Un Conte Horrifique Onirique

Avis sur Little Nightmares sur PC

Avatar PlayerOne
Test publié par le
Version PC

Version: PC / XBOX / PS4 PRO / PS4

ASPECT TECHNIQUE

Avant de rentrer dans le vif du sujet il me semble important de faire quelques précisions sur la partie technique, où je vois marquer de tout et surtout n'importe quoi.

PS4 & ONE : Egalité

Le jeu tourne sur PS4 et One en 1080p maximum et en 30 fps

PC & PS4 PRO : Les Pciste Bloquaient

Le jeu tourne en 1620p sur PS4 Pro et en 60 fps (certains parlent de quelques chute à 50 fps), aux dernières nouvelles, le 1620p ce n'est pas de la 4K qui elle est en 2160p. Par contre on est dans la norme de la PS4 Pro qui fais tourner la majorité des jeux en 2k sois une dimension de 1440p. Sauf que la bien sur vue le peu de ressource que demande le titre, le 60 fps est de mise. SAUF QUE, nos amis Pcste risque de gueuler puisque le build PC est identique à celui de la PS4 Pro, ce qui implique que la 4K sois bridé à 30 fps (4k non dispo sur PS4 Pro) et dois ce limité à la résolution bâtarde de 1620p maximum pour tourner à 60 fps.

Le seul autre jeu connu pour avoir cette résolution est Infinite Warfare Remastered, afin de maintenir un framerate stable: https://charlieintel.com/2016/11/07/infinite-warfare-runs-2160p-mwr-1620p-playstation-4-pro/

ALL VERSION: Un Framerate Solide

Aucune chute de framerate fut constaté pour ma part qui sois anormal (Juste quelque une lors des points de save, mais comme tous les jeux j'ai envie de dire)

PEUR PRIMAIRE

Little Nigthmares fais partie de cette nouvelle vagues née au début des années 2010's avec Limbo, Journey ou encore Brothers en 2013. Le gameplay est central, sert le récit et c'est autour de lui qu'on imbrique les idées d’univers que l'on souhaite transposer, le titre partage cette vision de construction avec le jeu Brothers mais également quelques mécaniques empruntaient à celui ci notamment sur l'utilisation des gâchettes arrière pour exécuté l'action et non les boutons dit traditionnels.

Sauf qu'ici point de père à sauver si ce n'est vous même, Six, une jeune fille dont on ne sais rien, enfermer dans un lieu mystérieux nommé le "Maw". Le titre pour ma part, fut ressentie comme un melting pot de toutes les peurs qui nous anime étant enfants, la peur du noir en premier lieu est omniprésente et permet à l'équipe de développement de s'en donner à coeur joie en ce qui concerne le jeu de lumière et colorimétrique toujours choisie avec soins, que ce sois pour les teintes de couleurs selon les situations, ou tout simplement les plans de coupe visuel afin de mettre en perspective le sujet (nous) face à l'immensité concrète de son environnement. (La taille du monde de l'enfant face à celui des adultes)

Les passages sont marquant et ceux grâce à une D.A (Direction Artistique) efficace, nous rappelant sous certain rapport L'Etrange Noël de Mr Jack, l'esthétisme Burton en somme, mais ce serai oublier la caméra qui arrive tout en proposant un plan classique de scroling 2D une nouvelle interprétation de ce que l'on observe, et ceux grâce au steady cam (camera monté sur sois même pour donner un mouvement fluide lors du suivit de l'action) très utilisé au cinéma et qui est parfaitement maitrisé en apportant une vrai plus valu à l'ambiance.

J'ai parlé de la peur du noir qui est la plus évidente, appuyer avec l'utilisation d'un briquet qui vous est fournie dés le début du soft, mais d'autre frayeur son présente et l'équipe réussie avec brio à les retranscrire, celle que l'on peut avoir avec ces formes mal défini dans l'obscurité vous posant la question si c'est une chaussette ou un serpent voir une limace géante ? Ou encore une justesse de ton incroyable dans une scène représentant une chambre à coucher d'internat avec la fameuse garde de nuit du surveillant se transformant de type sympas, à un Slender Man informe dût au contre jours de la lumière du couloir.

Je ne vais pas spoiler, mais encore une fois toutes les peur enfantine sont cristallisé dans ce titre, dernière exemple: la peur de se faire manger par des ogres, tiré de conte et légende traditionnel européenne que l'on raconte aux enfants.

20 BALLES ?! C'EST CHER ROBERT

Le prix est surement un des sujets qui prête le plus à débat puisque le jeu se boucles en 4 heures (3 heures pour ma part) et qu'il est vendu près de 20 euros. Et je vais défendre le jeu sur ce point même si je l'aurais plus conseiller autour de 15 euros (comme ses homologues). On passe notre temps à dire que le jeu vidéo est un art, qu'il a ses codes et qu'il peut exprimer une réflexion sur ce que nous somme ou nous entoure. Ce jeu propose à travers son ambiance et sa vision d'auteur, d'exploré les peurs de notre enfances en y disposant un niveau de lecture visuel et sonore de par les bruit environnant, mais dépouiller de tout dialogue.

Ce qui passe difficilement pour certain dans un film comme La Tortue Rouge (absence total de dialogue) est plus enclin à réussir sur le medium vidéoludique car nous somme un acteur actif et non un spectateur passif comme sur les films. Ceci dit le film est très bien tout comme l'oeuvre de Yoshitaka Amano (papa des Final Fantasy avec Sakaguchi) à travers le film Tenshi no Tamago lui aussi dénué de dialogue.

Au final beaucoup de gens achètent des films qui durent 2 heures 20 euros et personne ne trouve rien à redire derrière, pourquoi ? Car vous avez vécu une expérience intense du début à la fin, et c'est exactement le cas avec Little Nigthmares, il dure 4 heures car il n'a pas besoin de plus de 4 heures pour exprimer la totalité de la vision que ses auteurs voulez en donner. A trop vouloir étendre une œuvre sans raison valable elle fini par se déchiré.

T'AS ENTENDU QUELQUE CHOSE ?!!

Autre point important pour moi au niveau du jeu; son aspect sonore. Si les musiques ce font très discrète, elle font mouche à chaque fois en allant piocher du coté des boites à musique traditionnel. Pour les bruitages on est la aussi sur du très lourd, que ce sois les bruits étranges sans queue ni têtes, l'eau qui s'écoule sur le sol ou ruisselant sur votre anorak, chaque interactions avec le décor est parfaitement gérés niveau sound design, ce qui un plus non négligeable puisque c'est une partie importante permettant une immersion accru au sein de cette univers glauque parcouru.

DEDE IL EST OU MON PUZZLE ?

Je l'ai évoquer plus haut, mais le jeu offre une vision tendant vers l'onirique, de ce fais, les collectables sont réduit au strict minimum et naturellement les puzzles en prennent un coup, car le jeu n'est pas vouer à possédé une difficulté de Point & Click, on est loin du genre et la vision de réalisation est assez différente de ce que propose ce type de production. Donc je trouve ça mal venus d'aller lui taper dessus pour cette raison, Little Nightmares est une aventure au seins des cauchemars de notre enfance et non une enquêtes à mener sur celle ci.

OPPOSER DE CAGE

Le jeu tire du coté cinématographique mais on reste très éloigné du terrain de notre cher David Cage, car dans le cas de Little Nigthmares, c'est le cinéma qui est au service du jeux vidéo et pour le cas de David c'est le contraire. La ou Cage charge ses jeux en prise de décision sous forme de choix de bouton a instant précis et donner, Little Nightmares est vierge de tout repère visuel ou temporel. Il mise d'avantage sur l'utilisation de la caméra, sur son gameplay ou sur les transtions a adopté entre 2 scènes, mais jamais on ne se sens spectateurs et c'est bien là que le jeu réussis pour moi ce que David Cage n'arrive pas a faire; imbriquer le joueurs dans l'histoire. Comme quoi parfois pas besoin d'acteur célèbre, de sens grandiloquents, juste un peu de noir, quelques bougies ... En espérant qu'il me reste encore un peu de Gaz dans mon briquet ?!

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 451 fois
1 apprécie

Autres actions de PlayerOne Little Nightmares