Les apparences sont parfois trompeuses

Avis sur Star Ocean : Till the End of Time sur PlayStation 4

Avatar Julien Duquenne
Test publié par le
Version PlayStation 4

Autant le dire tout de suite, je suis loin d'être le plus grand connaisseur de la série "Star Ocean": j'ai commencé la série avec le 4 car j'étais séduis par le concept d'un j-rpg spatial et si le 5 m'avait déçu, j'étais quand même heureux lorsque je vis le 3 sur le PSN, ayant entendu qu'il était considéré comme le meilleur épisode de la série par bon nombre de fans et comme l'aboutissement scénaristique de la série par certains développeurs de chez "Tri-Ace". J'acheta donc le jeu les yeux fermés qui se révêla, vous l'aurez compris, être une sacrée déception de mon point de vue.

Pourtant, ça démarrait vraiment très bien: l'intro m'avais directement plongé dans cette ambiance SF, le jeu était plutôt beau, la musique l'OST m'avait plus que convaincu, le scénario était plutôt prenant, les personnages clichés mais au mieux sympathiques et au pire oubliables sans être forcémment énervants... C'est sur le long terme que le jeu a commencé à me décevoir.

Tout d'abords, la première chose m'ayant vraiment gêné: les combats. Alors au début ça allait pas trop mal: certes les systèmes de lock et de parade étaient mal foutus, mais c'était très dynamique et la musique faisait passer la pilule. Et puis arrivé à un certain moment du jeu, j'ai commencé à crever sans que cela ne me paraisse justifié, bien que sachant que je suis généralement assez mauvais aux jeux vidéos. Après un bon nombre de morts, j'ai finalement compris la "merveilleuse" raison de toutes ces morts: le manque de MP peut tuer. Donc je récapitule la situation: on a un système de bloc et un système de lock tous les deux bancaux combinés à un système d'attaques spéciales imprécis consommant des PV et de magies où l'absence de MP peut causer notre mort, sachant que le nombre de chaque objet (qu'il soit offensif ou défensif) est limité à 20. Comment ne pas se sentir frustré dans ces cas-là? Le jeu ne donne jamais la sensation de nous faire mourir pour une bonne raison. Surtout que tout cela est combiné à un autre gros défaut du titre: l'ignoble level design qui vous force à faire 36'000 allers et retours! Putain de merde que ce level design est chiant! Déjà, à plusieurs moments, le jeu vous oblige à retourner dans des donjons ou lieux que vous avez déjà visité et ce, alors que vous êtes au milieu d'un autre donjon. C'est déjà plutôt emmerdant et ça donne plus l'air de ralonger la durée de vie artificiellement... Mais ce n'est pas le pire. Non, le pire c'est quand ce défaut est couplé au précédent: en route vers le boss final, vous allez devoir faire un assez long trajet semé de petites énigmes et de sous-boss pas spécialement durs. Bien évidemment, le boss final est beaucoup plus coriace que les autres... Vous vous souvenez que je parlais du nombre maximum de chaque objet limité à 20? Et bien sans ces objets au maximum (en particulier ceux de résurections, le jeu vous butant également lorsque vous manquez de MP), vous ne ferez pas long feu (sa deuxième phase étant aussi dure que la première est simple). La solution: faire tout le trajet dans l'autre sens en refaisant les énigmes, acheter les dits objets puis revenir en faisant à nouveaux les mêmes énigmes et faire face, encore une fois, aux mêmes foutus ennemis! Enfin, chose notable, le jeu vous propose plusieurs déroulements différents selon votre affinité avec l'un de vos compagnons (d'ailleurs, je dois dire que j'ai du mal à comprendre pourquoi les réponses dans les dialogues durant les saynettes au tout début du jeu influencent à quel point les compagnons nous aiment alors la plupart d'entre eux ne sont pas encore là, mais bref!) Dite comme ça, l'idée paraît sympatique... Hélas, ces fins sont tellement mal écrites et doublées (déjà que les voix anglaises étaient insipides dans le reste du jeu, mais là ils ont fait fort) qu'elles sont au mieux drôles et au pire insupportables. On sent que le travail a été particulièrement bâclé à ce niveau et ce ne sont pas ces fondus en noir arrivant avec la légèreté d'Abbath dans une communauté de amish qui me feront dire le contraire. C'est d'autant plus dommage que, comme je l'ai dit plus haut, le jeu s'en sort vraiment avec les honneurs d'un point de vue scénaristique.

Conclusion: j'aurais vraiment aimé prendre mon pied avec ce troisième opus, mais le gameplay et le level design auront eu raison de moi. Le scénario, la bande son et l'univers de la série permettent toutefois de sauver les meubles. Je comprends tout à fait pourquoi ce jeu a eu du succès et si le jeu fut effectivement une déception de taille pour ma part, je ne regrette pas de l'avoir fini.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 197 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Julien Duquenne Star Ocean : Till the End of Time