👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Etat de l'art du cinéma numérique

Ce documentaire d'une heure et demie présente l'évolution de la technologie numérique dans le monde du cinéma, dans un premier temps du point de vue du directeur de la photo, puis de l'ensemble de l'industrie : du réalisateur au producteur, pendant la prod puis en post, pour la diffusion puis le stockage.

On avance grâce à un montage croisé de nombreux intervenants (de différentes professions dans le milieu) ce qui permet de présenter un casting de fou furieux : Fincher, Soderbergh, Scorcese, Rodriguez, Lynch, Linklater, Lucas, Boyle, Nolan, Cameron, von Trier etc pour les réalisateurs (oui, l'ordre choisi n'est pas un hasard) ; mais aussi Michael Ballhaus, Vittorio Storaro, Vilmos Zsigmond, Wally Pfister, etc pour les DP. Mais bizarrement, pas de Coppola, pas de frères Coen, pas de Spielberg, pas de Deakins... Passons.

Ok, on apprend quelques trucs, mais le coeur du documentaire est réellement de nous présenter le point de vue de chacun des interviewés au cours de l'évolution (et l'amélioration) de la technologie. Beaucoup aiment le fait que le numérique permette d'afficher sur des écrans de sortie ce qui est filmé en direct et de pouvoir le rejouer après. D'autres apprécient l'absence de coupure nécessaire pour changer la bobine de pellicule sur la caméra. Certains n'aiment pas le rendu des couleurs. L'introduction de la 3D (oh noes). La démocratisation grâce aux DSLRs et la victoire de la quantité sur la qualité. Bref, il y a de tout. Mais globalement, c'est du obvious.

Les questions sensibles ne sont malheureusement pas abordées : est-ce que suivre le tournage sur un écran 20" (voire même 40") et non en visu permet quand même au réalisateur de s'assurer de la qualité des performances d'acteur ? Pour quel type de film, ou d'histoire, utiliser du numérique ou de la pellicule ? Les problèmes de la résolution lors des transferts (il y a 3 ans, le 2K était la norme pour du numérique. Cette année, RED introduit le 5K). La perte de vitesse de la 3D (oh yes).

Mais le documentaire présente un rythme tellement soutenu que l'on ne se pose pas vraiment ces questions lors du visionnage. Ce qui est dit est suffisamment intéressant pour plaire à toute personne attirée par la technique du cinéma.

Le gros problème vient de la fin du documentaire : tout tombe à plat et c'est bien dommage. Aucune ouverture nouvelle au sujet n'est présentée, aucune nouvelle piste de réflexion n'est lancée. Le film finit sur le fait que, au final, ce qui importe est de raconter une histoire du mieux possible et pas de se préoccuper de la technique que cela implique. Mouais. Thank you Captain Obvious.

PS : Par contre, s'il y a bien une chose que ce documentaire m'a donné envie de voir, c'est l'intégralité de l'interview de Fincher (peut être même celle de Sodergergh à la rigueur), grand partisan du numérique, qui est ici tronquée au strict minimum (trop de gros mots, j'en ai bien peur). Dommage.
Link
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 9 ans

1 j'aime

Side by Side
ltschaffer
8
Side by Side

Clash of the Titans

Pellicule/numérique. Depuis la fin des années 90, c’est un débat qui a évolué dans toutes les strates possibles au cinéma : chez les réalisateurs, les techniciens, les producteurs, et même les...

Lire la critique

il y a 9 ans

13 j'aime

1

Side by Side
Rungolion
8
Side by Side

L'âge d'or de la pellicule s'achève. Mais le numérique tiendra-t-il la route ?

Super intéressant autant au point de vue technique qu'au point de vue argumentatif, ce film vous en apprend beaucoup sur les spécificités des deux supports (pellicule et numérique) et des caméras qui...

Lire la critique

il y a 9 ans

6 j'aime

2

Side by Side
hpjvswzm5
6
Side by Side

Télévisuel, mais intéressant

Bon, c'est un reportage assez banal et télévisuel, mais intéressant dans les questions qu'il soulève. Sachant que je pense que le numérique peut donner de grandes choses que la pellicule ne peut pas...

Lire la critique

il y a 6 ans

3 j'aime

1

Zero Dark Thirty
Link
4

'Cinema' ne rime pas avec 'Vraie Vie'

'Zero Dark Thirty' s'inscrit dans la veine de 'The Hurt Locker' : pousser le réalisme des situations au maximum pour générer la curiosité du spectateur. Mais il souffre du Syndrome Tarantino...

Lire la critique

il y a 9 ans

30 j'aime

3

Paperman
Link
4
Paperman

Deux minutes trop long

Comme grand nombre de courts métrages, 'Paperman' souffre du syndrome "faut qu'il fasse plus de cinq minutes, sinon il ne sera pas pris au sérieux". Mais s'il s'était fini à 4 min 19 s, ce court...

Lire la critique

il y a 9 ans

28 j'aime

The Dark Knight Rises
Link
3

The Dark Knight Rises Once Too Many

Par où commencer ? Par la technique pure. Les plans sont plus longs qu'à la normale chez Nolan : c'est bien. A certains moments, la mise en scène est plutôt sympa et originale : bravo. Mais...

Lire la critique

il y a 10 ans

19 j'aime

3