Bande-annonce
Affiche Quand la ville dort

Quand la ville dort

(1950)

The Asphalt Jungle

12345678910
Quand ?
7.7
  1. 3
  2. 1
  3. 2
  4. 10
  5. 42
  6. 117
  7. 361
  8. 430
  9. 167
  10. 72
  • 1.2K
  • 118
  • 1.4K

Doc' Riedenschneider vient d’échafauder un nouveau plan pour le cambriolage d'une bijouterie dont le butin s'élèverait à un million de dollars. Pour monter son coup, il engage Louis, briseur de coffres, le chauffeur Gus, Dix Handley comme homme de main et Emmerich afin de financer l'opération.

Casting : acteurs principauxQuand la ville dort
Casting complet du film Quand la ville dort
Match des critiques
les meilleurs avis
Quand la ville dort
VS
Avatar Bernard-Blaise Posso
10
La Voix des vaincus

La Vie et la Ville étouffent le destin probable de ceux qui tentent une dernière chance pour en sortir. Très grand cinéaste de la faille qui brise l'ambition des impétrants qui osent, John Huston a cassé les valeurs des séries B, aux valeurs morales indiscutables pour un public tanné aux règles sociétales lourdes comme du marbre, dès le Trésor de la Sierra Madre dans lequel il en appelait à la Fatalité sans juger les protagonistes. Ce film allait être fondateur...

24 9
Critique de Quand la ville dort par Adrast

Après s'être jeté sur le papy en conservant l'eau du bain, un traître mot m'est vite venu à l'esprit. Ni une ni deux, je me disais que Quand la ville dort, The Asphalt Jungle pour son titre ridicule/original/français n'est pas aussi classe en termes de mise en scène que La nuit du chasseur, et pas aussi scénaristiquement fameux que Citizen Kane. Et pourquoi alors ? Parce que la trame est tournée en priorité vers la psychologie des personnages et en second plan vers la satire sociale. En... Lire la critique de Quand la ville dort

3 2
Critiques : avis d'internautes (32)
Quand la ville dort
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Critique de Quand la ville dort par Zogarok

Neuf ans plus tôt, John Huston ouvrait l'âge d'or du film noir américain avec Le Faucon Maltais. Sorti en 1950 comme Boulevard du Crépuscule, The Asphalt Jungle est passé à la postérité pour une de ses vertus secondaires, la présence de Marilyn Monroe dans son premier rôle marquant. Elle n'a que trois scènes où elle interprète une amante ingénue, captive et... Lire la critique de Quand la ville dort

5
Avatar Zogarok
7
Zogarok ·
Découverte
Huston d'or

C'est marrant c'est finalement quand je commence à avoir plein de recherche à faire que je me retourne sur mon vieux mémoire et que je me dis qu'il serait temps de l'écrire, cette critique du plus beau film du monde. En 1903 Georg Simmel écrit "Métropole et mentalité", il y traite de ce qu'il appelle "l'attitude de réserve" des habitants des villes, à savoir une antipathie première et... Lire l'avis à propos de Quand la ville dort

28 5
Avatar Beefheart
10
Beefheart ·
Welcome to the Jungle

Alors qu’il devait réaliser Quo Vadis avec Gregory Peck, John Huston se voit rediriger vers un autre projet, l’adaptation du roman de William Burnett The Asphalt Jungle, suite à une maladie qui toucha l'acteur. Avec Quand La Ville Dort on navigue en plein film noir et c’est un régal, l’atmosphère mêle vapeurs d’alcool, imperméable, cigarettes, chapeau en... Lire l'avis à propos de Quand la ville dort

31 7
Avatar Docteur_Jivago
9
Docteur_Jivago ·
Black to the future

Le film noir est pourtant rodé depuis une bonne décennie lorsque sort le film de John Huston, qui a contribué à sa naissance avec son premier coup de maître, Le Faucon Maltais. Le revoir revenir au genre en 1950 pourrait donner lieu à des redites dispensables : il n’en est rien, et avec Quand la ville dort, il écrit encore un chapitre important du... Lire la critique de Quand la ville dort

23
Avatar Sergent Pepper
8
Sergent Pepper ·
On entend mieux baiser les chats.

J'ai exactement le même problème avec les films noirs de l'après-guerre qu'avec le western à papa. L'oeuvre en question aura beau être irréprochable, je n'arriverai pas à me plonger dedans ou à ressentir la moindre petite émotion, à quelques exceptions prêtes. Je n'y peux rien, c'est plus fort que moi. Issu de l'école des Peckinpah, Leone, Scorsese, Coppola et Tarantino, j'ai besoin de sang, de... Lire l'avis à propos de Quand la ville dort

13 4
Avatar Gand-Alf
6
Gand-Alf ·
Toutes les critiques du film Quand la ville dort (32)
Bande-annonce Quand la ville dort
Vous pourriez également aimer...