👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

♪ Il est né le divin enfant, chantons tous en tuant Maman ♪

Les heures passées sur le précédent Isaac ne se comptent plus en dizaine et dans une période pleine à craquer de choses à faire voici que sort The Binding of Isaac : Rebirth. Sans le savoir ce jeu veut ma mort, je le sais, il va me poursuivre, me redemander de jouer après chaque partie terminée. Je ne veux pas. Laisse-moi tranquille jeu, vade retro lamamas.

Vous l’aurez compris Isaac garde toujours ce côté extrêmement addictif et la moindre partie terminée vous donnera envie de vous replonger à nouveau dans le monde torturé imaginé pour l’occasion. Et même si j’ai déjà rentabilisé mon achat, le jeu est vendu 15€ soit beaucoup plus que son petit frère. Est-ce normal ? Les vaut-il ?

Tout d’abord il convient de dire que ce n’est pas un Isaac 1.5 mais si on suivait la numérotation on serait bien en face d’Isaac 2. Tout d’abord il y a la refonte graphique générale qui offre une qualité graphique beaucoup plus fine au jeu, alors que c’est plus pixélisé paradoxalement. Du coup on prend plaisir à retraverser ces décors déjà explorés des centaines de fois, on retrouve des ennemis qui n’ont pas vraiment changé, d’autres si et surtout beaucoup de nouveaux venus.

Car oui ce jeu propose bel et bien pleins de nouveaux ennemis qui, on ne va pas le cacher, ressemblent beaucoup aux anciens. Ces nouveaux ennemis sont soit chiants soit forts. De toute façon tout ce qui bouge veut votre mort dans le jeu, vous n’en sortirez pas vivant ! Du coup on réapprend un peu les mécaniques, on dose nos stratégies de jeu, on se questionne sur la façon d’appréhender les salles. Le plaisir est toujours présent et encore décuplé vu que beaucoup de choses s’y sont incorporées.

Beaucoup trop de choses s’y sont incorporées même. Il faut savoir qu’il y a beaucoup plus d’objets dans cet épisode que dans le précédent et c’est là un des problèmes à mes yeux. Oui les objets sont en quantité et nombreux sont de qualité. Mais il y a en trop. Retenir tous les objets du précédent n’était pas chose aisée mais là ça devient vraiment très très dur. Du coup à un niveau avancé on grince des dents : « Merde c’est vrai que cet objet c’était ça, j’en voulais pas ! ». Car les objets étaient déjà une science dans Wrath of the Lamb mais pour le coup ça devient une science beaucoup trop compliquée ici.
En soit les nouveaux objets sont une bonne chose et je ne vais pas cracher dans la soupe comme un connard, mais pour le coup le temps qui va être mis à parti pour construire des tas de nouvelles stratégies va prendre des plombes ce qui a tendance à me gêner un peu quand je considère plutôt bien jouer – me ftw.

En dehors de ça l’autre problème c’est qu’en l’espace de 30 runs j’ai l’impression d’avoir déjà vu tout ce que le jeu allait me proposer de nouveau en terme d’ennemis et de salles. J’ai déjà fait le tour, si vite. La quantité ne fait pas la qualité je sais bien et il y a aussi une science dans les salles et dans le placement des ennemis (d’ailleurs ça fait toujours bien chié quand la récompense de la salle est entre quatre roches qui ne peuvent pas exploser) mais voilà c’est frustrant d’avoir l’impression qu’on a déjà tout vu.
Je ne me lasserais pas pour autant du jeu bien sûr, mais j’en attendais un peu plus de ce point de vue là malgré tout et je suis relativement déçu quant à cet aspect du jeu.

Mais bon en dehors de tout ça, ce qui a fait la réussite du 1er est toujours là et assurera la réussite de cet opus. Parce que oui c’est toujours aussi rageant d’avoir un random de merde mais c’est toujours aussi jouissif d’avoir un random génial. Alterner les parties sans qu’elles se ressemblent, jouer de manières différentes à chaque fois, prendre des risques avec le diable, donner des cœurs à Judgement,… Tout est là pour faire en sorte que le joueur s’amuse et ne se lasse jamais, et il ne se lassera probablement jamais car la recette est tellement bonne, tellement instinctive, la courbe de progression est tellement rapide pour les débutants que tout le monde y trouvera son compte. De plus les nouveaux défis sont là, pleins de personnages sont à débloquer,…

On notera aussi les quelques ajustements sur les boss, un combat contre Isaac désormais génial, une Mom’s Heart épique à souhait et aussi de nouveaux boss bien durs. La présence d’un mode normal est également très agréable, ce dernier permet de réussir plus facilement ses parties car les boss redonnent beaucoup de vie et les drops d’objets sont plus fréquents. Pour les vieux de la vieille je conseille bien sûr le mode hard. A noter aussi la bonne idée de la donation dans les magasins qui permet d’avoir des objets de meilleures qualités au fur et à mesure que l’on donne de l’argent (argent qui ne retombe pas à zéro à chaque début de partie bien sûr).

Donc voilà The Binding of Isaac : Rebirth c’est le même mais en différent. Il est difficile de dire la chose autrement tant la recette n’a pas changé mais a été améliorée, peaufinée et agrémentée de pleins de petites subtilités qui font que ce jeu reste et restera addictif pendant encore un bon moment. En attendant que la communauté mette sur pied un wiki décent je retourne prendre mes objets à la volée et je vais tuer ma mère en retournant dans son utérus… Aucun problème !
Ray
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Jeux faits en 2014 avec des commentaires pour ceux où j'ai la flemme de faire une critique complète et Les meilleurs jeux vidéo de 2014

il y a 7 ans

7 j'aime

The Binding of Isaac: Rebirth
slowpress
6

Jeu de merdes

Ce jeu, je le déteste. Je n'aime pas tirer à pile ou face, sauf pour prendre de grandes décisions dans ma vie. Binding of Isaac est le règne de l'aléatoire, de la chance. Aucun skill n'est demandé,...

Lire la critique

il y a 7 ans

20 j'aime

11

The Binding of Isaac: Rebirth
Nero_Prime
10

Plus abouti.... tu meurs !

Au début, j'ai eu quelques a priori pour le jeu: nettement plus cher, pas de vidéo pour le contenu, des promesses, un style pixel art... Dis comme ça, ce serait dire à Edmund McMillen et à sa team...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

2

The Binding of Isaac: Rebirth
AntoineDumas
9

On l'attendait, le voila...

On l'attendait avec impatience, excitation, fébrilité, suivant chaque semaine les posts d'Edmund McMillen sur son blog, il est enfin la : le remake de The Binding of Isaac. Soyons clairs, si vous...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

3

Far Cry 4
Ray
7
Far Cry 4

Jeu Kyrat un peu le coche

N’y allons pas par quatre chemins, j’ai adoré Far Cry 3. Plusieurs raisons à cela : c’était fun et surtout complètement inattendu. Je sais qu'avec le temps et les critiques dithyrambiques, le jeu...

Lire la critique

il y a 7 ans

53 j'aime

12

Kill la Kill
Ray
8
Kill la Kill

Soyons sérieux... 2 minutes

Alors qu’en est-il de Kill la Kill ? Qu’en est-il de cet animé qui, avant même sa sortie, était déjà considéré comme le sauveur de la japanimation par des mecs qui avaient vu Gurren Lagann sans...

Lire la critique

il y a 8 ans

46 j'aime

7

Seven Mortal Sins
Ray
1

#Jordannarienfaitdemal

Si j'écris cette critique aujourd'hui c'est pour faire entendre ma voix face à une injustice de notre société : le renvoi scolaire de Jordan, mon cousin de 12 ans, de l'école maternelle...

Lire la critique

il y a 5 ans

31 j'aime

4