👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Après Drive et Only God Forgives Nicolas Winding Refn nous propose The Neon Demon.
On retrouve le style du réalisateur, ambiance hypnotique, temporalité dilatée, personnages fantomatiques , qui sont mis en scène sur une toile contrasté que sonde la lumière. On retrouve également le thème de la violence ici exposée dans l'univers du mannequinat où la beauté rime avec obsession. Une beauté qui captive autant qu'elle est captivée.


Un aspect visuel poétique proche du conte.



Sublimé par les clichés de Mert & Marcus.
Jesse à l'allure naïve et angélique débarque à Los Angeles avec le souhait de devenir mannequin, une introduction banale qui n'est pas sans rappeler le rêve de beaucoup d'autres jeunes filles.
On n'en saura pas beaucoup plus sur cette héroïne, mis à part qu'elle est orpheline, vierge et qu'elle sait qu'elle est admirée. La caméra va s'approcher d'elle jusqu'à lui tourner autour, révélant son innocence qui évoluera au fils de son parcours ascensionnel, un peu trop rapide pour être réel mais bel et bien vertigineux.


Un agneau parmi les pumas.



Illustré par l’intrusion poétique de ce puma dans sa chambre de motel, comme symbole de la jalousie ou de l'envie mordante des autres femmes qui l’entourent.


Une oeuvre d'art moderne.



Le film est loin d’être creux tant la mise en scène est riche, les scènes sont troublantes, les silences ensorcelés, la lumière quasi épileptique. Pour comprendre cette fable morbide et vampirique veuillez suivre la violence, qui sera douce au début voir naïve à l'image de Jesse et qui s’immiscera lentement dans les veines et artères du scénario, pour épaissir le sang jusqu'à l'éclaboussure voir l'hémorragie.

Notes : Une des scènes piliers, le défilé, qui peut ne faire qu'écho à Narcisse.

"Le cinéma est d’abord un média visuel : les mots n’ont pas d’importance " Nicolas Winding Refn

adeline_alpert
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 5 ans

3 j'aime

The Neon Demon
Antofisherb
5

Poison Girl

Bon allez, pas d’introduction bien tournée pour cette fois, pour éviter toute confusion et parce qu’on colle des procès d’intention au film pas tout à fait pertinents, je vais commencer par quelques...

Lire la critique

il y a 6 ans

193 j'aime

45

The Neon Demon
Gand-Alf
5

Beauty is Everything.

Le temps d'un plan, j'y ai cru, au point d'en avoir une demie molle. Le temps d'un opening theme fracassant, me renvoyant au temps béni de Blade Runner, et dont les basses me parcourent l'échine avec...

Lire la critique

il y a 6 ans

186 j'aime

6

The Neon Demon
Sergent_Pepper
8

Splendeur et décadence.

La plastique, c’est hypnotique. La bande annonce, le clip, la publicité : autant de formes audiovisuelles à la densité plastique extrême qu’on louera pour leur forme en méprisant le plus souvent...

Lire la critique

il y a 6 ans

142 j'aime

19

The Neon Demon
adeline_alpert
8

Une poupée de lumière

Après Drive et Only God Forgives Nicolas Winding Refn nous propose The Neon Demon. On retrouve le style du réalisateur, ambiance hypnotique, temporalité dilatée, personnages fantomatiques , qui sont...

Lire la critique

il y a 5 ans

3 j'aime

Lucy
adeline_alpert
5
Lucy

Blockbuster à la française

Besson s'inspire d'une théorie scientifique datant de la fin du 19e et la met en scène avec son interprétation. Un sujet intéressant mais sous-exploité pour conquérir un large public donc laisser...

Lire la critique

il y a 6 ans

3 j'aime

Inherent Vice
adeline_alpert
7

Voluptes seventies

Mon troisième Paul Thomas Anderson, un réalisateur qui parle aux amateurs de curiosités cinématographiques. Ça tombe bien je suis curieuse. Si vous aussi préparez-vous à voir une histoire qu’on...

Lire la critique

il y a 6 ans

3 j'aime