Ezio Auditore et les reliques du Contrôle, partie 2.

Avis sur Assassin's Creed: Brotherhood sur Xbox 360

Avatar Seeker_Of_Loot
Test publié par le
Version Xbox 360

Asassin's Creed 2 laissait le joueur sur une fin qui n'en était pas vraiment une, et il était somme toute logique qu'une suite directe pointe le bout de son nez. Cette suite, Brotherhood, nous fait donc retrouver l'Italien Ezio, à la seconde près où le second volet s'arrêtait.
Il n'y a donc pas de changements énormes entre les deux itérations, si ce n'est que votre terrain de jeu est ici la ville de Rome, tout aussi bien restituée que ses devancières, et que le système économique, visant à restaurer ladite ville, a été équilibré par rapport au second volet. Vous gagnerez donc moins d'argent, mais au bout d'un moment, en ayant remis suffisament de bâtiments en service, votre revenu périodique restera tout de même pus que confortable.
Si graphiquement il n'y a pas d'évolution notable, on peut en revanche constater une nouvelle amélioration du système de combat, qui se voit implémenter un système de "kills à la chaine"(en gros, après une parde mortelle réussie, vous pouvez passer d'un adversaire à l'autre et les tuer instantanément tant que vous ne vous faites pas toucher.), un rééquilibrage des ennemis et l'ajout de nouveaux archétypes de soldats, comme l'arbalétrier,ou de certains officiers carrément armés de mousquets. A noter, également, l'apparition de la Guilde des Asaasssins. En secourant des habitants s'opposant au pouvoir des Borgia, ces derniers rejoignent vos rangs et peuvent vous aider à vous débarasser des gardes, accomplir vos assassinats plus facilement, etc... Vous pouvez également les envoyer en mission aux quatre coins de l'Europe afin d'engranger argent et points d'expérience, ce qui vous permet, une fois qu'ils ont passé un niveau, d'améliorer leur équipement et ainsi, leurs chances de survie au combat.
Côté scénario, la lutte entre Assassins et Templiers est légèrement mise en retrait durant la majeure partie de l'aventure, dans le sens où votre adversaire principal, Cesare Borgia, cherche beaucoup plus la puissance pour son propre profit qu'à assoir la domination de son ordre. En revanche, les choses commencent enfin à avancer du côté de Desmond et si l'intrigue est toujours aussi capillotractée, la fin de ce volet a tout de même de quoi piquer la curiosité.
Quand aux activités annexes, elles restent assez similaires à celles du précédent chapitre: tombeaux anciens à explorer pour décrocher l'"armure ultime", la ville à restaurer bien entendu, quelques plumes et drapeaux à retrouver un peu partout sur les toits de la cité, oeuvres d'art à acheter, etc... Rien de très nouveau mais on a vu pire.
Un troisième volet agréable à parcourir donc, même si la formule commence à s' essoufler quelque peu. Reste à voir maintenant si Revelations, annoncé comme le chapitre qui clôturera l'arc de Desmond/Altaïr/Ezio, sera l'épisode de trop ou non...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 282 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Seeker_Of_Loot Assassin's Creed: Brotherhood