Avis sur

Ridge Racer Unbounded sur PC par Florian Bodin

Avatar Florian Bodin
Test publié par le
Version PC

Note punitive. Pour avoir détruit sans vergogne une série que j'adule depuis que j'suis petit. Oui on pourrait croire que je refuse l'évolution de la série, qu'elle aille vers de nouveaux horizons mais là c'est trop pour moi.

Pour résumer, rien et je dis bien absolument rien de ce qui faisait tout le sel de la série n'est présent dans cet épisode. Reiko Nagase à disparue, l'intro à laissée place à un truc dégueulasse façon NFS, les voitures sont devenues des muscles américaines sans charme, les circuits sinueux ont laissés place à un décor de ville destructible et sans vie et je pense le pire affront possible à la série, la soundtrack habituelle composée pour le jeu à laissée place à des morceaux dubsteps dégueulasses de Skrillex.

Est-ce que les gars de chez BugBear ont joués au moins UNE fois aux anciens volets ? Savent-ils au moins ce que c'est l'essence même de Ridge Racer ? Parce que à en juger le gameplay il faut croire que non. Depuis quand dans un Ridge à t-on une touche dédiée au drift ? Et encore, si on peut appeler ça drift car on à plus le sentiment que c'est un truc rajouté au dernier moment pour faire comme dans les anciens épisodes tellement c'est foiré. C'est simple, dès qu'on appuie sur la touche, soit la caisse part dans un virage assisté soit elle fait un tête à queue. D'ailleurs même si drifter vous fais gagner du boost, on ne s'en servira finalement que très peu car les circuits ne sont même pas agencés dans cette optique. Si bien qu'à presque chaque drift, le véhicule ira se manger le premier coin qui passe. On se retrouve donc avec l'élément le plus important complètement amputé, ne nous laissant plus que le choix de conduire à la normale.

Mais l'élément nouveau de ce Ridge Racer (si on oublie les Burnout et Split Second), c'est la possibilité de détruire pratiquement tout le décor environnant, aussi bien pour terrasser ses adversaires qu'utiliser des raccourcis. Mais pour cela il vous faut avant tout du boost que vous rechargerez soit en dérapant, en utilisant l'aspiration ou encore en détruisant la plupart des décors (ouais en fait non, c'est impossible de ne pas penser à Burnout et Split Second). Ainsi pour détruire les concurrents, rien de plus simple, il vous suffit de mettre un coup de boost et de foncer dedans ce qui aura pour effet de le détruire instantanément dans un ralenti classieux (encore faut-il déjà réussir à le toucher mais on y reviendra plus tard). Mais comme je le disais vous pouvez aussi détruire le décor et ainsi créer des raccourcis, ce qui aura pour effet de vous adjoindre deux, trois secondes d'avance... ou pas du tout en fait car la majorité des raccourcis ne sont là que pour l'effet spectaculaire et ne vous serviront à rien, dixit les raccourcis en ligne droite inutiles. On se retrouvera donc souvent à utiliser son boost pour rien car malgré le raccourci, les autres pilotes vous rattraperont sans cesse.

Et c'est là qu'on arrive au défaut névralgique du soft, cette chose qui va vous faire péter un câble même si malgré tout, ça offre du challenge. Cette PUTAIN D'IA DE MERDE ! J'ai rarement vu une IA aussi cheatée ! C'est simple, elle aura toujours un temps d'avance sur vous. Déjà, elle ne vous laisse aucun droit à l'erreur, ce qui impliquera donc qu'on doive recommencer parfois 15 fois une course avant de réussir enfin à décrocher la seconde place. Cela peut sembler pourtant agréable, ça offre un certain défi à relever et on se souviendra du septième épisode de la série avec son IA tout aussi agressive. Mais là y a quand même de l'abus. Entre les boosts pratiquement infinis, les respawns une seconde après un crash, et devant nous qui plus est, et la différence de puissance entre les véhicules, on se demande si BugBear à bien testé son jeu auparavant. Il suffit que vous vous crashiez une fois et vous êtes bon pour recommencer car les autres auront déjà fait la moitié du circuit. N'oublions pas d'ailleurs qu'à chaque fois que vous activerez votre boost, celui qui se trouvera en face de vous l'activera lui aussi même moment ce qui impliquera que vous ne pourrez ni le rattraper, ni l'exploser vu que le boost rend invulnérable. Sachant que certains circuits se bouclent en un tour, je peux vous dire que c'est très frustrant de se faire niquer devant la ligne par un 4x4 qui pèse dix fois plus que votre bolide aérodynamique.

D'ailleurs les voitures, on fait bien d'en parler. Outre le fait que BugBear à choisi de virer les caisses japonaises de la série pour en faire des muscles sans âme, on se demande bien pourquoi ils ont aussi choisis de virer toutes les options de personnalisation. Auparavant on pouvait créer pratiquement la voiture de ses rêves avec un choix de couleurs complet et ici, seulement six couleurs maximum par véchicule et encore, quand c'est disponible. D'ailleurs, même si on sera content de voir que les deux voitures phares de la série sont jouables (Ridge Racer rouge du premier épisode et celle de la cinématique de Type 4), on regrettera amèrement le fait qu'elles n'ont aucune différence avec les autres. Ça montre d'ailleurs bien le respect que montre BugBear à la série vu qu'elles ont été mises là comme ça, sans réel intérêt, juste pour "faire plaisir aux fans".

Pour ce qui est de la musique, comme dit précédemment, c'est une horreur. On aurait pu penser au moins que cet aspect serait respecté mais non, vu que c'est simplement une collection de morceau electro/drum'n'bass/dusbstep avec au milieu six morceaux des anciens épisodes (RR 5,6 et 7, à croire que les autres n'ont jamais existés). On se retrouve donc avec du Skrillex, du Crystal Method et j'en passe. Et même si en soit c'est mon type de musique, qu'est-ce que ça vient foutre là ?! Où sont passées ces musiques si chères à la série ? Avec leur côté jazzy, techno, ambient... merde quoi.

Alors on me dira qu'il y a un mode de construction de niveau très complet je ne contredirait pas ce point. Mais depuis quand Ridge c'est du Trackmania ? Il suffit de regarder les courses de contre la montre pour se rendre compte de la connerie de la chose avec notre voiture à la physique incohérente qui se balance sur des tremplins et se ramasse n'importe comment. On déplorera d'ailleurs aussi un mode crash intérêt et sans aucunes sensations, vu que l'on y conduit un camion énorme et lourdingue au possible. On notera aussi le manque de sensation effarant en vue interne, surtout lors des drifts ou l'on à l'impression de diriger une brique. L'incohérence des circuits également, passant d'un décor de ville à une décor d'autoroute sans raison...

Il y a bien trop de défauts à énumérer sur cet épisode et il est clair et net qu'il est le pire de la série à n'en pas douter. Les fans s'auront très bien faire payer à Namco cet affront à leur série favorite, surtout qu'il n'avaient rien demandés de tout cela. Cet épisode ne mérite même pas de porter le nom de cette série phare tant il est à des années lumières de ce qu'est la série... même le dernier volet sur Vita le surpasse, rien qu'avec sa BO. On aurait pu prendre le jeu pour un spin-off réussi mais ce n'est même pas le cas tant le jeu en lui-même est plat et sans âme, n'étant qu'une suite de courses très basiques avec beaucoup d'explosions pour faire vendre. En espérant que ce jeu ne se vende pas et qu'il donnera à Namco une bonne leçon. Vous avez intérêt à vous réveiller.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 313 fois
3 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Florian Bodin Ridge Racer Unbounded