👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Nuages épars

Midaregumo

1967

529

429

66

7.7

Film de Mikio Naruse · 1 h 48 min · 18 novembre 1967 (Japon)

Genre : Drame

Casting (acteurs principaux) :

Yūzō Kayama, Yôko Tsukasa, Mitsuko Kusabue, Mitsuko Mori, Mie Hama, Daisuke Katô, Yoshio Tsuchiya, Yû Fujiki

Pays d'origine :

Japon
Casting complet et fiche technique

Rongé par le remords, un homme décide de verser une pension à la veuve de l'homme qu'il a tué accidentellement, et tombe amoureux d'elle.

Gaspard_

Gaspard_

Quelqu'un pourrait quand même expliquer où est passé le gosse ?

il y a 5 ans

2 j'aime

4

voiron

voiron

Nuages épars est une belle histoire de deuil et d’amour impossible.

il y a plus d’un an

Alligator
9
Alligator

Critique positive la plus appréciée

Critique de par Alligator

Juillet 2009: Un Naruse sombre jouant avec subtilité sur des éléments traditionnels et simples du mélodrame romantiques. Toujours avec un soucis quasi naturaliste que les personnages complexes...

Lire la critique

il y a 9 ans

Maqroll
10
Maqroll

Critique de par Maqroll

Le dernier film de Naruse, son testament, peut-être son chef-d’œuvre. Sur une histoire très simple et déchirante, il parvient à nous faire partager son amour de l’humanité en même temps que son...

Lire la critique

il y a 9 ans

Zeldafan70
9
Zeldafan70

La collision des sentiments

Nuages épars est le dernier long-métrage du grand cinéaste japonais Mikio Naruse. Réalisé en 1967, ce film raconte l'histoire déchirante de deux individus dont les trajectoires vont tragiquement...

Lire la critique

il y a 1 an

JoggingCapybara
7

Tout ce que la pluie permet

Denier film de Mikio Naruse, « Nuages épars » se déroule dans le cadre de traits de narration relativement grossiers, à l’échelle de son cinéaste. On se croirait parfois face à un Douglas Sirk, tant...

Lire la critique

il y a 2 ans

FrankyFockers
7

Critique de par FrankyFockers

Je découvre enfin Naruse, et affiche son dernier film, je crois son seul en couleurs sur sa quasi centaine de réalisation. Un mélodrame éminemment sirkien, visuellement sublime, mais qui ne m'émeut...

Lire la critique

il y a 3 ans