« Cesse-t-on jamais d'être mère et fille ? »

Avis sur Sonate d'automne

Avatar Misakey
Critique publiée par le

Premier Bergman ; il faut bien commencer quelque part, c'était celui-ci ou Persona, bon, la curiosité m'a poussée à regarder ce Sonate d'automne. Ça m'a plu. Mais si on me demandait pourquoi j'ai aimé ce film, il me serait difficile de répondre simplement. D'où un retour à chaud, un peu brouillon.

C'était une expérience à part entière, au-delà d'un simple visionnage passif. Une expérience qui prend aux tripes, parce qu'on peut s'y retrouver, dans cette tempête de sentiments bruts alourdis par les verres de vin successifs. Une mère et sa fille, qui se retrouvent après sept ans sans se voir. D'abord une pluie d'hypocrisie, de paroles superficielles. Jusqu'au moment où la mère demande à la fille : « est-ce que tu m'aimes ? ». À partir de là, c'est la vérité qui prend les rênes, les langues se délient, il faut parler, faire sortir le diable de sa boîte. Ce n'est pas de l'amour, c'est de la haine. C'est brutal. Le long dialogue est poignant, criant d'une justesse qui ne laisse pas indifférent.

Les deux actrices principales sont parfaites dans leurs interprétations. Liv Ullmann est bouleversante ; Ingrid Bergman troublante, écrasante de froideur.

La réalisation est toute en sobriété, les choix de Bergman sont pertinents, s'imposent. Ces images fixes qui représentent un passé sur lequel on ne peut revenir, en particulier, sont d'une intelligence appréciable. C'est l'un de ces plans qui m'a le plus troublée. Celui dans la maison de vacances, où tout le monde est figé sur sa chaise, excepté ce violoncelliste, seul à vivre au travers de sa musique. Il y aussi ce duel de piano, où mère et fille expriment leurs personnalités au travers d'un morceau de Chopin indomptable... En fait, ce film m'a paru très musical, sans que je sache trop expliquer pourquoi. La thématique de la musique s'insère efficacement au milieu de ce drame familial intense, sans jamais sonner faux, contrairement à cet amour-haine viscéral.

Puissant, prenant, mais très indescriptible.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 116 fois
2 apprécient

Misakey a ajouté ce film à 4 listes Sonate d'automne

Autres actions de Misakey Sonate d'automne