👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Dans ce spectacle audacieux et original, Alexandre Astier explore le travail de Jean-Sébastien Bach.
Acariâtre, on peut le voir brailler, pester, vociférer et déblatérer durant une heure et demi.

Si l'art de faire demeurer son entrain personnel consiste à s'auto-satisfaire de ses connaissances et des idées qui jalonnent son quotidien, en protégeant soigneusement ce solipsisme à coup de réparties péremptoires, Que ma joie demeure se pose en cours magistral, à condition bien entendu que cette manière d'être vous procure de la joie.

En revanche, imaginer ce spectacle comme l'occasion d'en apprendre plus sur Bach, sur les aléas de la vie d'un compositeur du XVIIIème siècle ou d'entendre quelques blagues serait une cruciale erreur.
J'ai essayé, faute de plaisir, de transposer ce que je voyais sur l'idée d'une conférence que je prendrais en note et n'ai pu qu'appréhender le fourvoiement de l'orateur quant à sa mission instructive.

On ne peut pourtant pas dire qu'Astier s'écoute parler car il se donne à son public avec méthode et précision. Il se donne en spectacle, généreusement, étale sa culture, offre avec honnêteté les petites et grandes idées que lui a inspirées le personnage de Bach.
Il aurait cependant pu s'avérer opportun qu'il s'essaie à un regard extérieur sur ledit spectacle en se posant la question de l'ennui.

Personnellement, je l'ai trouvé ici relativement irascible, clairement désagréable, très autophile* et volontairement inaccessible.

À n'en pas douter Bach aurait observé cette œuvre avec circonspection.
Pour ma part, je crois que j'aurais trouvé étonnant de voir quelqu'un d'avisé en matière de musique, ayant étudié mon travail, se lancer dans une si libre adaptation de ma personnalité au point qu'elle frise l'hybridation artistique.
J'aurais félicité les auteurs en m’assurant de ne pas les avoir trop "dérangés" et en leur affirmant mon humble satisfaction de voir que mon travail a pu être choisi pour servir de support au jeu d'un personnage si "abouti", bien que craignant de ne pas avoir compris son intérêt.

J'aime bien Alexandre Astier mais là, c'était difficile d'apprécier un râleur satisfait de lui-même, pensant à tort que toute idée authentique de sa part vaut de l'or. Certains passages en étaient même gênants.


  • (j'ai aperçu une critique qui titrait sur la mégalomanie, je ne l'ai pas lue et n'ai pas utilisé ce terme mais je comprends :


Je me félicite de ne pas avoir payé pour aller voir ce "spectacle". En effet, observer un homme acariâtre satisfait de sa misanthropie se plaindre de long en large sur un ton désabusé s'avère clairement suffisamment désagréable pour ne pas avoir à payer en plus pour ça.

Les gens sont contents qu'on leur parle de musique à un autre niveau et hurlent au génie. Astier ne se révèle pourtant pas bon professeur ou même bon critique. Il fait étalage de sa "science" et le public qui n'est pas idolâtre se retrouve extrêmement perplexe quant à ce qu'il est sensé retenir.

Les digressions vers d'autres remarques sont carrément affligeantes : n'importe qui ferait part de ses petits "trucs" personnels sur un ton autrement plus agréable et plus humble.

Quelqu'un a dit "mégalomanie" ? Bien sûr.
Ou alors victime de sa notoriété qui lui apporte beaucoup de propositions et il se contente de gagner sa vie sans trop se fouler ? Possible mais auquel cas certaines parties médiocres et désagréables du spectacle dénotent un véritable mépris pour le public. )

LancelotChat
2
Écrit par

il y a 4 ans

1 j'aime

Que ma joie demeure !
Sergent_Pepper
7

Passe ton Bach d’abord.

Ce spectacle d’Alexandre Astier a bien des mérites, le premier étant son originalité. Inattendu sur un terrain qu’il maitrise pourtant parfaitement, notre roi Arthur préféré explore les terres de la...

Lire la critique

il y a 8 ans

46 j'aime

Que ma joie demeure !
SanFelice
7

Herz und Mund und Tat und Leben

Disons-le tout de suite : cette pièce de théâtre est réservée aux admirateurs d'Alexandre Astier. Tout ce qu'on avait aimé ailleurs (en particulier tout au long de Kaamelott) se retrouve ici. A...

Lire la critique

il y a 9 ans

44 j'aime

1

Que ma joie demeure !
Jambalaya
10

Le Roi Arthur est mort, vive le Roi !

C'est avec un mélange de crainte et d'envie qu'on aborde la découverte de Que Ma Joie Demeure. On souhaite ardemment voir Alexandre Astier démontrer qu'il est capable avec brio de se défaire des...

Lire la critique

il y a 9 ans

41 j'aime

9

Loue-moi !
LancelotChat
2
Loue-moi !

Il faut battre la mayonnaise

Pour un film léger, le casting est sympathique voire attachant. Toutefois certaines scènes sont parfois un brin surjouées et le film n'est pas drôle alors qu'on s'attend au contraire. L'idée de la...

Lire la critique

il y a 4 ans

2 j'aime

L'Esprit critique
LancelotChat
5

Bâclé ?

Déception. Ça commence pas mal et on trouve tout au long de la BD de bonnes idées de mise en forme. Cependant c'est rapidement désagréable à lire : un seul personnage parle dans une interminable...

Lire la critique

il y a 6 mois

1 j'aime

Squeezie
LancelotChat
7
Squeezie

La chaîne de la confiance

Le contenu très aléatoire du Squeezie... On y trouve quelques vidéos nulles, parfois même on renonce d'emblée à les regarder et on fait peut-être bien (il m'a perdue sur les loisirs créatifs, je...

Lire la critique

il y a 2 ans

1 j'aime