Un autre long fleuve tranquille

Avis sur Tel père, tel fils

Avatar Al_
Critique publiée par le

Kore-Eda explore une nouvelle fois les relations familiales et peaufine son tableau de la société japonaise à travers l’histoire de deux couples qui découvrent que leurs enfants de six ans ont été échangés à la naissance. Les deux familles, l’une aisée, l’autre modeste, sont sous le choc et abordent chacune la situation à sa manière.
Ce pitch n’est évidemment pas sans rappeler une comédie française bien connue. Si le film de Chatilliez est une comédie féroce et réjouissante là où celui de Kore-Eda est un drame social sensible, ils posent chacun à leur manière les mêmes questions sur l’hérédité, l’éducation et la famille. Et leurs réponses ne sont pas si différentes.

Autour d’un récit qui s’étire sur plusieurs mois, le réalisateur s’interroge sur la parentalité. Qu’est-ce qui définit un parent ? Le sang ou le lien social ? Qu’est-ce qui construit, façonne un individu ? Son éducation ou ses gènes ? Ce sont ces questions que se pose le héros du film, un architecte ambitieux qui ne se reconnaît ni dans son père ni dans son fils et qui espère trouver des réponses avec la découverte de son fils biologique. Evidemment ce ne sera pas si simple et c’est d’abord sur lui-même qu’il devra s’interroger quitte à faire éclater son modèle social pour se reconstruire.

Couche après couche, le tableau de Kore-Eda prend forme sur la subtile musique des Variations Goldberg. Sa conclusion est certes un peu trop attendue et ses symboles trop appuyés mais le talent du réalisateur pour brosser des portraits avec tendresse et délicatesse, sa mise en scène sobre et ses comédiens magistraux sont ce qui reste en tête finalement quand la lumière se rallume.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1161 fois
47 apprécient · 1 n'apprécie pas

Al_ a ajouté ce film à 1 liste Tel père, tel fils

Autres actions de Al_ Tel père, tel fils