Star Wars IX : L’ascension des Skywalker s’élèvera-t-elle au rang des étoiles ?

Avis sur Star Wars - L'Ascension de Skywalker

Avatar Garfieldthecat
Critique publiée par le

Ah, le dernier opus qui se doit de conclure la SAGA ; mais est-ce un final satisfaisant pour terminer en apothéose les créations de Lucas, ou bien un échec cuisant ? Eh bien, pour rester impartiale et objective, je suis mitigée, mais je ne vais pas m’étendre plus longtemps, et je vais rentrer directement dans le vif du sujet.

Scénario sans spoiler donc assez succincte allant à l’essentiel

C’est l’histoire de Rey, Finn, Poe, les droïde et toute la Rébellion, qui vont tenter d’accomplir l’ultime affrontement pour défier le Premier Ordre, en devant se rendre sur la base secrète des Sith, accessible seulement, par un procédé spécifique. Entre temps, Rey, va apprendre un point crucial sur son passé, qui va à jamais changer le cours de son histoire, mais qui lui permettra aussi de trouver sa place dans le monde, et de suivre le chemin le plus sage.

Avis sur le film

Alors, malgré le fait que cet opus souffre de manière flagrante de la diégèse du VI, qui est au passage mon opus préféré, je trouve qu’il rehausse clairement ses deux prédécesseurs. En effet, je ressens davantage l’ambiance d’antan, que ne m’avait pas spécialement procuré ses ainés. Après, je pense que cela doit être dû aux nombreuses surprises et clin-d’œil éparpillés dans tout le film. Effectivement, ce film regorge de petites allusions bien placés, et coulant à merveille pour faire avancer l’intrigue, ce qui ne peut que ravir les fans.

Ce film est bien, si je ne devais pas le comparer à quoi que cela soit d’autre, il s’inscrit bien dans la continuité de la SAGA et le scénario est happant et immersif, dans le sens où il est arrivé à me surprendre, bien plus d’une fois. Il a des retournements de situation intelligents, bien placés, qui ont attisé ma curiosité, afin de continuellement nous prendre par la main pour ne pas nous laisser de côté, mais continuer à nous conduire en nous surprenant à tout moment. Rien n’est factice. L’idée de surprises que j’aie mentionnée plus haute, n’est pas uniquement là pour faire jolie, ou émettre des clin-d’œil léger, juste pour le simple plaisir d’en mettre, afin de vendre le film, et espérer qu’il soit vu pas le plus grand nombre, non, tout s’inscrit harmonieusement bien pour émettre ces références, et faire en sorte qu’elles aient leur utilité, et cela rend l’enjeu, bien plus prometteur, savoureux, agréable, et respectueux, aussi bien pour les fans, que pour Georges Lucas.

Personnages

Sinon d’autres personnages, plus ou moins figurants, s’invitent dans ce nouvel opus, mais sont guères remarquables, et l’intrigue ne nous laisse pas tellement la possibilité de nous attacher à eux, du fait qu’ils détiennent uniquement un rôle succinct dans cette dernière ; rôle que chacun d’entre eux, de mon point de vue personnel, accompli parfaitement bien, sans n’émettre aucun gag, ni langueur ennuyante. Je trouve que ce point est une bonne chose, car le film ne se destine pas à faire rentrer de nouveaux personnages, mais à se centrer sur les Skywalker, logique, mais également, et surtout, sur le passé de Rey, et de sa relation spécifique, lié au pouvoir les unissant, avec Ren. Ces différentes touches, sont d’ailleurs assez bien incorporées, en étant égrenées dans tout le film de manière habile. Cependant, je trouve la révélation principale, bien plus bâclé, de par la manière dont on nous l’apprend, que celle que tout le monde connaît, présente dans l’Empire contre attaque. Néanmoins, l’évolution des personnages, que cela soit leur passé, ou leur avenir, détient un cheminement inattendu, et bien écrit. Oui, oui, je le redis, je trouve ce film bien plus travaillé, happant et immersif, et honnêtement, j’étais heureuse de ce qu’il avait à nous proposer, tout en attisant de nouveau la flamme d’espoir de retrouver un assez bon Star Wars, que les deux autres films composant cette trilogie, avaient commencé à éteindre. Et enfin, ils sont parvenus à des passages qui incitent à l’émoi, vraiment émotionnels, et non made in Disney, et vraiment, c’est ce que j’attends d’un Star Wars également, et qui fait en partie, toute son essence philosophique et psychique. Les moments de suspens, un tant soit peu prenants, insoutenables n’étant pas le terme adéquat, il faut quand même pas pousser, et les moments de tragédies, m’ont vraiment pris au trippes. Après, je suis hypersensible, donc il ne m’en faut pas beaucoup non plus pour me faire larmoyer, mais je dois avouer que même avec cela, nous pouvons presque retrouver la substantifique moelle de ce qui fait, en partie, la beauté de cette SAGA, et cela m’a vraiment réchauffé le cœur.

Appréciation sur le travail de J.J Abrams de mon point de vue

J.J Abrams a réussi, enfin, à se démarquer et à prouver qu’il était capable de crée et, presque d’innover dans la SAGA, si l’on ne compte pas Rogue One, pour ce qui concerne la création, mais si l’on ne compte pas L’Empire contre attaque, et Le retour du Jedi, de par quelques repompages flagrant, mais qui, évidemment, ne s’arquent pas dans les mêmes conditions, étant donné que les personnages ne sont pas les mêmes. Après, je ne peux lui en vouloir, car il a su faire preuve d’originalité, quand bien même il reste dans une zone de confort, puisqu’il ne doit pas être facile d’innover, tout en n’omettant pas ce qui a été fait précédemment, et en devant s’y conformer pour que la SAGA conserve un sens, aussi bien temporel, que rationnel, et cohérent. C’est pourquoi, je suppute que le VII, il se cherchait, d’où le fait que l’innovation était loin d’être flagrante, avec des repompages évident de Un Nouvel Espoir, le VIII, il s’égarait en cherchant à innover de trop, tout en restant dans l’ambiance Star Wars, ce qui donne des incohérences certaines, liées à des nouveautés mal maitrisées, afin d’aboutir au IX, où, suite à ces deux antipodes, il est parvenu à faire les bons choix, pour être dans le juste milieu, et ne pas partir dans deux directions extrêmes, avec le VII qui reste trop conforme à l’esprit du IV, en n’apportant que peu de nouveautés, et le VIII, qui part totalement en live, en voulant inscrire trop d’innovations, mais fort mal amené, car aucune explication n’est proposée pour palier à ces idées scénaristiques, qui peuvent du coup être qualifié de facilités et d’incohérences.
D’ailleurs, beaucoup de ces aspects sont évincés dans le IX, montrant clairement, qu’Abrams, pour moi, se cherchait, avant de trouver la bonne ligne directrice, par rapport à ce qu’il souhaitait instaurer, tout en restant dans la continuité de ce qu’a crée Lucas. Et le IX montre qu’il a assez bien réussi à combiner ces deux soucis, en nous offrant un Star Wars qui reste dans le ton des précédents, tout en réussissant à me surprendre, avec de respectueux clin-d’œil, montrant qu’il n’évince aucunement ses origines, et les piliers qui ont pu le faire éclore, tout en parsemant cela de bons passages dramatiques, qui m’ont bien happer émotionnellement, tout en octroyant un suspens assez intéressant, agrémentant bien le film, et en étant assez raccord avec l’univers Star Wars. Je ne sais comment va se dérouler la nouvelle trilogie prévue, mais j’espère qu’elle suivra cette même ligne directrice, car cela pourrait vraiment être une base pour s’améliorer, selon moi.

Conclusion :

Donc pour conclure, ce Star Wars a vraiment été une agréable surprise, vis-à-vis de tous ces points, et j’ai fort espoir pour l’avenir. L’idée des Skywalker, et de leur ascension, est vraiment parlante, et ponctué comme il se doit jusqu’à la toute dernière minute du film, offrant une symbolique touchante dans une orchestration et un cadre qui m’a vraiment fait pleurer, apportant une force saisissante, pour terminer cette SAGA d’une façon quasiment poignante et magnifique. Je trouve que ce que cherche à véhiculer le film, le fait vraiment bien par rapport aux deux précédents opus, de par cette ascension qui est le concept général, et qui permet d’englober toutes les diverses trames au sein de l’œuvre, de manière astucieuse, étonnante, tout en ennoblissant leur création par des références sympathiques, bien insérées au cœur de l’histoire, tout en étant incorporées de manière adroite, que ces dernières soient actives et utiles pour faire avancer l’intrigue, ou tout simplement juste pour un passage éclair, afin d’émettre un renvoi, sans utilité apparente, uniquement pour le plaisir d’offrir ce type de cadeaux aux fans, afin de les émouvoir, le temps d’un instant, pour un présent réussi.

Comme dirait Leïa : « L'espoir c'est comme le soleil, si vous y croyez seulement quand vous le voyez, alors vous ne tiendrez pas la nuit » et je pense que ce film pourra être les prémices des silex qui rallumeront un soupçon la flamme de ce qui faisait la grandeur et l’essence des Star Wars d’antan. J’ai davantage confiance, et j’ai davantage plus la foi d’y croire, et pour tout ceci, je ne peux que lui dire merci, à ce film qui, pendant 2H30, malgré ces quelques faiblesses, une œuvre ne pouvant être parfaite, m’aura fait retrouver un tantinet, l’atmosphère des films mères, et un soupçon des aspects de leur grandeur, tout en les honorant comme il se doit, sous un coup de plume éclairé, qui cherchait sincèrement à remercier et encenser Lucas et les fans, de la meilleure des façons, pour aboutir à un scénario vraiment respectable, qui forment, sincèrement pour moi, une foncière réussite, dans sa globalité.

Rajouts personnels de ma part :

Post-scriptum 1

Etant donné que l’icône du cinéma Carry Fisher s’est éteinte, ils ont eu l’astucieuse idée, de reprendre des parties de Star Wars VIII qu’ils n’ont pas conservées, pour les introduire dans ce film, n’ayant aucune envie de la refaire en 3D. Et honnêtement, en plus d’être respectueux, vis-à-vis de la défunte, et d’entreprendre cela avec brio, ne percevant à aucun moment le stratagème, tellement ces scènes racolent à merveille, en s’insérant avec naturel au sein de l’intrigue, je trouve que cela permet également de pouvoir rester en connivence avec elle, puisqu’elle reste humaine réellement, ce qui accentue davantage la profondeur et la sagesse du personnage, faisant d’elle, quand bien même elle n’est pas mon préféré, le personnage auquel j’éprouve le plus de respect et le plus grand intérêt, vis-à-vis de l’évolution de ce personnage, qui a largement gagné en maturité et en sagesse, doté de maximes qui marquent d’emblée plusieurs des plus grands moments cinématographiques, tout en appuyant, incontestablement, le discernement de cet individu. C’était ce qui m’avait subjugué et envoûté dans cette trilogie, en parallèle de l’appétence que je détenais de découvrir comment la relation Rey/Ren allait évoluer, du fait qu’elle enseigne pour moi, l’un des plus beaux apprentissages, sous forme de métaphores maitrisées digne des plus grands maîtres Jedi. J’étais contente quand Rey lui avait dit « Maître » à son égard, car elle n’a vraiment rien à leur envier. De plus, la dernière phrase de Rey après avoir entrepris une cérémonie, d’une évocation touchante, et prenante, à la puissante allégorie, sous le cadre le plus mythique de la SAGA, en présence de deux personnages emblématiques, témoignent, à ce moment, précisément, suite à un bon nombre de péripéties, et de résolutions, aux qualificatifs décrits précédemment, pour advenir à cette explication, toute l’essence du sous-titre de l’œuvre qui prend tout son sens. Ce seul mot qu’elle prononce, l’ultime mot pour conclure le film, évoque tout simplement, l’espoir, le respect, l’amour, et la victoire de tout ce pour quoi Jedi, et rebelles, se sont battus pendant toutes ces décennies, pour arriver à cet instant tant attendu, de paix et de prospérité.

Post-scriptum 2

Han Solo, mon personnage préféré de la SAGA, me fait éprouver les même ressentis que pour Leïa, formant une bonne dynamique de duo tous les deux, afin d’être comme des veilleurs angéliques pour les plus jeunes, formant le couple le plus savant et important de la trilogie à mes yeux, comme le cœur de cette dernière, même si cela se présente de manière plus évanescente, en se manifestant implicitement, aux moments les plus cruciaux. Après, pour des raisons évidentes, Han se manifeste plus succinctement, mais, comme pour Leïa, il le fait pour les mêmes raisons, en parallèle, dans un des moments les plus décisifs pour la résolution finale, afin d’aider leur fils de concert.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 250 fois
1 apprécie · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Garfieldthecat Star Wars - L'Ascension de Skywalker