Enfin un TPS ambitieux bon sang, ENFIN

Avis sur Spec Ops : The Line sur PlayStation 3

Avatar Bunzer
Test publié par le
Version PlayStation 3

Spec Ops, c'est un peu le jeu dont je me fichais éperdument avant de réaliser que les gens commençaient à le mettre au même niveau que des Alpha Protocol et autres Nier, c'est-à-dire des jeux moches et manquants de finition, mais avec une vraie personnalité et une vraie âme introuvables dans les grosses productions trop ambitieuses pour risquer une once d'originalité.

Et si le jeu n'est pas forcément magnifique, oscillant entre des graphismes corrects et des panoramas bluffants, il faut reconnaître que les bonnes idées fusent : j'en retiens une en particulier, qui n'est malheureusement pas exploitée à fond, et qui est l'intégration in-game de la musique. Ce que je veux dire par là, c'est que la musique jouée durant les gunfights, et ayant le bon goût de proposer du rock qui décoiffe comme il faut, elle n'est pas rajoutée par-dessus, mais sort directement des baffles de la pièce dans laquelle on se bat, ou encore d'une scène, bref, son intégration tente d'être naturelle, et là franchement, on tient une idée de génie qui n'aurait demandé qu'à être davantage usée.

Concernant le gameplay, c'est très simple, ne vous attendez pas à une révolution du genre, ici n'est pas l'objectif. En dehors d'une touche permettant de marquer les ennemis pour que vos alliés se focalisent dessus, il n'y a pas de grosse innovation, on retrouve les systèmes classiques de cover, de grenades, de deux armes à la fois, et d'un corps à corps plutôt simpliste. Le fait de pouvoir jouer furtif à des moments bien précis était une idée intéressante, mais franchement foirée car l'IA vous détecte parfois pour des raisons chiantes voire incompréhensibles. L'intention était louable.

Mais là où Spec Ops se différencie des autres TPS fades et insipides en majorité, c'est dans l'ambition de ce qu'il veut raconter. Ici, c'est la guerre, la vraie. Celle que les jeux vidéos n'osent pas raconter. Celle qui tue des gens, des familles, et pas juste des gros russes clichés. Le scénario est dur. Certaines scènes, limite choquantes émotionnellement. Le jeu inclut un système de choix moraux, qui n'ont pas vraiment d'incidence profonde sur la suite, mais qui marquent, car on se pose vraiment des questions, on hésite, on se tâte.

Et tout cela, sert un scénario, il faut le dire, franchement couillu. Un scénario un peu incompréhensible aux premiers abords, avec ces factions de partout qui s'affrontent pour des raisons obscures. Mais après une relecture du jeu, on comprend. On comprend cette complexité, on comprend à quel point certaines motivations sont sales, on comprend les enjeux, on comprend les traitrises. Et lorsqu'on arrive à la fin, des questions plein la tête, on atteint le summum du scénario. Parce que cette fin, ou plutôt ces deux fins et ces trois épilogues, ils sont proprement magnifiques et intenses. L'horreur de la guerre et les séquelles qui en découlent sont magnifiées et incroyablement bien mises en abîme.

Spec Ops fait en fait effectivement partie de ces jeux qui osent, de ces jeux bourrés de défauts, mais bourrés de personnalité. Les personnages sont attachants, l'intrigue est profonde, et au final c'est un jeu qui offre une vraie vision des choses, et qui ne se contente pas de faire de la propagande sur le dos des idiots qui achètent des jeux pour le marketing plutôt que pour les qualités intrinsèques. Et rien que pour ça, merci pour cette aventure. Je finirais en précisant que les voix françaises sont honorables, ce qu'il faut souligner.

PS : je ne parle pas du multi, parce que malgré son contenu qui me semble honorable, il n'y a personne et ça lag à un point démentiel.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1512 fois
32 apprécient

Bunzer a ajouté ce jeu à 11 listes Spec Ops : The Line

Autres actions de Bunzer Spec Ops : The Line