À cœur vaillant rien d’impossible !

Avis sur Ghost of a Tale sur Xbox One

Avatar Masashi Astray
Test publié par le
Version Xbox One

Parfois, certains jeux méritent bien plus d'attention que d'autres ... malheureusement ils ne bénéficient pas d’autant de visibilité que d'autres productions alors que leur intérêt ludique est bien plus somptueux que les mélasses médiatisés. Vous me direz, c'est peut-être le lot quotidien de bon nombre de productions indépendantes mais c'est assez triste, surtout quand on se retrouve avec des chefs d’œuvres (oui n'ayons pas peur des mots) et de voir que si on ne développe pas une bizarrerie ou un simulateur de marche on ne perce pas aux yeux de quelques « influenceurs » (rien que le mot est gerbant).

Ghost of a tale est un jeu avec une âme, celle que l'on retrouve que très rarement dans notre monde vidéoludique impitoyable, quelque chose de difficile a décrire puisque que je ne cherche pas être objectif, mais honnête. Bien évidement, je parle uniquement de mon ressenti après quelques heures sur le jeu qui est en game preview sur xbox one, donc je ferai abstraction de quelques menus défauts, accoutumé aux jeux encore en développement. Il serait complément stupide de lui en tenir rigueur.

Quoiqu'il en soit, nous endossons le rôle de Tilo, souris de sont état et fier ménestrel, se réveillant les pattes humides dans une prison en quête de liberté et tente de sauver sa petite famille. Pour se faire, il sera aidé ici et là par les originaux du coin, tout en essayant de se frayer un chemin sans trop s'égratigner le museau ou se coincer la queue.

On se retrouve donc dans une sorte d'action rpg avec une dominante infiltration et avec une bonne dose d'énigmes, le tout dans un univers fantastique avec des rongeurs me rappelant entre autre les Skavens de Warhammers, bref. Nous sommes une petit souris avec toutes les difficultés qu'une souris peut rencontrer face à un rat, petit, faible mais vif et surtout plus malin. La 1er chose qui saute au yeux c'est l'aspect graphique (comme quoi, dans des mains expertes, Unity fait des miracles) et surtout la qualité des animations Tilo est juste magnifique (surtout quand il se gratte les fesses). Le jeu n'est pas particulièrement difficile, disons plutôt que si échec il y a, il vient de votre propre chef et non pas d'une difficulté virtuellement rehaussée, si vous voyez ce que je veux dire. La mort peut être fréquente, si comme moi, vous avez tendance a prendre une certaine confiance, mais elle n'est jamais punitive et reste instructive. Les dialogues et l'univers autour du jeu sont aussi attachants qu'exemplaires, nous offrant une œuvre complexe et riche en nous détaillant même les us et coutumes de chaque race au fil de l’aventure, rendant l'ensemble aussi cohérent que vivant.

Personnellement, le jeu m'a directement fait penser à deux excellents jeux de plateau avec figurines «Mice and Mystics » ou encore « Tail Feathers » des sortes de dungeon crawler, dans un univers fantastique où l'on incarne une souris face à des rats, araignées et autres joyeusetés. Voila, c'était la petite info perso, les similitudes s’arrêtent là, mais comme j'aime je partage.

Y' a des jeux où c'est limite un acte civique de contribuer à leur existence, d'aider les petites mains qui les battissent car elle vont dans le bon sens de ce que le jeu vidéo doit être : créatif et ambitieux , nous faire voyager et surtout rêver.

Y'a pas de lapins, mais bon, je lui en tiendrai pas rigueur. Mais ça serait vraiment cool qu'il y en ait !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1172 fois
5 apprécient

Autres actions de Masashi Astray Ghost of a Tale