Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

OUBLIEZ LES ENORMITES DE "LA LEGENDE DE ZORRO"... La VRAIE Californie Américaine c'est ici...

Avis sur Zorro le vengeur

Avatar Patrick Vega
Critique publiée par le

En revenant ici je suis surpris de voir qu'il n'y a pas de critique sur ce petit western de Joaquim Romero MARCHENT... Je vais donc donner mon avis !

J'ai découvert ce film grâce au Cinéma de Quartier de Jean-Pierre DIONNET sur Canal Plus au milieu des années 90... Oubliez les erreurs pro US de LA LEGENDE DE ZORRO... La paix avec le peuple Californien n'est pas venue si facilement... Quand le film débute on voit Zorro (Frank LATIMORE) galopant dans la vallée avec un texte disant "Les vieilles légendes de Californie datant de la conquête de ses terres par les Etats Unis évoquent l'histoire d'un homme à l'identité inconnue qui protégeait les innocents contre l'injustice et les abus... On ne le connaissait que sous le nom de "ZORRO"..."

On voit ensuite une affiche dans un village "WANTED EL ZORRO REWARD $ 1000"

Don José (Frank LATIMORE) se rend ensuite au village et discute avec Padre Francisco de la venue proche du gouverneur américain, Mr Hayes... Ils espèrent voir ainsi enfin une certaine paix...
A la garnison les soldats parlent de la tension entre eux et les Californiens et de Zorro...

On rencontre ensuite le méchant de l'histoire, le Colonel CLARENCE joué par Howard VERNON (qui parlait couramment français et fit son doublage)... Une sorte de clone américain du Commandant MONASTORIO du début de la série de Disney... Il ne se méfie pas de Don José qu'il considère comme un "pantin" qui lui sert indirectement d'espion... Le maître d'armes de Clarence le met en garde contre lui, José ayant su attraper une épée qu'il lui lança pour voir si il savait s'en servir, ce que José nie...
S'ensuit une dispute à l'auberge tenue par Juan (Rafael Romero MARCHENT sous le pseudo RALPH MARCH) qui, malgré le fait qu'il soit encore le meilleur ami de José, le méprise pour son amitié avec Clarence... "C'est une chose de supporter la présence de ces envahisseurs et une autre de mendier leur amitié... Je te laisse jouer au larbin..." (RIEN A VOIR AVEC "LA LEGENDE DE ZORRO" ON VEUT TOUS ÊTRE AMERICAINS !!)

Le Gouverneur (José Marco DAVO) et sa fille Irène (Maria SILVA) arrivent et rencontrent Zorro qui leur explique qu'il veut voir la justice revenir pour son peuple sous peine de représailles mais le gouverneur persiste à dire qu'il vient pour rendre justice et pas seulement sous la menace... Zorro rassuré dit juste que "si il tient parole il n'y aura pas besoin de le voir réapparaître...".

Mais peu après trois des soldats du Colonel Clarence, sur ses ordres, assassinent Padre Francisco et pillent l'Eglise... Juan, appelé à l'aide par une copine d'un des soldats et croyant rejoindre son ami Fernando, se rend à la Mission et les trois hommes "l'arrêtent pour meurtre et pillage"...

José décide alors de tout faire pour le sauver et en finir avec le Colonel Clarence, pour le peuple et pour Maria (Maria Luz GALICIA) la sœur de Juan qu'il aime en secret... Aidé de son vieux serviteur Raimondo (l'équivalent plus âgé et non muet du Bernardo de Disney) il redevient Zorro...
On peut être surpris par le fait qu'il est ici déterminé à tuer sans hésitation et avertit aussi face à face Clarence que ses jours sont comptés après ce crime... ("Je vais vous rapporter les têtes de vos tueurs Colonel... Et vous relâcherez Juan lavé de toute accusation... Il est possible alors que je vous laisse vivre un peu plus longtemps... Mais rappelez-vous... Je n'avertis jamais... Qu'une fois...")

On peut voir aussi une scène poignante quand José révèle à Juan son secret en prison...
JUAN: Je ne peux pas oublier notre amitié, si j'entendais quelqu'un dire seulement une partie de ce que je t'ai dit... Je lui casserais la figure...
JOSE: Je vais essayer de te sortir d'ici, avec l'aide d'un ami...
JUAN: Un ami à toi ? Qui ?
JOSE: Un hors-la-loi qui a fait beaucoup pour nous... Un homme qui pour sauver un ami (il sort son masque de son gilet puis le met) partagera avec lui un secret à emporter dans la tombe...
Juan stupéfait et heureux lui serre la main...

La fin du film est aussi surprenante et réussie avec une grande scène de bataille entre les Californiens menés par Zorro et la cavalerie américaine et un final poignant marquant enfin officiellement la paix entre les deux peuples... Là aussi on est bien loin des brûlots anti français pro US énormités historiques de LA LEGENDE DE ZORRO...

Alors, que dire ?
Tournage en Espagne et co-production franco-espagnole (EUROCINE de Marius LESOEUR et Eduardo MANZANOS Madrid)...
Frank LATIMORE peut faire un peu penser à Guy WILLIAMS mais un Don Diego (ici José donc) moins lâche et plus diplomate (il essaye à plusieurs reprises de calmer verbalement la populace pour éviter le pire), en tant que Zorro son apparence peut paraître déconcertante (pas de cape, un foulard en guise de masque et autant d'utilisation du revolver que de l'épée) mais un Zorro assez réussi.
Howard VERNON avait surtout tourné dans des films d'horreur (L'HORRIBLE DOCTEUR ORLOFF par exemple) et fera encore bien des productions hélas navrantes (LE LAC DES MORTS VIVANTS en 1980 et ses zombies nazis dans un village français paumé dont il est le maire...) mais ici il est un bon méchant haïssable, hommage sans doute aux premiers films (il fait penser aussi, comme dit avant, à MONASTORIO chez Disney avec son mépris des Californiens ("Des hommes qui sont les ennemis de l'Union !")).

On peut déplorer cependant que ce film ne soit pas encore sorti en dvd chez nous (il a été édité en VHS à plusieurs reprises pourtant jadis dans des copies correctes)...

UN ZORRO EN CALIFORNIE AMERICAINE PLUS REALISTE QUE LA DERNIRE (MES)AVENTURE CINE DANS LA TRADITION DU ZORRO DE DISNEY... Si vous avez la possibilité de le voir un jour, faites-le...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 314 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Patrick Vega Zorro le vengeur