Un jeu particulier, certes imparfait mais excellent.

Avis sur Castlevania : Lords of Shadow 2 sur PlayStation 3

Avatar StoneOfChaos
Test publié par le
Version PlayStation 3

Castlevania : Lords of Shadow premier du nom fut un succès incroyable, un véritable reboot pour la série Castlevania qui a pu reprendre du poil de la bête. Le jeu a bénéficié d'un final surprenant qui nous plongea encore plus au coeur du destin tortueux de Gabriel Belmont. Suite à cette réussite, ils ont produit le convenable Mirror of Fate, qui était amusant et intéressant malgré pas mal de défauts évidents (à commencer par les animations.)
Le problème, c'est que de nombreux problèmes se sont installés au sein du studio, Enric Alvarez, le Game Director a commencé à ignorer ses employés, le développement était chaotique et la communication était nulle. Cela a fait couler beaucoup d'encre... On pourrait facilement penser que Lords of Shadow 2 sera un jeu raté et une merde sans nom. Est-ce le cas ? Pas le moins du monde. Et, même si je risque de me faire d'ennemis qui ne manqueront pas de me dire que j'ai très mauvais goût : il est bien meilleur sur certains points que Lords of Shadow premier du nom.
Evidemment, il y a une chose dont on ne peut s'empêcher en jouant à cet opus, c'est de le comparer au 1. Et à mon sens, beaucoup trop le font. Mon but sera non seulement d'effectuer une critique de Lords of Shadow 2, et aussi de laver les nombreuses injustices dont il est victime. Cette critique sera très longue et certainement pas objective. Mais, je joue aux jeux vidéos depuis pas mal d'années, et je pense avoir acquis un certain sens critique. C'est parti.

La première chose que l'on constate dans un jeu, c'est évidemment les visuels, les graphismes, le design. Malgré quelques textures un peu foireuses, le jeu s'en sort très bien, la vieille génération de consoles est poussée à fond, malgré un aliasing présent un peu partout (néanmoins absent sur PC, tout dépend de votre support donc.). Les effets de lumières sont bien fichus, les animations sont fluides, le jeu en lui-même aussi d'ailleurs. Passons outre l'aspect technique en s'attaquant au design : les décors sont fabuleux. On enchaîne entre des décors gothiques au sein du château de Dracula absolument sublime sur des décors plus modernes d'un goût plus discutable mais qui ne manquent pas de procurer de multiples instants de contemplation lorsqu'on s'y attarde. Alors oui, beaucoup regretteront les paysages sublimes et oniriques du premier LoS, d'autres diront que des décors modernes n'ont rien à faire dans Castlevania. La chose à garder à l'esprit malgré tout, c'est que ce jeu a fait des choix, des partis-pris, pour ainsi dire : Dracula évolue dans une ambiance tantôt gothique et plus "classique" pour un Castlevania, avec des gargouilles, des arches, des statues, et tantôt dans des usines sombres et sales, avec des cheminées, des tuyaux et des conduits de ventilation, ou encore dans des rues vides où, paradoxalement, le chaos règne. Le tout se mélange de manière assez fluide malgré tout, car on conserve une atmosphère relativement inquiétante voire oppressante : Lords of Shadow 2 assume complètement ses choix, même si tout reste une affaire de goûts. De plus, ne regrettez pas les décors de Lords of Shadow 1: imaginez simplement Dracula dans des forêts, montagnes et marais : ça n'aurait juste pas collé. Au contraire, dans un château sombre et une ville glauque, Dracula est bien plus dans son élément. Évidemment qu'il y a des décors qui font qu'on n'a pas l'impression d'être dans un Castlevania, puisque, je rappelle ce que beaucoup oublient, la série Lords of Shadow est un reboot. Voilà qui est fait en ce qui concerne les décors : deux mondes aux styles graphiques opposés mais chacun suffisamment maîtrisé à mon goût. Pour une ville sombre et en perdition, il y a des décors qui en jettent, quand même.
Le design des divers ennemis est également très bon : des démons et boss très bien réalisés, disposant de leur palette de bruitages qui vont avec, le tout passe très bien. Certains pointeront du doigt l'arrivée de mechas, de mon avis personnel, ils s'intègrent plutôt bien à l'époque moderne. Des chevaliers se battant à l'épée en 2050, ça l'aurait pas fait, à mon avis, des mechas, ça passe vachement mieux, je trouve. Et ça apporte un peu de fraîcheur au bestiaire qui, sans un peu de nouveauté, aurait été franchement lassant.
Mercury Steam n'est pas tombé dans le piège de nous faire un Dracula "classique" fringué en noir avec des cheveux blancs : le design de Dracula lui-même est sublime, un monstre de charisme, et son doubleur Robert Carlyle est juste parfait avec une voix collant complètement au personnage.

La jouabilité en elle-même est quasi-parfaite. C'est le point du jeu sur lequel je n'ai que peu de choses à redire. En effet, il reprend les combos du premier opus, mais uniquement pour l'arme de base du jeu, le fouet. Le premier opus m'avait un peu déçu car les magies se limitaient à changer la couleur de notre héros, ajouter un effet à notre arme et permettre d'exécuter 4-5 coups spéciaux. Concernant cela, Lords of Shadow 2 fait un grand pas en avant : Dracula peut utiliser deux autres armes disposant d'un set de combos chacune. Même si elles reprennent les mêmes bases, ces armes se manient différemment et vous devrez changer en fonction de la situation. Utiliserez-vous l'épée du néant, plus faible mais plus rapide et aux capacités régénératrices vitales (comme la magie de lumière dans le 1) ou préférerez-vous un style bourrin avec les poings du chaos plus lentes, mais avec une puissance de frappe inégalée capable de passer la plupart des défenses ? Le choix est vôtre. Il restera évidemment votre fouet de base, qui est un juste milieu, que vous pourrez utiliser sans limite.
Le système de parade et d'esquive est également de retour, très important à prendre en main d'autant que les ennemis usent beaucoup d'attaques imparables, vous forçant à bien calculer vos attaques et à ajuster un peu votre timing.
Dracula peut toujours également lancer des dagues (bien qu'elles soient d'une inutilité totale, il faut le dire), mais il pourra également se transformer en brume, envoyer des nuées de chauves-souris, ou user d'une des reliques dont il dispose, lui octroyant temporairement de nouveaux pouvoirs, ou encore utiliser son emblème du Dragon (Dracul signifiant Dragon, je le rappelle) afin se transformer en sa forme draconique durant une petite cinématique sympa, pour mieux one-shot tous les ennemis à l'écran. Sur ce point, il est également supérieur à Lords Of Shadow 1 qui ne comptait que peu d'objets, dont la plupart étaient assez inutiles (les fées en tête).
Les phases d'exploration sont convenables, le tout reste assez couloir, ce sont des niveaux mis bout-à-bout et malgré une légère liberté, ce jeu n'est pas un open-world, ce n'est pas un point qui lui est reprochable à mon sens, il n'est de toute façon pas fait pour être joué ainsi : si je veux jouer à un jeu "libre", je joue à un The Elder Scrolls, pas à Lords of Shadow.
Pas mal de séquences envoient du lourd, peut-être même un peu trop, comme la séquence du train, mais toutes ne vont jamais vraiment trop loin et restent malgré tout drôlement classes et jouissives. Pas mal de QTE sont présentes mais sachez que vous pouvez tout à fait les désactiver si vous n'aimez pas le concept.
Seul point noir du jeu en terme de jouabilité, ce sont les phases d'infiltration. Assez poussives et nazes, elles se passent heureusement vite, d'autant que même si elles posent deux-trois souçis de cohérence (on se cache d'un ennemi qu'on défonce 5 minutes après...), elles ne constituent que 7-8% du jeu à tout casser. Pas de quoi casser trois dents à un vampire.
Oh et aussi, AUCUN bug n'est à déplorer. J'ai fini le jeu 2 fois et je n'en ai pas eu un seul. Un bon point selon moi vu comment les jeux vidéos de nos jours sont complètement remplis de bugs de A à Z.

La bande-son est un des plus gros points forts. On retrouve pas mal de thèmes épiques et entraînants qui donnent envie de se plonger encore plus dans l'action. Il y a quelques morceaux un poil plus calmes, posés, voire mélancoliques, qui collent finalement bien à l'atmosphère générale du jeu. Non, vraiment, malgré trois-quatre musiques passables sur la trentaine de morceaux qu'il doit y avoir, le jeu se dote d'une bande-son solide qui accompagne parfaitement son rythme et qui tient même en respect celle de Skyrim.
Le rythme, tiens, parlons un peu du scénario, de la narration, c'est aussi un point sur lequel je défends le jeu alors que pas mal le défoncent.

Bon, on le sait depuis plus de 5 ans maintenant, Gabriel est devenu le Prince des Ténèbres en personne, suite à la perte de sa femme ainsi que la trahison de Zobek. Ce champion de la lumière a tout perdu lors de sa quête désespérée lors du premier opus. Pire, une fois devenu Dracula, il a tué son propre fils (Mirror of Fate). Contrairement au Dracula original de Stoker qui est un vampire charmeur et effrayant, le Dracula de Lords of Shadow est un être surpuissant complètement torturé et en proie à une souffrance permanente, qui, contrairement au Dracula original, n'aime pas tellement son statut de Prince des Ténèbres. Cette souffrance, dont il ne peut se délivrer, constitue l'un des points du scénario de ce jeu : Dracula veut mettre fin à son immortalité.
Seul Zobek peut y parvenir à l'aide du Vampire Killer, ainsi, Dracula coopère avec son ancien ami/ennemi pour tuer les acolytes de Satan avant le retour de celui-ci. OK, le retour de Satan est un fil rouge un peu bateau (mais venez franchement pas me dire que le fil rouge du 1 était vraiment mieux, tabasser trois gros méchants pour pouvoir ressusciter sa femme, c'est pas réellement d'une meilleure qualité) mais il remplit son office.
Non, ce qui est réellement intéressant, c'est l'évolution du personnage. Surtout sur le plan psychologique. Les retours dans le passé en sont un exemple évident. Gabriel retrouve sa femme, supposée morte, et son fils au sein de son château, et il ignore si ce sont des illusions ou pas. Au fil du jeu, le changement psychologique de Dracula se fait sentir, aussi bien à travers ses paroles que ses actions. Il n'est plus question pour lui de haine ou de vengeance, mais de rédemption, Dracula cherche le repos et le pardon de sa femme et son fils à tout prix.

Dracula explore donc divers lieux, aussi bien dans son château que dans la ville moderne de Castlevania. Certains reprochent au jeu de ne pas assez travailler le background des univers mis à disposition, de laisser quelques vagues parchemins pour expliquer ce qui a pu se passer à tel endroit, je répondrai que le jeu se contente simplement de ne pas se doter d'éléments de background inutiles (contrairement à un certain Destiny) On s'en fiche un peu de savoir l'histoire de tel ou tel endroit. Je joue à ce jeu pour découvrir un destin singulier (et Lords of Shadow 2 le fait très bien), pas pour découvrir tout un univers complexe et travaillé, je laisse ça à d'autres jeux.
Le seul bémol étant une fin frustrante; pas mal ont crié à l'arnaque et au vite-fait, et à raison. Cependant, c'est une fin décevante, certes, mais qui reste convenable pour un personnage tel que Dracula. Même si elle laisse sans réponses pas mal de questions, elle montre que Dracula est toujours un peu perdu mais qu'il n'est désormais plus seul. C'est tout. Un final éclatant avec plein d'explosions partout, Dracula qui se transforme en dragon pour défoncer tout, ça m'aurait gavé, et pas mal de joueurs aussi, à mon avis.

Bref, je vais essayer de conclure et d'être clair : à mon sens, ce jeu ne mérite clairement pas les multiples mauvaises notes qu'il s'est mangées en pleine face. Certes, il a des défauts, et certains assez gênants même, cependant, je pense que beaucoup prennent ce jeu dans le mauvais sens : on le prend pour un open-world alors qu'il ne l'est clairement pas et n'est pas fait pour être joué ainsi, on le joue comme un Castlevania classique alors qu'il fait partie d'un reboot...
J'ai beau retourner la chose dans tous les sens, ce que j'ai vu durant ces heures de jeu, c'est des décors incroyables même si cela reste subjectif, des musiques sublimes, un gameplay dont je n'ai eu que rarement à me plaindre malgré quelques phases chiantes, et un scénario très agréable et intéressant si on prend le temps de s'y plonger (et si on a fait Lords of Shadow 1 et Mirror of Fate aussi...).
Honnêtement, j'ai vraiment beaucoup de mal à comprendre les gens et les journalistes qui mettent 4/10 à ce jeu alors qu'ils mettent 8/10 à Assassin's Creed Unity (qui a pourtant tellement de défauts, à commencer par son scénario naze, une cohérence aux ras des pâquerettes, et des bugs en quantité incroyable. Mais bon, j'imagine bien que c'est tellement plus facile d'assassiner un jeu qui n'est pas un blockbuster imposant.)
Vraiment, pour ceux qui sont prêts à y jouer non pas comme un vieux Castlevania, mais comme un jeu particulier, assumant ses choix, ce Lords of Shadow 2 est une petite perle, qui n'est pas exempte de défauts gênants, mais après tout, comme on dit, la perfection n'existe que dans l'oeil de celui qui pardonne, non ? Et en l'occurence, si l'on pardonne ses écueils dus au fait que ce jeu essaye d'innover (lui au moins), on trouvera de nombreuses qualités qui en font un excellent jeu.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 400 fois
2 apprécient

StoneOfChaos a ajouté ce jeu à 6 listes Castlevania : Lords of Shadow 2

Autres actions de StoneOfChaos Castlevania : Lords of Shadow 2