Les jeux de l'amour et de l'autosatisfecit

Avis sur Sexe, Mensonges et Vidéo

Avatar STEINER
Critique publiée par le

Un budget modeste, une production indépendante, des acteurs presque tous débutants, une description qui se veut ironique du mode de vie contemporain, dominé par la libération sexuelle, la manie de la psychothérapie et le culte des nouvelles technologies, autant de signes déjà à l’œuvre chez Woody Allen ou Paul Mazursky, et trouvant son adepte le plus décalé à défaut d’être le plus attachant en la personne de Steven Soderbergh.Ayant pour ambition inconditionnée de secouer le joug des compagnies, de recruter une petite équipe solide émancipée des producteurs, de se réserver un contrôle artistique optimal jusqu’au final cut et de s’en tenir à un intimisme précisément dans l’esprit de son auteur gage d’indépendance et donc de liberté artistique, ce lien de cause-conséquence n’a pourtant rien d’une évidence créatrice à la vue de ces chassés-croisés un peu vain autour d’un magnétoscope qui a finalement bien du mal, envers et contre son objectif initial, de laisser la place à la tendresse et l’émotion.Loin d’une subtile leçon de morale à la Lubitsch ou à la Cukor, nous voyons défiler une petite étude de mœurs plutôt cul-cul la praline et chichiteuse en diable qui lui a étrangement valu une palme d’or, décernée par un jury cannois depuis lors jamais vraiment sorti déniaisé de cette pseudo effronterie institutionnelle sointant de partout la pusillanimité satisfaite.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 786 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de STEINER Sexe, Mensonges et Vidéo