Death of Gamera.

Avis sur Super Monster Gamera

Avatar Gand-Alf
Critique publiée par le

Aujourd'hui est un jour historique. Aujourd'hui, j'ai vu le pire film de mon existence. Car Super Monster Gamera n'est pas un film, mais un gigantesque best-of purement mercantile, à l'image du déjà désastreux Godzilla's revenge.

Ayant racheté la Daiei en 1974, la maison d'édition Tokuma Shoten décide de relancer la saga, convoquant à nouveau Noriaki Yuasa, réalisateur attitré de quasiment tous les épisodes. Sauf que la production décide d'utiliser uniquement des stock-shots appartenant aux volets précédents en guise de batailles dantesques. Gamera n'aura finalement droit qu'à deux petites minutes inédites, le temps de voguer dans l'espace en compagnie de plans empruntés à... Space Battleship Yamato et Galaxy Express 999 de Leiji Matsumoto !

Pour le reste, Super Monster Gamera ressemble au pire épisode du sentaï le plus fauché de l'univers. Maquette plagiant sans vergogne le Destroyer impérial de Star Wars (avec un plan quasiment identique à celui qui ouvrait Un nouvel espoir), effets spéciaux minables, Super-Women surfant sur le succès du Superman de Richard Donner, intérieur du vaisseaux représenté par un drap blanc (!), chiard con comme la lune et jouant du synthé comme un pied...

Pas fou, le public japonais de l'époque boudera cette entreprise malveillante, puante, d'une prétention à gerber (Gamera va jusqu'à faire basculer une affiche sur laquelle on peux lire: "Adieu Godzilla.") et ratée du début à la fin, qui signera l'arrêt momentané d'une saga déjà à la base loin d'être remarquable.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 386 fois
9 apprécient

Gand-Alf a ajouté ce film à 6 listes Super Monster Gamera

Autres actions de Gand-Alf Super Monster Gamera