Parce qu’elle le vaut bien

Avis sur Un jour sans fin

Avatar Electron
Critique publiée par le

Phil Connors (Bill Murray) est présentateur météo à la télévision de Pittsburgh. Se prenant pour une vedette, il rechigne à couvrir encore une fois le jour de la marmotte à Punxsutawney, charmante bourgade provinciale. Sa productrice Rita (Andie McDowell) lui force un peu la main, ils y vont avec Larry le caméraman. Phil vient d’annoncer une tempête de neige avec un fameux blizzard (vous avez dit blizzard ?), qui devrait éviter la Pennsylvanie.

Sur place le matin du 2 février, à 6 h pile, le radio-réveil de Phil se déclenche avec I got you Babe de Sonny and Cher. Deux journalistes jouent les boute-en-train avec des vannes un peu lourdes. Phil croise un autochtone en sortant de sa chambre. Quand prédisez-vous le début du printemps ? Réponse agacée : le 21 mars. En bas, la logeuse se met en quatre pour le petit déjeuner. Dehors, Phil est interpellé par Ned Ryerson, un ancien du lycée qu’il ne reconnaît pas. Un raseur qu’il tente de fuir en descendant du trottoir sans regarder où il pose le pied.

Sur les lieux de la réjouissance, les locaux font la fête. C’est très bon enfant et Rita s’amuse beaucoup. Phil cherche à expédier le reportage et il se montre une nouvelle fois de mauvais poil. Larry dit qu’il fait sa prima donna.

La marmotte tombe de sommeil et Phil ne pense qu’à rentrer sur Pittsburgh. Malheureusement, le vent a dévié de la trajectoire prévue et la neige bloque toutes les routes. Retour à Punxsutawney pour la nuit.

Au matin, Phil se réveille en entendant la même chanson et les mêmes vannes des présentateurs. Passeraient-ils la même bande que la veille ? Il se prépare et constate qu’on est toujours le 2 février à Punxsutawney, jour de la marmotte !

Journée de cauchemar pour Phil qui retourne se coucher à la pension où il va se réveiller encore et encore, au matin du 2, dans les mêmes conditions. Pourquoi revit-il cette journée indéfiniment ? Il en a vécu de meilleures. Quant à faire, s’il avait pu choisir …

Situation simple. Du fantastico-romantique à partir d’une idée originale. Encore fallait-il savoir en tirer parti. Le réalisateur Harold Ramis exploite ici le principe du gag de répétition avec des variations hilarantes. Et puis, Phil réfléchit. Comment se sortir de Punxsutawney et du 2 février ? Il ira loin. Et que faire pour que cette journée devienne agréable ? Phil commence à s’intéresser aux autres et surtout à une femme. Séduire une femme en une journée n’est pas une mince affaire, qui plus est celle qui le trouve insupportable. Qu’importe, Phil a tout son temps pour assimiler la situation et éviter les erreurs. Amusé, le spectateur pense :

Oh dis-lui oui, Andie !

Le montage est réussi. Il exploite bien l’idée cinématographique par excellence, exprimée par « Allez, on la refait ». Phil fait son cinéma. Autant dire qu’on peut voir et revoir ce film quasiment à l’infini. Bill Murray est tout simplement génial. Quant à Andie McDowell, elle est impeccable en jeune femme charmante au sourire naturel (comme dans les pubs…) Il faut la voir imiter la marmotte. Irrésistible.

Précision : C'est la très belle critique de Samu-L qui m'a donné envie de revoir ce film :

http://www.senscritique.com/film/Un_jour_sans_fin/critique/7403583

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2757 fois
88 apprécient · 2 n'apprécient pas

Electron a ajouté ce film à 2 listes Un jour sans fin

Autres actions de Electron Un jour sans fin