👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

J’ai attendu plusieurs semaines avant de visionner ce neuvième épisode de la Guerre des étoiles. Après les redites de l’épisode 7 et les échecs scénaristique et narratif du huitième, J.J. Abrams essaie de recoller les morceaux, ce qui n’était pas évident étant donné le massacre organisé par Rian Johnson. Abrams se permet d’ailleurs de lancer des piques à son prédécesseurs, notamment lorsqu’un de ses personnages évoque « l’erreur Star Killer ».
En fan de la franchise, Abrams renoue avec tous ses codes : les références au nazisme avec les uniformes, la présence d’un « suprême leader » ou encore le dernier ordre, les combats spatiaux, l’indémodable taverne, les duels au sabre laser, les monstres intersidéraux ou encore l’opposition entre Sith et Jedi. Il rappelle aussi les Ewoks d’Endor, Landau et d’autres personnages secondaires, voire principaux, fait des clins d’œil aux Mandaloriens, se repenche sur la rédemption de Darth Vader à travers Kylo Ren, montre Rey affrontant ses démons comme Luke l’avait fait et réécrit la scène d’affrontement entre Luke et Palpatine de manière un peu attendue, mais qui fonctionne bien.
Evidemment, on retrouve le talent évocateur d’Abrams lors de scènes magnifiques comme le duel entre Kylo et Ren sur les vestiges d’un vaisseau connu au milieu d’un océan déchaîné, le combat de fin au cœur d’un monde qui renvoie directement au jeu Star Wars Of The Old Republic, mais en fait un peu trop en faisant durer bien longtemps certains combats ou en transformant Rey en Lara Croft. Abrams fait du Abrams en respectant la franchise et en l’enrichissant de passages originaux, en distillant un humour fin, ce qui n’a pas toujours été le cas dans les huit premiers épisodes.
L’Ascension de Skywalker est un bon film, qui rattrape une partie des errements de son prédécesseurs, avec des ficelles parfois un peu grosses, des péripéties que l’on voit arriver de très loin et un dénouement à plusieurs chutes relativement classique, mais qui sont là pour plaire aux fans. Comme le dit Poe : « Nous nous battons pour Leïa, pour ceux que nous avons perdus ». C’est surtout Rian Johnson qui avait perdu tout le monde. J.J. Abrams nous fait plaisir et c’est le principal.

DenisLabbe
7
Écrit par

il y a 2 ans

Star Wars - L'Ascension de Skywalker
lhommegrenouille
3

Star Tour - Episode IX

Ça y est. C’est fini. Le verdict est définitivement tombé désormais. Le côté obscur de la force l’a emporté. L’Empire Disney a triomphé. Certes c’était attendu. C’était écrit. Le retour de J. J...

Lire la critique

il y a 2 ans

264 j'aime

54

Star Wars - L'Ascension de Skywalker
Sergent_Pepper
4

Back to their culture

Toute saga a une fin : arrivés à un certain point d’essorage, les studios et leurs team de scénaristes ont trouvé la parade ultime pour provoquer un sursaut d’intérêt : venez quand même, c’est le...

Lire la critique

il y a 2 ans

208 j'aime

15

Star Wars - L'Ascension de Skywalker
Larrière_Cuisine
6

[Ciné Club Sandwich] Marche arrière à 12 parsecs sur l’autoroute spaciale de l’incohérence

DISCLAIMER : La note est une note par défaut, une note "neutre" qui correspond à la moyenne (arrondie) de l’oeuvre au moment où on publie la critique. Avant, on mettait 5 à tous les films mais il...

Lire la critique

il y a 2 ans

169 j'aime

18

Tribes of Europa
DenisLabbe
5

Les 100 de l'Europe

Série allemande Netflix, tournée en allemand et en anglais, Tribes of Europa s’inscrit dans une mouvance postapocalyptique à la mode. A ce sujet, les Allemands ne font pas les choses à moitié : ils y...

Lire la critique

il y a plus d’un an

19 j'aime

Alice in Borderland
DenisLabbe
9

De l'autre côté de l'écran

Adaptation attendue par Netflix du Shonen du même nom, Alice in Borderland réussit la gageure de transposer cet univers violent et déjanté avec de vrais acteurs. Evidemment, beaucoup d’occidentaux...

Lire la critique

il y a plus d’un an

17 j'aime

7

Lovecraft Country
DenisLabbe
9

L'Appel d'Ardham

Nouvelle série sur OCS signée HBO, Lovecraft Country s’inspire de l’univers lovecraftien et d’une nouvelle de Matt Ruff pour nous dépeindre une Amérique en pleine déliquescence, gangrenée par ses...

Lire la critique

il y a 2 ans

12 j'aime

3