👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Confessions intimes d'une misérable bite.

Refusé par toutes les chaînes de télévision, Seul contre tous, premier long-métrage de Gaspar Noé, aura mis cinq ans à voir le jour, le cinéaste ayant dû financer le film de sa poche. Un sacrifice payant, le film raflant une succession de prix dans de nombreux festivals et gagnant au fil des années le statut d'oeuvre culte.

Suite du moyen-métrage Carne tourné en 1991, Seul contre tous nous plonge à nouveau dans la psyché de son personnage principal, un ancien boucher sortant de prison rongé par la haine et le dégoût du monde qui l'entoure, obsédé par l'amour déviant qu'il porte à sa fille. De tous les plans ou presque, Philippe Nahon impressionne une fois encore dans la peau de cet être abjecte et répugnant, reflet d'une France dégueulasse, raciste et terne, en état de délabrement avancé.

Prisonnier des pensées malades d'un anti-héros détestable, le spectateur ne pourra que ressentir un profond malaise face à un tel étalage de colère et de rage contenue, l'impossibilité de s'échapper rendant l'expérience proprement inconfortable et limite suffocante. Un exercice casse-gueule et constamment sur le fil, que Gaspar Noé parvient à dynamiter par le biais d'une écriture saisissante (le monologue de Nahon contient un certain nombre de "perles"), d'un montage inventif et d'une mise en scène percutante.

Laissant son audience se dépatouiller comme elle peut avec la noirceur et les horreurs qu'il lui jette à la gueule, Gaspar Noé signe une oeuvre choc qui ne laissera personne indifférent, un concentré de déviance qui a toutefois le mérite de taper là où ça fait mal. Une expérience dure et éprouvante, que l'on est tout à fait en droit de rejeter en bloc.

il y a 7 ans

55 j'aime

3 commentaires

Seul contre tous
DjeeVanCleef
10

Voyage au bout de l'enfer.

Après ses joyeuses aventures passées, le Boucher sort de prison. Toujours la même chanson mais en pire. La bête est malade et déverse sa bile, creuse le sillon de la haine ordinaire, crachant son...

Lire la critique

il y a 9 ans

87 j'aime

19

Seul contre tous
Gand-Alf
7

Confessions intimes d'une misérable bite.

Refusé par toutes les chaînes de télévision, Seul contre tous, premier long-métrage de Gaspar Noé, aura mis cinq ans à voir le jour, le cinéaste ayant dû financer le film de sa poche. Un sacrifice...

Lire la critique

il y a 7 ans

55 j'aime

3

Seul contre tous
YellowStone
6

La critique de Schrödinger

Ce film est une merde. 3/10 C'est l'histoire d'un connard. Une espèce de prolo dégueulasse, un type incapable de voir au-delà du bout de son nez, qui n'a jamais rien fait de mieux que de se...

Lire la critique

il y a 9 ans

34 j'aime

4

Gravity
Gand-Alf
9
Gravity

Enter the void.

On ne va pas se mentir, "Gravity" n'est en aucun cas la petite révolution vendue par des pseudo-journalistes en quête désespérée de succès populaire et ne cherche de toute façon à aucun moment à...

Lire la critique

il y a 8 ans

264 j'aime

36

Interstellar
Gand-Alf
9
Interstellar

Demande à la poussière.

Les comparaisons systématiques avec "2001" dès qu'un film se déroule dans l'espace ayant tendance à me pomper l'ozone, je ne citerais à aucun moment l'oeuvre intouchable de Stanley Kubrick, la...

Lire la critique

il y a 7 ans

246 j'aime

13

Mad Max - Fury Road
Gand-Alf
10

De bruit et de fureur.

Il y a maintenant trente six ans, George Miller apportait un sacré vent de fraîcheur au sein de la série B avec une production aussi modeste que fracassante. Peu après, adoubé par Hollywood, le...

Lire la critique

il y a 7 ans

206 j'aime

25