U-chronique

Avis sur Once Upon a Time... in Hollywood

Avatar DjeeVanCleef
Critique publiée par le

Quand j’étais petit, j’habitais au rez-de-chaussée.
Jusqu’à mes dix-sept ans, je dirais.
Faut avoir de l’imagination quand t’habites au RDC. Faut pas être enclin à se laisser un tant soit peu submerger par la mélancolie. Faut pas écouter du PNL. Faut être solide.
Sinon tu peux facilement déprimer, avoir des envies de suicide.
Sans avoir la possibilité Mike Brant.
Tu peux te tirer une balle dans la carafe, voire pire, devenir concierge.
Non, faut trop d’imagination pour habiter au ras du sol.
Ou faut la télé.
Bien sûr que j’avais des fenêtres, j’ai pas grandi à Guantánamo.
Mais bon, une vue imprenable sur une rue du Bas-Montreuil, en semaine, c’est aussi palpitant que la vie sexuelle de Macron.
Parfois, tu vois passer une vieille.
Sauf les week-ends bien sûr, où il y a le marché aux Puces de la porte de Montreuil, mais vas-y, crois-moi, ça fait pas un week-end.
Et puis, je suis pas un chat, putain.
À regarder passer les gens.
Et tout ce qui s’ensuit.
Tiens, Kader va acheter son pain... Oh, Madeleine a mis sa robe bleue... Mais c’est pas Gaston, lui ?

Le Cinéma, les films, ça m’a sauvé la vie.
Depuis petit, j’ai toujours pensé que le cinéma était une fenêtre, ma fenêtre.
Et alors que je poursuis, tant bien que mal, ma petite vie de connard arrogant, je suis pas loin de penser la même chose.

Donc, ce Tarantino, pour moi, c’est encore un cadeau. Je mets 10 sur SC. Je me suis fait une raison, d’ailleurs. J’imagine que je devrais me poser les bonnes questions et ce, même si j’ai toujours adoré les contes de fées.
Peut-on glorifier un tueur de femme même si elle était chiante ?
Nous faire croire qu’on pouvait vivre dans une caravane, juste derrière un drive-in et regarder Mannix à la télé ?
Continuer à faire des films quand on a été le poulain Weinstein ?
Avoir l’outrecuidance d’accuser la soixantaine avec autant d’aisance que l’excellent Brad Pitt ?
Est-il décent de manger le céleri de son Bloody Mary ?
A-t-on le droit de comparer les nazis aux hippies ?
Purée c’est qui lui déjà ?
Est-il judicieux de reprendre une troisième assiette de boulets liégeois alors qu’il ne reste plus de frites ?
Faire cohabiter une vision du Vieil et du Nouvel Hollywood dans une même impasse, c’est un message ?
Peut-on avoir un auto-radio pour narrateur ?
L’inventeur de la chemise Hawaïenne était-il aveugle ?
Est-il seulement possible de trouver des jeunes filles, vivantes, dans les poubelles de Los Angeles ?
Est-ce qu’un flash-back dans un flash-back, c’est pas dangereux pour la santé mentale ?
Pourquoi recréer Hollywood Boulevard à l’identique, fermer les McDo, les Starbucks, pour une poursuite automobile avec le vent ?
Est-ce que fumer des Red Apple, ça compte dans les 5 fruits et légumes par jour ?
Et surtout :
Est-ce que le fils du personnage de Brad Pitt dans ce film est le Brad Pitt de True Romance ?

Mais bon, les questions t’as vu, c’est bon pour ceux qui cherchent des réponses. Moi je m’en contre-branle, j’ai kiffé.

Après le rez-de-chaussée, Inch’Allah, j’ai habité en étage, au troisième d’un vieil immeuble dans le XII, qu’avait dans son vieux ventre un escalier en colimaçon grinçant.
C’était un peu dans son jus.
Quand t’arrivais au 1er , la vieille du 1er (que j’ai jamais vue putain !) derrière sa porte, demandait systématiquement « qu’est ce que céééééééééé? »et il n’était pas rare qu’elle accompagne la fin de mon ascension de quelques jurons car je répondais jamais.
Jamais !
Répondre quoi d’abord ?
«T’es sourde, la vieille, je gravis dans la peine ce maudit escalier. Pas la peine de s’exciter. Tu confonds mon pas altier avec le bagou d’un de tes soupirants. Va donc finir ta soupe, la vieille » ???
J’aime pas les gens, soit. Et comme tout un chacun, de surcroît, les vieux.
Mais je suis quand même civilisé.
Alors, je répondais jamais.
Je suis pas assistante sociale.
Ni Don Camillo.
Je préférais qu’elle m’insulte.

Aujourd’hui, grâce à Quentin, j’ai une porte-fenêtre qui domine la vallée de L.A. frère.
Il y a le soleil qui passe un peu à travers mes verres orangés.
Au bras de ma Cadillac crème de Reservoir Dogs.
Ça va.

La bise.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 805 fois
63 apprécient · 4 n'apprécient pas

DjeeVanCleef a ajouté ce film à 2 listes Once Upon a Time... in Hollywood

  • Films
    Cover 2020

    2020

    Avec : Jeremiah Johnson, L'amour vient en dansant, Un cœur pris au piège, Madame et ses flirts,

  • Sondage Films
    Cover Les meilleurs films de 2019

    Les meilleurs films de 2019

    Avec : Once Upon a Time... in Hollywood, Parasite, Traîné sur le bitume, El Camino : un film Breaking Bad,

Autres actions de DjeeVanCleef Once Upon a Time... in Hollywood