👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Les personnages sont plats.
Le professeur qui est méchant pour pousser ses élèves au meilleur c'est déjà-vu, pas convaincant (en tout cas pour moi), antipathique à cause du genre que ça veut se donner et complètement démesuré. Pendant tout le film j'ai eu l'impression d'un pauvre type qui voulait passer sa vie à balancer des cymbales dans l'espoir de recréer une rencontre qui représente pour lui le seul moyen d'avoir de la reconnaissance depuis qu'il a 7 ans et qu'il a décidé d'être quelqu'un "à part".
La petite amie qui n'en est pas réellement une et qui sert juste deux scènes pour montrer combien la passion prend toute la vie du personnage principal, ça m'a un peu rappelé The Social Network (en fait c'est carrément la même chose puisque ce sont des personnages ambitieux et talentueux déjà-vus).
La famille devant qui il essaye de briller, dont il se sent meilleur mais qui sont trop cons pour se rendre combien LUI est vraiment exceptionnel (et bien évidemment c'est tout ce qui compte dans la vie).

MAIS BON, aussi antipathique qu'Andrew soit, c'est peut-être juste une preuve que Miles Teller joue bien. Je ne suis pas musicienne alors pour moi les demandes de juste tempo à une milliseconde près c'est du bullshit pour faire genre que c'est compliqué (je suis quelqu'un de très limité) ; le jazz c'est pas mon kiffe ; et les relations de deux personnes ayant des égos surdimensionnés et cherchant l'approbation des autres ça ne me parle pas.
Malgré tout, c'est ultra-regardable, je ne me suis pas ennuyée et aussi ridiculement exagérée qu'était la personnalité du prof à mes yeux ça ajoutait une bonne intensité au film. Les musiques bien que ne me parlant pas, je suis restée scotchée sur la scène finale, à fond dedans, j'ai apprécié de bout en bout Caravane, la tête qui bouge, jouissif.

Allez, la personnalité de Fletcher a permis de nous offrir toute une panoplie d'insultes, en vostfr ça donnait du "I will fuck you like a pig" transformé en du "Tu vas en chier", ça retranscrit pas la même nervosité mais c'était drôle.

Puis bon, je crois que je préfère un batteur de moindre niveau qui fait de la musique parce qu'il aime ça qu'un excellent batteur qui en fait pour prouver qu'il est le meilleur et être sous les spotlights, un peu plus d'âme dans tout ça.

Samskeyti
7
Écrit par

il y a 7 ans

Whiplash
Sergent_Pepper
8
Whiplash

Travail, infamie, batterie

Pour se laisser pleinement aller à la jubilation de Whiplash, il faut d’emblée lever une ambiguïté de taille : ce n’est pas un film sur la musique. Le mélomane qui ira chercher une exploration des...

Lire la critique

il y a 7 ans

219 j'aime

20

Whiplash
Vincent_Ruozzi
10
Whiplash

«Je vous promets du sang, de la sueur et des larmes»

Whiplash est un grand film. Il est, selon moi, le meilleur de l’année 2014. Une excellente histoire alliant le cinéma et la musique. Celle-ci ne se résume pas à une bande son, mais prend ici la place...

Lire la critique

il y a 7 ans

186 j'aime

11

Whiplash
Je_en_vert
9
Whiplash

Le Bon, La Brute et le Tempo

LE BON. Whiplash c’est l’histoire d’un jeune batteur, interprété par un très bon Miles Teller (The Spectacular Now), qui pratique le jazz dans l’un des meilleurs conservatoires des Etats-Unis. Il...

Lire la critique

il y a 7 ans

186 j'aime

18

Le Livre des Baltimore
Samskeyti
3

Critique de Le Livre des Baltimore par Samskeyti

On retrouve Marcus Goldman, l'écrivain, dans un livre qu'il souhaite dédier à certains membres de sa famille, les Goldman de Baltimore. Ces derniers dont il était très proche ont vécu heureux...

Lire la critique

il y a 6 ans

16 j'aime

1

Ça, tome 2
Samskeyti
5
Ça, tome 2

Tout Ça pour Ça ? Ah-ah...

Lors du tome 1 je me suis laissée prendre complètement. Le récit alterne entre des évènements passés revenant hanter le présent de 7 protagonistes et nécessitant de leur part un retour dans leur...

Lire la critique

il y a 6 ans

15 j'aime

8

Le Charme discret de l'intestin
Samskeyti
6

Critique de Le Charme discret de l'intestin par Samskeyti

Bien que le sujet n'est pas propre à soulever les passions, que la volonté de vulgarisation tende à amener des façons d'expliquer qu'on peut trouver un brin débilisantes et que les dessins au style...

Lire la critique

il y a 6 ans

13 j'aime

1