👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Deuxième volet de la trilogie de la vengeance de Park Chan Wook, Old Boy se montre à la fois dans une continuité cohérente et une illustration différente du thème qui le lie au film qui le précède.

Donc si vous aviez pris une baffe à la vision du premier opus, tendez l'autre joue, ça changera.

Sans concession, plus esthétisant et moins terre à terre parce que débarrassé du discours social sous-jacent de Sympathy For Mr Vengeance (SFMV), mais n'hésitant pas à aller lui aussi jusqu'au bout de son propos, le volet central de la trilogie se révèle encore plus noir, encore plus glauque, encore plus intense, et surtout plus tragique et sordide.

Si dans SFMV la vengeance se montrait tout aussi légitime que grotesque, accablante par les répercussions regrettables des actes pulsionnels qu'elle provoquait, dans Old Boy la vengeance est bien plus calculée et préparée. C'est d'ailleurs—d'autant plus lorsque l'on connait l'élément déclencheur de l'engrenage qui concerne l'histoire du film— ce qui nous fait nous demander si cela ne la rend pas plus absurde.

Encore une fois, Park nous montre les agissements d'hommes dénués de toute humanité, ou tout du moins de personnages à l'apparence humaine devenus la manifestation d'un instinct primaire les rapprochant de l'animal ou du monstre ; et tout ceci tire son origine dans ce qui fait justement l'humanité de l'homme : l'erreur.
En effet, toujours dans la démonstration de cet effet boule de neige introduit dans SFMV, Park nous conte l'histoire d'une vengeance implacable engendrée au départ par de simples faits qui a priori n'auraient pas pu avoir de telles conséquences. C'est justement ce qui donne toute sa dimension tragique au film, l'une de ses principales réussites.

Old Boy figure parmi ces films qui par leurs partis pris sans concession peuvent faire mouche comme rebuter. En l'occurrence le parti pris esthétisant contrastant avec le réalisme de SFMV, le parti pris scénaristique d'assumer jusqu'au bout sa démarche et d'éviter les écueils jusqu'à la conclusion, le parti pris d'une interprétation intense mais non surjouée qui ailleurs pourrait facilement passer pour de la surenchère (chapeau bas à un Choi Min-sik parfait et juste). Et puis surtout le parti pris d'escalader la pente glissante du thème de la vengeance avec adresse, sujet pourtant si (facilement) propice au ridicule ou à l'auto-parodie involontaire, comme nous le montre la filmo de Van Damme.

Ce que l'on retiendra du film, outre son sujet fort et son traitement efficace, son interprétation au diapason et les questionnements qu'il soulève, c'est aussi sa musique et particulièrement son thème principal doux amère dont les notes hantent encore l'esprit après le visionnage. Celui-ci renforce encore l'impression de tragédie ironique et pathétique qui enveloppe le destin des personnages ; eux que l'on a cru condamnés, puis maîtres de leur destinées, pour mieux réaliser que la vengeance les a damnés pour toujours.

Fort et marquant.


P.S: Cette critique est en lien avec celle de Sympathy for Mr Vengeance: http://sens.sc/IP2ue9 et celle de Lady Vengeance: http://sens.sc/KJVxHe
Old Boy
LeChiendeSinope
10
Old Boy

Ris et tout le monde rira avec toi, pleure et tu seras le seul à pleurer.

La critique a défoncé ce film. Le traitant parfois de vulgaire jeu-vidéo. N'ont-ils donc rien compris au film, ou est-ce une manière de cracher sur la nouvelle vague sud-coréenne, ou même sur tous...

Lire la critique

il y a 12 ans

207 j'aime

19

Old Boy
Sergent_Pepper
9
Old Boy

Mignonne allons voir si l'hypnose...

Quand je suis allé voir Old Boy en 2004, j’ai été traumatisé dès les premières minutes. Toujours en avance dans mon petit cinéma art et essai préférée, j’ai savouré l’extinction des lumières et me...

Lire la critique

il y a 8 ans

201 j'aime

9

Old Boy
drélium
5
Old Boy

Comme son réal. Aussi gonflé que gonflant.

Le très maîtrisé et le très surfait se côtoient avec un rare équilibre dans Old Boy. Esthétiquement, le travail est très poussé, la mise en scène se veut (sur)stylisée et colle à l'ambiance glauque...

Lire la critique

il y a 11 ans

138 j'aime

30

Gravity
real_folk_blues
5
Gravity

2013 L'odysée de l'espèce di counasse...

Évidemment, un pauvre connard cynique comme moi ne pouvait pas ne pas trouver son mot à redire. Évidemment, si je devais me faire une idée de la qualité du truc au buzz qu’il suscite, deux options...

Lire la critique

il y a 8 ans

284 j'aime

121

Divergente
real_folk_blues
1
Divergente

Dix verges hantent ces lignes...

Ça fait un moment que j’ai pas ouvert ma gueule par ici. J’aurais pu faire un come back de poète en disant de bien belles choses sur Moonrise Kingdom, vu récemment ; mais non. Fallait que ça...

Lire la critique

il y a 8 ans

270 j'aime

92

Upside Down
real_folk_blues
2
Upside Down

De quoi se retourner dans sa tombe...

J’ai trouvé une formule tirée de ce film à la rigueur scientifique inégalable : Bouillie numérique + histoire d’amour = Twilight. Je soustrait les poils de Taylor Lautner et je rajoute des abeilles...

Lire la critique

il y a 9 ans

242 j'aime

39