Ratchet & Clank 3

Ratchet & Clank: Up Your Arsenal

2004

2.9K

264

262

7.8

Jeu de Insomniac Games et Sony Interactive Entertainment · PlayStation 2, PlayStation 3 et PS Vita · 17 novembre 2004 (France)

Genres : Plateforme, Action

Groupe :

Ratchet & Clank
Toutes les informations

Alors qu'ils viennent de sauver la galaxie Bogon de la menace protoanimale, Ratchet et Clank apprenent que leur galaxie, Solana, est envahie par une race alienne, les Tyranoïdes, menés par le démoniaque Docteur Néfarious qui souhaite éliminer toute forme de vie organique et instaurer le règne des robots.

LeGarsToutJaune

J'aimais bien me balader dans le Phénix moi :)

il y a 7 ans

GagReathle
9
GagReathle

Critique positive la plus appréciée

Kézako?

Il y a longtemps, j'avais pour impression que Ratchet 3 était moins bien que le 2; car quand je l'avais fait j'avais un souvenir du 2 absolument sublissime, limite parfait quoi, car RC2 était mon...

Lire la critique

il y a 12 ans

Aetherys
9
Aetherys

LAAAAAWRENCE !!

Jamais deux sans trois, comme dit l'expression, et la saga Ratchet et Clank ne s'adonne pourtant pas à un passage en vitesse de croisière avec ce troisième opus des aventures du lombax et du robot ...

Lire la critique

il y a 7 mois

Cinemaniaque
9
Cinemaniaque

Critique de par Cinemaniaque

Drôle, sympathique, travaillé, soigné, dense, fluide, facile à prendre en main, ne se prenant jamais au sérieux... Ratchet & Clank 3 est un bijou de jeu de plates-formes, la 3D est bien employée et...

Lire la critique

il y a 11 ans

Théo_Boulanger
8

Le meilleur des trois !

J'ai été un peu refroidi par Ratchet & Clank 2 (ce que j'ai expliqué dans une autre critique). J'ai commencé ce troisième épisode avec beaucoup d'espoirs, histoire de réparer ce qui m'avait déplu...

Lire la critique

il y a 3 ans

Gregotorix
10
Gregotorix

BOOM !

Un joyeau de la PS2. C'est nerveux, ça pète de partout, et même des années après refaire les niveaux est un plaisir intense. Le jeu est long, le gameplay simple mais jamais lassant. Un must a...

Lire la critique

il y a 3 ans