Il y a eu le film puis ensuite il y a eu le jeu et le résultat reste pratiquement le même.

Avis sur Michael Jackson's Moonwalker sur Mega Drive

Avatar jkeldi
Test publié par le
Version Mega Drive

Bon si je vous parle d'un jeu où un type joue à cache-cache avec des enfants, achèteriez vous un jeu pareil? .

Ce même type fait voler les méchants avec des étoiles bleues qui sortent de ses pieds ou de ses doigts, achèteriez vous un jeu pareil?.

lorsqu'il tourne sur lui-même pendant 4 secondes, ce même type danse avec les méchants dans les alentours et à la fin de la chorégraphie ces derniers meurent, achèteriez vous un jeu pareil?.

Lorsqu'une étoile filante arrive sur lui ce même type se transforme en robot transformer pendant 10 secondes, achèteriez vous un jeu pareil? Non à moins d'avoir fumer la moquette me diriez vous.

Et maintenant si je vous dis que ce même type c'est MICHAEL JACKSON, achèteriez vous un jeu pareil? Aujourd'hui pas forcement mais dans les années 90 vous vous presseriez de l'avoir.

La qualité unique de ce jeu se résume en un prénom et un nom: MICHAEL JACKSON. Le simple fait de jouer le roi de la pop dans un jeu vidéo d'action avec ses mouvements de danse qu'on lui connait si bien nous donne énormément envie surtout avec les 5 tubes de l'époque en 16 bits qui font office de musique de niveaux.
Le fait de pouvoir danser avec les méchants avec les chorégraphies les plus célèbres de Michael est tout simplement excitant. Ensuite ça ne nous a pas dérangé ne serais ce qu'un peu de pouvoir se transformer en robot transformer de temps en temps, voire en avion futuriste dans le dernier niveau.

Après la qualité unique qui en regroupe plusieurs au final, voici les défauts et il y en a un beau gros paquet.

A part le décor et la musique qui diffèrent, le but des niveaux est typiquement le même: retrouver les enfants qui bizarrement sont tous pareils sans trait de différences. De plus, le déroulement des niveaux sont quasi-similaires.

Le déroulement est le suivant:

A: On fouille une dizaine de cachettes voire plus d'une dizaine et certains ne sont pas évidents à identifier comme cachette, de plus on doit se rappeler des cachettes qu'on a pas encore fouiller et veiller à ne pas chercher 10.000 fois aux mêmes endroits.

B: À chaque bonne cachette, tu trouve une clone, pardon...une enfant, cette dernière fuit sur une étoile filante (What The F****???)

C: Ensuite une fois que tu as trouvé tous les enfants, un singe volant sur une étoile filante atterrit sur l'épaule de Michael(Gros What the F****????).

D: Ce dernier indique à Michael le point du niveau à franchir et Michael l'aura en permanence sur l'épaule tant que le point n'est pas franchi.

E: Quand Michael arrive au fameux point, le singe s'enfuit et là apparait Mr Big (Joe Pecsi) le grand méchant du jeu. Ce dernier ne peut pas être touché, il dit toujours là même chose à savoir "HAHAHA YOU LL NEVER CATCH ME" et s'en va juste après laissant Michael face à des dizaines de méchants qu'il faut tuer pour boucler le niveau, ça et atteindre l'enfant qui apparait juste après le combat.

Je ne sais pas vous mais ce genre de concept de niveau je le trouve indigne d'un jeu de plateforme digne de ce nom, surtout pour ce qui est de la partie E. Si ce n'était pas Michael Jackson qu'on jouait, on en aurait déjà marre au bout du 3e niveau et ce jeu aurait été jeté dans les oubliettes ou dans le collection du "Joueur du Grenier".

Heureusement, le dernier niveau apporte un petit vent de fraîcheur dans ce bazar répétitif.Le dernier niveau est un jeu de shoot à la 1ere personne où on est un avion futuriste, qui est bien sûr Michael transformé en avion je le rappelle. Dans ce niveau, après quelques vaisseaux faciles à neutraliser, on affronte Joe Pesci dans une soucoupe, sisi, une soucoupe volante...à croire que le jeu a été fait par des fumeurs de Marijuana je vois bien le délire et la quantité de fumette pour produire un truc pareil. Mais bon encore une fois ça ne choquait personne à l'époque tant que l'avion c'était le roi de la pop et que c'est donc le roi de la pop qui dézingue un soucoupe volante.

Quand à la fin du jeu, divin car il y en a au fait pas vraiment. On voit l'avion partir dans les étoiles et HOP! générique de fin où sur les côtés Michael danse avec un petit black, celui du film en l'occurrence.

Si il faut comparer le jeu au film du même nom, voilà ce qu'on pourra en déduire: ce qui fait la qualité première du film et du jeu est la présence de Michael Jackson et peu importe qu'il y a des choses farfelues ou que les deux œuvres soient mal construites.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 464 fois
1 apprécie

Autres actions de jkeldi Michael Jackson's Moonwalker