👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

"Manger une pomme c'est mieux que de la regarder" (ou à peu près)

Poetry est globalement une petite déception dans mon monde d'engouement pour le cinéma sud coréen. Je suis sortie un peu troublée par le film mais dans l'ensemble, et à mon grand désarroi, la frontière de l'ennui a été franchie...

Pourtant j'ai tenté de m'accrocher au joli visage de Mija, à ses frivolités, à sa quête insistante et pleine de candeur vis-à-vis de la poésie. Mais l'histoire m'a laissé perplexe.

L'implication de son petit-fils dans un viol collectif achevé par le suicide la jeune fille la peine profondément, mais sa réaction est d'avoir de l'empathie pour la collégienne et pratiquement aucune remontrance envers Wook (d'ailleurs aucun des six violeurs ne semblent être inquiétés par leur famille ou professeurs, autre élément un peu perturbant !).
Elle poursuit les pas du fantôme mais pas le bourreau. On pourrait se dire que c'est parce qu'elle protège envers et contre tout son petit-fils, mais est-ce bien cela ? On dirait que l'horreur l'effleure mais qu'elle la repousse. Incompréhension ? Déni ? Désir de voir la poésie en toute chose ? Maladie ?

En parlant de maladie, le thème d'Alzheimer est amené dès le départ et mon petit esprit était déjà en train de divaguer dans un scénario autour de la perte de mémoire et de l'élaboration de poèmes, un truc cool quoi. Ben non, la maladie est là encore esquissée mais se perd dans le reste de l'histoire.

Et puis la poésie elle-même devient chiante, au travers des cours que Mija prend; le prof débite des phrases pour midinettes, les élèves racontent des histoires qui ralentissent le rythme au lieu de nous émouvoir, un flic se sert de séances de déclamation pour raconter ses pensées grivoises, bref une belle brochette d'ennui.

En bref je mets la note de 5 pour l'actrice dont le jeu en contrastes m'a vraiment plu mais qui a été desservie par une histoire tarabiscotée (putain j'ai pas écrit ce mot depuis mes 10 ans). Vraiment dommage, j'étais à deux doigts d'y croire.
pbdh
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste "you could have been number one, if you only had the time"...

il y a 11 ans

13 j'aime

4 commentaires

Poetry
takeshi29
9
Poetry

Lee Chang-Dong creuse son sillon

Avec "Poetry", Lee Chang-Dong creuse son sillon, convoquant tour à tour les thèmes qui arpentent son cinéma depuis ses débuts : le temps qui passe, la mort (et pour la deuxième fois le suicide),...

Lire la critique

il y a 7 ans

27 j'aime

2

Poetry
Amethyste
7
Poetry

Filmer la poésie.

Je découvre petit à petit le cinéma coréen et je ne peux que m'émerveiller quand je tombe une fois de plus face à une perle comme Poetry. Étant encore novice dans ce cinéma, je ne connaissais que la...

Lire la critique

il y a 10 ans

24 j'aime

13

Poetry
toutestneutral
5
Poetry

Critique de Poetry par toutestneutral

Pitch : A 65 ans, tout va mal pour Mija (Yun Junghee). Elle perd la mémoire, son petit-fils dont elle a la charge est accusé de viol, et même si un arrangement peut être trouvé avec la famille de la...

Lire la critique

il y a 11 ans

19 j'aime

1

Les Émotifs anonymes
pbdh
8

Critique de Les Émotifs anonymes par pbdh

Malgré le fait que j'étais complètement shootée aux médocs et que mes yeux pleuraient de fièvre (ouais je suis hardcore comme fille, j'vais au ciné bravant la maladie. Ou pour filer mes miasmes à mes...

Lire la critique

il y a 11 ans

14 j'aime

4

Poetry
pbdh
5
Poetry

"Manger une pomme c'est mieux que de la regarder" (ou à peu près)

Poetry est globalement une petite déception dans mon monde d'engouement pour le cinéma sud coréen. Je suis sortie un peu troublée par le film mais dans l'ensemble, et à mon grand désarroi, la...

Lire la critique

il y a 11 ans

13 j'aime

4

Moi, toi et tous les autres
pbdh
9

"back and forth..." eh ben ^^

Putain mais quelle bouffée d'air déjanté ce film ! Et quel plaisir que de suivre les personnages, tous plus à la masse les uns que les autres, dans leur recherche des autres justement. Car oui...

Lire la critique

il y a 11 ans

12 j'aime