👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Les adaptations de jeux-vidéos en film laissent très rarement de bons souvenir (en témoigne l'excellente chronique Crossed), et les films d'Héroic-Fantasy sont d'une incroyable rareté au cinéma. Une combinaison des deux n'a, en soi, rien de rassurant, et seul le nom de Duncan Jones, qui a oeuvré dans les très bons Moon et Source Code (deux films originaux très porté sur la SF), avaient de quoi rassurer, d'autant que la licence adaptée est Warcraft, un jeu à l'envergure internationale qui a su fédérer un public de gamer très large au travers de nombreux jeux issus de la franchise.

La tâche de Duncan Jones était donc ardue : faire une adaptation qui arrive à recréer l'atmosphère du jeu, d'aussi ambitieux sans pour autant négliger le scénario pour en faire une simple pompe à fric comme certaines adaptations ont pu l'être.

Dès le début, on ressent l'ambition du film : proposer un affrontement entre guerrier et orcs, dans le même genre que celles du Seigneur des Anneaux, sans avoir eu autant de temps pour développer son histoire. Le but est donc de proposer une histoire démontrant la richesse de l'univers et mettre en place les différents éléments pour arriver au climax sans perdre les néophytes et proposer quelque chose de cohérent et accessible. En amenant les éléments au fur et à mesure et en évitant de multiplier les sous-intrigues, Duncan Jones parvient à offrir un film compréhensible aux spectateurs ainsi qu'un affrontement épique et spectaculaire réussissant à satisfaire les fans de la série comme le spectateur lambda.

Alors certes, il ne faut pas être réfractaire au genre en question. Magie, créatures mystiques et monstres dans un univers moyenâgeux sont au programme des 120 minutes du film, et le film plonge dedans dès le début. Le rythme du film est très réussi et ne se précipite jamais pour tenter de tout mettre dans le film dans le temps imparti. On appréciera aussi les risques que prend le film en osant mettre en image des événements que l'on voit que très rarement dans un blockbuster, permettant de mettre en avant les deux thèmes du film, à savoir le pouvoir et le sens du sacrifice. Des choix d'autant plus courageux qui prouvent que le film ne cherche pas à être l'annonce de suites, mais qu'il veut se suffir à lui-même ; un parti-pris de plus en plus rares sur les grandes licences aujourd'hui. Au delà des deux thèmes principaux du film, quelques réflexions intéressantes émergent du film, notamment sur le traitement de l'Homme sur la nature et l'urbanisation croissante du monde.

Visuellement, le résultat est incroyable. Si les premières minutes donnent plus l'impression d'assister à une cinématique de jeu-vidéo, c'est lorsque les personnages humains et les orcs se côtoient que l'on réalise à quel point le travail a été impressionnant. Travail sur les poils, sur les moindres reliefs de la peau, sur les cheveux, les effets visuels sont incroyables et la 3D ne diminue pas l'expérience. Chaque lieu arrive à avoir sa propre esthétique et les fans découvriront avec plaisir les lieux qu'ils connaissent avec une véritable netteté.

Les prestations sont dans l'ensemble toutes réussies. Certains rôles sont cependant très lisses, la faute à un développement scénaristique assez limité et dont les évolutions n'offrent que peu de surprise. Une faiblesse qui se comprend par le nombre important de personnages, et le cahier des charges à gérer.

La partitions est efficace, n'hésitant pas à reprendre les thèmes de la saga ou en proposant de nouveaux morceaux. La réalisation s'avère très ambitieuse et plusieurs plans parviennent à proposer quelque chose de très original, démontrant que le réalisateur n'a pas eu se plier aux exigences du studios pour faire quelque chose de lisse et au final fade. Le montage est cohérent et ne gêne jamais la compréhension des événements.

Des easter-eggs parsèment de temps en temps le film, permettant des clins-d'oeil sympathiques au fans.

Warcraft propose un film d'héroïc fantasy aussi ambitieux visuellement et scénaristiquement et réussir à tous les niveaux

Florian_Bizieux
8
Écrit par

il y a 6 ans

11 j'aime

5 commentaires

Warcraft : Le Commencement
Paradox
7

Le meilleur moyen de ne pas être déçu, c'est de ne rien attendre

Voilà ce que j'avais en tête concernant cette adaptation du jeu phare de Blizzard. Non, je n'attendais vraiment rien, qu'une nouvelle adaptation décérébrée, vidée de son intérêt, mélangeant CGI...

Lire la critique

il y a 6 ans

79 j'aime

11

Warcraft : Le Commencement
Xidius
6

Hollywood : The Burning Crusade

Warcraft est un film curieux, protéiforme, et en fin de compte fragile. On y sent un potentiel fou, un metteur en scène doué qui ne démérite pas dans sa capacité à aborder son sujet avec déférence...

Lire la critique

il y a 6 ans

72 j'aime

29

Warcraft : Le Commencement
Pseek
8

Zug Zug

Je me disais en allant voir Warcraft que j’apprécierais au moins la séance pour le fanservice, à repérer calmement le moindre petit détail de ce nanar annoncé, mais ce ne fut pas le cas, autant pour...

Lire la critique

il y a 6 ans

69 j'aime

18

Warcraft : Le Commencement
Florian_Bizieux
8

I am a Murloc!

Les adaptations de jeux-vidéos en film laissent très rarement de bons souvenir (en témoigne l'excellente chronique Crossed), et les films d'Héroic-Fantasy sont d'une incroyable rareté au cinéma. Une...

Lire la critique

il y a 6 ans

11 j'aime

5

Captain America : Civil War
Florian_Bizieux
9

America... Fu*k YEAH!!!

Adapté d'un comic-book culte, Captain America : Civil War raconte l'affrontement idéologique puis physique entre les super-héros de l'univers Marvel. Sans être aussi dense que le support original, le...

Lire la critique

il y a 6 ans

8 j'aime

6

Catacombes
Florian_Bizieux
7
Catacombes

Catacombes ou la non-cata...

Le style du found-footage est un genre de l'horreur-épouvante vu et revu, et force est de reconnaître que depuis plusieurs années, le sous-genre s'enlise dans des histoires et des effets similaires...

Lire la critique

il y a 7 ans

7 j'aime