👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Spec Ops est un jeu dérangeant.

Il est ainsi car c'est un FPS qui fait ENFIN l'emphase sur un scénario contemporain et intelligent, en reprenant les codes du jeu de guerre tout en les retournant pour faire prendre conscience au joueur de ses actions et de la réalité caché derrière ses killstreaks.

Il est dérangeant parce que en faisant ça, il se caricature lui-même. On est certes loin de la guerre "propre" d'un Call of Duty, avec une petite idée génial : le fait que les soldats tués restent au sol, vivant, et gémissent. ça s'est certes déjà vu sur Assasin's Creed mais c'est ici particulièrement visible et tend à nous mettre dans une position de malaise plaisante.

Difficile d'être anti-guerre, pourtant, quand l'essence du fun du jeu se trouve dans la tuerie de masse, avec même des petits ralentis stylisés quand on fait un headshot. Tuerie de masse, c'est peu de le dire puisque globalement vous ferez, durant sept heures, la même chose : dégagé des arènes de leurs ennemis nombreux et retors, à l'arme de poing ou à la mitrailleuse lourde au choix.

Le scénario ,néanmoins, reste globalement très bon, même s'il sent parfois la repompe vulgaire d'"Apocalypse Now" avec lequel il partage sa scène d'ouverture et même son méchant... le décor, par contre, est grandiose. cette vision d'une Dubaï en déliquessence est d'une élégance et d'une beauté folle. Les palais luxueux enfouis sous le sable, métaphore subtil du danger d'affronter ouvertement la nature, aussi bien terrienne qu'humaine.

Au final, Spec Ops est à faire car il aide le jeu vidéo. Il ne le fait pas forcément bien d'un point de vue gameplay en ayant celui d'un shooter banal et peu palpitant, mais il marque une réelle volonté d'améliorer les scénarios, et si cela fait au prix d'une repompe "d'Apocalypse Now" maladroitement montrée comme un hommage, on ne peux qu'encourager ce type de parti pris qui nous sortira un jour, peut-être, des méandres affligeantes d'un Destiny ou d'un Titanfall, belles coquilles vides.
fuckmacron
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 7 ans

3 commentaires

Spec Ops: The Line
Butt3rs
8

Enfin un jeu de guerre.

Si vous devez jouer à UN "jeu de guerre" jouez à celui-ci. D'abord en apparence parce qu'il cherche l'émotion et le rendu artistique avec des effets de lumière magnifiques (malgré l'unreal engine...

Lire la critique

il y a 10 ans

65 j'aime

6

Spec Ops: The Line
Gothic
9

Napalm d'Or du Festival des canés.

PANORAMA PHOSPHORE ET SANG La guerre, c'est moche. Ce constat, pourtant si évident, le joueur le fera comme jamais auparavant dans un jeu vidéo. Yager veut taper là où ça fait mal, et clairement, le...

Lire la critique

il y a 9 ans

43 j'aime

16

Spec Ops: The Line
Bunzer
7

Enfin un TPS ambitieux bon sang, ENFIN

Spec Ops, c'est un peu le jeu dont je me fichais éperdument avant de réaliser que les gens commençaient à le mettre au même niveau que des Alpha Protocol et autres Nier, c'est-à-dire des jeux moches...

Lire la critique

il y a 9 ans

34 j'aime

3

Final Fantasy VI Advance
fuckmacron
8

L'un des meilleurs.

FFVI, dans sa version advance, est bon. Trés bon. Sorti à l'origine sur Super Nintendo au japon, puis aux USA sous le patronyme Final Fantasy III, c'est avec cette version seulement que nous autres...

Lire la critique

il y a 8 ans

11 j'aime

Les Patriotes
fuckmacron
6

Les enculés

Ce film est un pur film d'espionnage, c'est à dire un film ou on regarde des gens attendre des mois que leur "cible" leur divulgue quelque chose. Alors c'est super intéressant de voir de "vrais"...

Lire la critique

il y a 8 ans

6 j'aime

The Talos Principle: Road to Gehenna
fuckmacron
7

Critique de The Talos Principle: Road to Gehenna par fuckmacron

Scénario toujours au top, écriture mirifique et environnement un peu plus soignés que dans l'original. Mais deux défauts font de ce DLC une expérience très légèrement en-deçà du jeu original :7 1/...

Lire la critique

il y a 6 ans

5 j'aime