Le morse est un homme pour l'homme

Avis sur Tusk

Avatar Alexandre_Ruffier
Critique publiée par le

Tusk est un film comment dire.... Différent, complétement fucked-up, un bon vieux délire de ce chers Kevin Smith. Outre cette envie de faire un film de genre bien barré, j'ai eu envie de voir si ce film essayait véritablement de nous dire quelque chose, et c'est ce que je vais essayer de faire ici. Donc bien entendu ça va divulgacher à balle.

Ce film nous parle évidemment de notre rapport à l'animal. Une chose importante à relever est qu'il
est établi dans ce film que ce qui nous sépare de l'animal ce sont les pleurs. Cela peut être une chose à débattre mais c'est ce qui est posé dans donc servons-nous en de clé de lecture. Le pitch du film est une personne : Howard Howe qui entreprend de transformer un être humain en son ex-meilleur ami M. Tusk un Morse.
Howard Howe est un personnage qui a perdu foi en l'humanité par ses propres agissements : en tuant son meilleur ami pour le manger et cela très peu de temps avant qu'on le sauve. Donc il perd son humanité en tuant l'animal et va essayer d'être en paix en transformant un homme en animal puis en se faisant tuer par celui-ci lui-même déguisé en morse. Je pense qu'une chose importante à relever est que lors du combat final, lorsque Howard se sent menacé et que donc l'instinct de survie revient il déchire son costume pour reprendre "forme humaine", on pourrait prendre cela comme le fait que l'animal réside toujours en nous. Mais il se fait quand même buter donc bon

Le deuxième point important est qui est transformé ? Et bien c'est Wallace un jeune homme antipathique, détestable, qui trompe sa meuf, est méchant, vulgaire, et pas sympathique pour un sou. Je ne connais pas le reste de la filmo de Kevin Smith il est alors possible que ce personnage soit sensé être attachant mais cela n'a pas marché sur moi. Le point important est ici que ce personnage nous apprend vers le milieu du film que en devenant connu il a arrêté de pleurer, donc selon le film perdu son humanité. A la toute fin du film lorsque Ally lui apporte du poisson il se met à pleurer et donc qu'il a dû devenir un animal physiquement pour pouvoir redevenir un être humain.

Au final on est face à quelque chose de relativement brouillon et un peu léger. On comprend le parcours de Wallace, humilié, transformé, qui s'est rendu compte de ce qui comptait réellement pour lui, mais qui en même temps est complétement devenu un animal. De l'autre on a Howard Howe qui meurt réconcilier avec lui-même, réconcilier avec sa part humaine. Je ne vois pas bien ce que Kevin veut nous dire, qu'au fond on est tous des animaux ? Notre humanité vient de notre animalité ? Qu'il y a une balance à trouver ? Si vous avez les réponses à ces questions cela m'intéresse.

Pas mal de chose sont assez inutile comme le personnage de Johnny Depp juste la pour amener un ressort comique, pas trés drole en plus. Le film reste brute de décoffrage avec un aspect un peu trop propre, et des changements de format et couleur pour les flashback d'une subtilité à toute épreuve. En tant que film de genre il reste relativement efficace avec un costume de Morse vraiment cradingue, mais qui manque cruellement d'audace dans la mise en scène et souffre réellement de son coté trop clean. Au final le plus grand reproche que je pourrais lui faire est le manque d'un parti pris vraiment fort il oscille trop entre comique, thriller psychologique et horreur et n'a pas du tous la maestria d'un shaun of the dead qui rendrait le tous cohérent. Mais il reste un petit film sympathique à regarder une fois.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 478 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Alexandre_Ruffier Tusk