Another World

Avis sur Another World sur Super Nintendo

Avatar Adagio
Test publié par le
Version Super Nintendo

Delphine Software a produit deux jeux incontournables dans les années 90, dans la veine des cinematic platformer 2D. En 1992 le studio sortait Flashback et son univers cyberpunk, probablement inspiré par les romans de P.K. Dick, alors qu'Another World venait au monde en 1991. Hormis la bande originale, Another World est le fruit d'un passionné, Eric Chahi, futur papa de Heart of Darkness. Si le succès de ce dernier sera quelque peu éclipsé à la sortie de l'Odyssée d'Abe, Another World s'inscrira comme une belle réussite au fil du temps. Le jeu se distingue déjà par son ambiance et ses mystères, surfant sur la thématique des univers parallèles. L'histoire propose d'incarner un scientifique catapulté dans un monde inconnu, peuplé de dangers. Le graphisme est bluffant pour l'époque, et au-delà du gameplay le jeu revendique une part artistique évidente.

Par sa narration épurée et son absence de dialogues, Another World dévoile un univers surprenant. Sans révéler trop d'infos, le titre laisse l'imaginaire du joueur prendre part au récit. Mais si l'immersion fonctionne si bien, c'est parce que la cinématique du gameplay et l'interface offrent un ensemble des plus crédibles. On retrouve un challenge type die-and-retry certes, mais l'écran a été dépouillé de sa substance habituelle, exit les barres de vie et autre indicateur, chiffre ou item. L'abstraction est le maître mot, et la narration, évacuant toute forme de texte pour privilégier les interactions, s'appuie sur de simples gestes de la part des personnages pour faire comprendre leurs intentions. Le joueur doit laisser parler son intuition en gros, rien ne vient rompre l'immersion.

Finalement le jeu s'adresse à tous, éliminant les barrières de la langue et de la culture. Cette logique rappelle le crédo de titres plus récents, Journey pour n'en citer qu'un. Bien sûr Another World a subi le poids des années, sa difficulté et sa rigidité en font un titre difficile à prendre en main pour ceux qui n'ont pas les souvenirs et la nostalgie pour adoucir l'expérience. A ce propos, une version HD est sortie en 2006, dépoussiérant un peu les tableaux en enrichissant la plupart des background. Bref avis aux amateurs, le voyage vaut le coup pour le jalon qu'il incarne dans l'ère des cinematic platformer (pas si nombreux à l'époque), mais armez vous de patience. Je crois que l'affiche du jeu me fera toujours rêver, dans sa perspective insolite de roches et son horizon de tempêtes.

(Décembre 2017)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 122 fois
6 apprécient

Adagio a ajouté ce jeu à 1 liste Another World

  • Jeux vidéo
    Cover Errances

    Errances

    Artwork en couverture basé sur le travail d'Hidetaka Miyazaki, Dark Souls III, 2016.

Autres actions de Adagio Another World