Du sang et des larmes, le Royaume désenchanté

Avis sur The Sweatbox

Avatar FindingHugo
Critique publiée par le

Les archives de Disney regorgent de projets avortés, parfois repris à plusieurs reprises avant d'aboutir (Destino, La Reine des Neiges), parfois condamnés à rester dans des cartons et les livres d'histoire (Chantecler, Gigantic). Certains prennent également une direction toute autre au fil de la production, entraînant conflits créatifs et démissions. Véritable ovni des documentaires sur le cinéma, The Sweatbox saisit sur le vif l'évolution du projet Kingdom of the Sun, qui donnera finalement lieu à Kuzco, l'Empereur mégalo. Censuré par Disney, The Sweatbox est précieux car il constitue un témoignage rare, à contre-courant des discours un brin marketing qui irriguent les bonus des DVD officiels.

En pleine pré-production de Kingdom of the Sun, le chanteur Sting est sollicité pour l'écriture et l'interprétation des chansons. Selon le contrat qui est signé, sa femme, Trudie Styler, est autorisée à documenter la création du long-métrage sous la forme d'un documentaire making of. Au moment où Sting intègre le projet, l'intrigue du film est inspirée du roman Le Prince et le Pauvre de Mark Twain : Pacha prend la place du prince Manco à la tête du royaume. La sorcière Yzma transforme le jeune Manco en lama pour prendre le contrôle du royaume et retrouver sa beauté originelle.

Les 30 premières minutes ont tout du making of classique, centrées sur la collaboration entre les artistes du studio et Sting. Un passage vient ensuite tout faire basculer : la projection aux dirigeants des studios, Peter Schneider (qui produira plus tard le documentaire Waking Sleeping Beauty) et Thomas Schumacher (désormais à la tête de la division théâtrale de Disney). C'est l'entrée dans l'arène, la sweatbox tant redoutée. La tension est palpable : les artistes travaillent depuis 3 ans sur ce long-métrage, 25 % de l'animation a été finalisée. Thomas Schumacher cite Rob Minkoff :

Screening the movie is having someone sharp your hands off and pull your pants down in front of a crowd. You stand there with stumps bleeding, incapable of pulling your pants back up.

La projection passée, on assiste à une séance de débriefing crue, jamais vue à l'écran. C'est le moment pivot du documentaire, de la production du film, et en même temps un épisode symptomatique d'une période tumultueuse pour les studios Disney. Alors que le même Thomas Schumacher commence à commenter les failles du projet, Peter Schneider lance un cruel "We haven't found a movie."

The Sweatbox raconte ensuite comment le projet se réoriente et la blessure qui est infligée aux créatifs, à commencer par le réalisateur Roger Allers. Ce dernier semble totalement perdu et détruit par ce qu'il compare à la perte d'un bébé. Trudie Styler ne manque pas de documenter les conséquences que va avoir le nouveau cap pris par les équipes sur la contribution de son mari : six de ses chansons sont supprimées.

On sort de ce documentaire avec un regard très critique sur les décisions prises par Schneider et Schumacher. Jamais un documentaire sur les coulisses de Disney n'a laissé s'exprimer des voix aussi accusatrices contre ses dirigeants.

L'apport de The Sweatbox est d'autant plus révélateur si on le compare aux bonus de l'édition 2 DVD de Kuzco, l'Empereur mégalo. L'ambiance est toute autre : le producteur Randy Fullmer et Mark Dindal, qui a finalement réalisé Kuzco à la place d'Allers, gambadent dans les studios Disney, enchaînant les blagues. Allers est totalement absent des bonus. Dans le supplément The Process, Mark Dindal explique succinctement :

We present our story reels to Peter Schneider, Tom Schumacher and other members of the Disney organization. Everybody is gonna see the movie that we see in our heads and see if it was the same one they were anticipating. Sometimes it can be kind of painful... but it's also a very constructive step.

The Sweatbox n'est jamais sorti en DVD mais a été projeté à Los Angeles et Orlando afin d'être éligible aux Oscar. Des sources affirment qu'à chaque apparition de Schneider ou Schumacher, les deux dirigeants étaient hués par des animateurs présents dans la salle. Une version leakée est disponible sur le web.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 134 fois
1 apprécie

FindingHugo a ajouté ce documentaire à 1 liste The Sweatbox

Autres actions de FindingHugo The Sweatbox