Un univers riche

Avis sur Guild Wars 2 sur PC

Avatar Niveks
Test publié par le
Version PC

Pas particulièrement fan des MMORPG, moi le questing, raiding, grinding, powerleveling, ça me passe au dessus de la tête. Autant dire que Guild Wars avait intérêt à être frais et engageant. Pari tenu. Le système de quête, surtout au niveau des évènements dynamiques, donne moins l’impression de suivre un liste de courses donné par un mec à chaque gusse venant chercher de l’aventure. Ici, c’est à plusieurs qu’on fait les choses, et la plupart du temps avec des inconnus. Et ça marche plutôt bien. Les évènements dynamiques en particuliers, s'enchaînent et emporte celui qui veut bien les suivre du début à la fin dans une aventure pouvant bien les mener a des choses vraiment excitantes. Le questing dans Guild Wars 2, ça ne se fait pas comme une liste de course, ça se vit.

Et c’est vraiment dommage de voir que certaines personnes ayant leurs habitudes de MMO classiques partent quand on leur donne une récompense alors qu’il y a plus après pour celui qui observe ses alentours. Ce n’est pas parce qu’un personnage dans le monde n’a pas de point d’exclamation au dessus de la tête qu’il n’a pas quelque chose d’important à dire. Un évènement dynamique peut très bien être déclenché par qui prête attention à la discussion entre deux quidams et propose son aide.

Cela contribue à rendre l’univers vraiment riche et vivant. On à moins l’impression que l’histoire des autres se déroule juste pour nous, elle est la, on peut la suivre ou la rater, c’est une question d’implication.

En PVE, l'absence totale de compétition entre les joueurs par le total partage encourage la plupart des joueurs à être amicaux et détendus. Je ne compte plus le nombre de personnes m'ayant remis sur pied alors qu'il n’étaient absolument pas obligés de le faire. Cela rend l'expérience de jeu vraiment agréable. Cela a déjà été dit, dans Guild Wars 2, on aime bien voir des inconnus débouler.

Pour le reste, le monde offre une variété de décors travaillés parsemés d’endroit qui resteront cachés à celui qui ne se sent pas de sauter quelques plate-forme ou de regarder ce qu’il y a derrière des feuillages suspects. Les concepteurs ont pris un malin plaisir a cacher tout un tas de choses sympathiques ou curieuses. Pléthore de points de passages sont disséminés dans les zones pour se déplacer moyennant paiement.

Les 8 classes offrent des styles de jeux pour tout les goûts, combat à l'épée ou marteau, sorts de zones destructeurs, envoûtement ,furtivité et dagues, arcs, fusils, explosifs, tourelles déployables... Pour pimenter un peu, il est possible de ramasser des “armes environnementales” disposant de compétences adaptées, ce qui permet de tabasser des revenants à coup de pelle, ou d’utiliser une touffe de poils traînant par terre pour aveugler les ennemis, si c’est votre truc.
Les combats sont dynamiques et le joueur a tout intérêt a utiliser les esquives dans bon nombre de situations sous peine de se retrouver a terre.
Énormément de choses donnent de l’expérience(notamment l’exploration totale des zones), si bien que l’on arrive niveau 80 plutôt rapidement, et il est plutôt facile de monter rapidement un perso alternatif. Pas de problème à retourner explorer quelques zones bas niveau, la remise à niveau automatique permet de toujours avoir un certain degré de challenge dans les combats comportant plusieurs ennemis.

Les donjons offrent un challenge et nécessitent une bonne coordination de groupe et une connaissance des ennemis. Ceux-ci attaquant tout ce qui leur passe devant eux sans réelle distinction, personne n’est a l’abri. Ici, on ne gère pas l’aggro d’un mob en surveillant les dps. On sauve les miches de ses coéquipiers quand ils sont en train de servir de punching ball pour bandit ou de viande à chien.

Les interfaces sont claires et pratiques et le système de stockage de matériaux d’artisanat en collection est une sacrée bonne idée qui empêche d’encombrer la banque ou l’inventaire. Autre chose pratique, le comptoir des ventes accessible partout, qui permet de garder de la place dans on inventaire au détriment de quelques pièces de cuivre de commission. Le principe de transmutation permet d’avoir une armure ou arme à son goût sans sacrifier les statistiques. Dommage que les armures niveau 80 nécessitent d'investir quelques gemmes pour être transmutées. Gemmes, qui sont la monnaie virtuelle du “cash shop”, achetable par carte bancaire mais aussi en effectuant une conversion des sous durement gagnés dans le jeu. Le cash shop est principalement destiné aux améliorations cosmétiques, pets, teintures, boosts d’expérience, banque sur demande... Rien de bien outrageant à ce niveau.

Les musiques du jeu sont un mélange de compositions originales et d’anciennes créations de Jeremy Soule, calmes ou épiques, toutes aussi belles les unes que les autres, et enchaînées avec un délai assez long afin de ne pas lasser, pour s'intégrer parfaitement au jeu. Elles contribuent à créer “l’ambiance guild wars”. Certains reconnaîtront avec nostalgie quelques musiques du premier jeu.

Bien sur, tout n’est pas parfait. Premièrement, on retrouve moins le coté "je personnalise mon deck" qui faisait la particularité du premier opus. Les 5 compétences de base dépendent des armes portées, reste quatre autres compétences personnalisables à souhait selon le style de combat. Malgré cela, la variété d'armes qu'une profession peut utiliser change vraiment le style de jeu. Le combat en intérieurs trop étroits peut être un peu problématique à cause de la camera et de la taille des sorts de zones des ennemis. Les performances dans certaines zones sont exécrables sur bon nombre de PC aux caractéristiques respectables. Le système d'évènements dynamiques est parfois soumis a quelques bugs de scripts bloquant la progression, certains personnages fournissant des points de compétences disparaissent mystérieusement... Heureusement, Arena net est relativement réactif et fournit de gracieux patchs. Même si Guild Wars 2 prétend balayer certains principes d’un MMO classiques, il y a des choses qui dérangent quand même, comme par exemple le fait qu’il est possible de se faire pousser dans le vide par un ennemi, mais pas l’inverse (sauf en PvP bien sur) ou l’intelligence artificielle qui, lorsqu’elle revient à son point d’apparition, ignore tout le monde.

Un autre point à noter c’est la faible variété de contenu PVP facilement accessible. Le nerf de la guerre étant le Monde contre Monde ou trois serveurs s’affrontent sur quatre grandes cartes, il est largement pris d’assaut et il est monnaie courante de faire face file d’attente interminable car les quatre cartes de 500 joueurs sont pleines. Le reste du PvP c’est le combat d'arène 8v8 et 5v5 sur des cartes de taille moyennes, voire petites, en mode capture de point. Ah, et la bataille de barils, version Norn du basketball se jouant avec des barils et à coups de poings. Plus de modes PvP n’aurait pas été de refus.

Malgré tout, les bases sont solides, c’est fourni de bonnes idées, on en a largement pour son argent, et il est sage d’attendre les évènements et le contenu fourni qui feront le futur de ce jeu.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 319 fois
Aucun vote pour le moment

Niveks a ajouté ce jeu à 1 liste Guild Wars 2

Autres actions de Niveks Guild Wars 2