne donc en intensité ce qu'il perd en émotions.
Et malgré toute la pertinence du propos, l'ascension du personnage de Peter Finch me parait assez peu crédible. Tout comme la scène finale de son assassinat (et la scène de préméditation qui la précède) me semble too much. Lumet en rajoute une couche là où il n'était pas spécialement nécessaire. On avait compris son propos, qui s'affaiblit de fait.
Même ressenti pour l'histoire d'amour inutile entre Dunaway et Will Holden , on n'y croit pas spécialement et on s'en fout un peu. Pourtant le film insiste là dessus. Surtout que cette romance ne sert finalement qu'à illustrer la déconnexion de Dunaway par rapport à son environnement social. On le comprend bien en 2 scènes, selon moi.
Film intéressant donc, dénonciation forte du monde de la TV et de l'infotainment, mais qui s'affaiblit de péripéties sentimentales dispensables.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 23 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Simon Deschamps Network - Main basse sur la TV