J’étais pourtant amoureux d'Emma de Caunes

Avis sur Beyond Good & Evil sur PC

Avatar Julien Hérault
Test publié par le
Version PC

Alors que l'annonce de Beyond Good and Evil 2 c'est faite dans les larmes et les cris de joie lors de l'E3 2017, l'occasion était trop belle pour rattraper mon retard en m'attelant à BGE premier du nom que j'avais raté à l’époque... et après 13 heures de jeu, il ne reste que incompréhension et la déception.

Tous d'abord, si le jeu reste plutôt joli pour l’époque, la direction artistique est très pauvre, la seule ville du jeu est déprimante en plus d’être minuscule (2 rues ), les donjons qui ponctuent l'aventure sont des successions de couloirs qui font très pale figure face à Zelda Wind Waker sortit 2 ans auparavant sans parlé du ridicule monde ouvert qui fait jonction entre les donjons, en plus d’être vide , il nous fait subir des phases d’Hovercraft terrifiantes.

D'ailleurs le Gameplay est le plus gros défaut du jeu, coté caméra, c'est tous simplement l'une des plus mauvaises que j'ai eu à voir durant ma vie de joueur, elle va ou elle veut et reste indépendante de votre volonté. Les phases de combats sont d'un ennuie fou sachant que jade n'apprendra aucun mouvement supplémentaire et n'obtiendra aucune nouvelle arme ni accessoire excepté.....un lance pogue.....
Enfin les phase d'infiltration qui concerne plus d'un tier du jeu sont une torture, grâce à la caméra d'une part mais aussi grâce à une IA incroyablement nul qui vous repère pour un rien mais qui vous oublie dès que vous n’êtes plus dans le champ de vision. L'IA amis quand à elle vous empêche parfois même de jouer.

Le scénario était censé être l'un des gros points forts du jeu, et pourtant l'histoire est très simplette avec très peu de rebondissements. En gros c'est un complot: les gentils qui nous protège sont enfaîte les méchants et ce n'est pas un spoil, on nous l'annonce au bout d'une heure de jeu. Au passage le jeu est assez court, environ une dizaine d'heure et aucune rejouabilité (pas de difficulté ni new game )

La B.O quand à elle est sympa mais quand on tente de comparé avec ce qui est sortit dans dans les même années on oublie vite et aucun thème ne m'a réellement transcendé

Pour terminer, j'ai lu qu'a l’époque le jeu avait été surnommé le "zelda francais ", pour avoir très récemment bouclé zelda Wind Waker, BGE s'en inspire clairement, mais fait tous très mal en plus d’être très fade.

Même Emma ne pourra pas le sauver.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 567 fois
3 apprécient · 4 n'apprécient pas

Autres actions de Julien Hérault Beyond Good & Evil