Avis sur

Dishonored 2 sur PC par StarTIldA

Avatar StarTIldA
Test publié par le
Version PC

Ce que j'en retiens :

Sans doute l'un des plus beaux jeux qui soit. L'architecture globale de Karnaca inspirée de l'art-déco, la gueule des personnages, le travail sur la lumière remarquable, l'ambiance générale qui mêle révolution technologique balbutiante et magie occulte... Le look du moindre objet du quotidien fait preuve d'un grand soin. Un subtil décalage entre réalité et rêverie, on s'y perd avec plaisir.

Le level-design bien construit pousse à fouiller les moindres recoins, mais ne vous oblige à rien. De nombreux environnements y vont même de leur petit gimmick (un manoir où les pièces sont interchangeables, un quartier qui subit des tempêtes de sable, et même un niveau pour lequel on se retrouve avec un gadget permettant de voyager entre deux époques au même endroit).

La narration par l'exploration, j'aime. On épie des conversations, on trouve des mémos, des bouquins, le jeu n'a que peu de cut-scenes. Il ne s'agit pas ici de collecter tout un tas d'audiolog à la con pour gagner un trophée/succès, mais de découvrir des tranches de vie qui contribuent à donner du background au monde dans lequel on évolue.

On joue à notre rythme, on ruse ou on rush, c'est équilibré. On a donc le choix des armes, et si tous les chemins mènent à Rome, la manière de procéder ne tient qu'à vous.

Le feeling des déplacement est très bon, notamment les pouvoirs comme Long reach et Blink qui font partie du b.a.-ba du jeu.

Ce qui craint :

La suite prétexte dans toute sa splendeur. On prend les mêmes et on recommence, avec un nouveau coup d'état sur les bras et une méchante sortie d'un DLC qui signe son retour. Feignasses.

Deux personnages jouables aux pouvoirs différents, mais un cheminement/dénouement parfaitement identique de l'aventure, ce qui ne fait que souligner l'aspect vite expédié du scénario.

Corvo et Emily auraient pu rester muets. Le problème n'étant pas qu'ils parlent énormément, mais plutôt qu'ils parlent pour rien dire.

Le système de karma toujours aussi fantoche, puisque le joueur va devoir se forcer à jouer soit le bon samaritain, soit le tueur sanguinaire. Tout ça pour se retrouver avec quelques variations dans le décor et une fin différente ? C'pas bien convaincant.

Les quick save ruinent ce jeu. La faute aussi au karma qui forcera à jouer certains runs pour les stats : au moindre faux pas, on reload et on reprend par cœur.
Le jeu n'est déjà pas bien difficile à la base, qu'on se la joue infiltration ou action, on est complètement OP. Il est toujours possible tenter un run sans pouvoir... Mais ne serait-ce pas renier ce qui fait le concept de Dishonored ?

Verdict :
Oh zut, un bon jeu-vidéo.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 180 fois
1 apprécie · 2 n'apprécient pas

Autres actions de StarTIldA Dishonored 2