👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

La première version de Binding of Isaac est un des jeux qui a relancé les titres indépendants et l’intérêt pour les joueurs du procédural, aux côtés de Rogue Legacy ou Risk of Rain. Donjons aléatoires, objets aléatoires, boss aléatoires et pourtant, le skill (i.e. ~ compétences, techniques) que chaque joueur devra déployer deviendra une nécessité.


Prélude
Isaac vivait heureux avec sa mère. Il jouait tranquillement pendant que sa génitrice, fervente croyante, regardait des émissions religieuses à la télévision. Quand soudain, elle se mit à entendre une voix … celle de Dieu! Celui-ci souhaite un sacrifice de sa part pour prouver sa foi et c’est sur ce pauvre Isaac que ça va tomber. Il se réfugie alors dans sa chambre et découvre une trappe sous le tapis, qui mène à la cave. Et c’est à partir de ce moment que vous prenez le contrôle du gamin pleurnicheur, qui, le pauvre, va en voir des horreurs!

En effet, The Binding of Isaac : Rebirth est recommandé à un public très averti, le jeu ne se retenant pas d’aborder des thèmes sensibles: la religion, la scatophilie, la sexualité, l’enfant battu, l’inceste et bien d’autres encore. Un programme bien cynique en perspective. De plus, la narration est laissée au libre cours du joueur. Chacun aura son interprétation. Plus vous jouerez, plus vous débloquerez d’éléments de l’histoire, jamais narrée, toujours sous-entendue.


Petite séance de rattrapage pour ceux qui n’ont pas joué au premier opus.
En une vue du dessus, fausse 3D isométrique, et en hommage à The Legend of Zelda, premier du nom, le but est de s’engouffrer de plus en plus profond de la cave pour échapper à la mort … tout en la bravant! Les ennemis sont nombreux, diversifiés et sont de plus en plus méchants au fur et à mesure de la progression. Votre arme? Les larmes d’Isaac qu’il projette, tel un bon vieux jeu de shooter. Vous gagnerez en puissance en battant les boss, en recherchant les salles dorés ou encore en gagnant du stuff (i.e. ~équipement) à la loterie. En terminant le jeu une première fois, lorsque vous avez battu le premier boss, vous débloquerez de nouveaux niveaux. En les finissant à leur tour, d’autres ajouts feront leur apparition. Presque chacune de vos réussites ou trouvailles rendront accessible de nouveaux objets, ennemis, boss, salles, fin du jeu. Toujours plus de contenu, donc toujours plus de difficulté!


Mais “Rebirth”, c’est la suite?
Non! Rebirth n’est pas une suite, il s’agit presque d’un portage. En effet, la version Flash du premier épisode était très bonne, quoi que buggée et limitait beaucoup les possibilités des développeurs. Avec cette nouvelle mouture, Isaac gagne en fluidité et perd de nombreux bugs (je n’en ai toujours pas trouvé au bout d’une cinquantaine d’heures de jeu). Mais alors, pourquoi repayer 15€ pour le même jeu? Car Rebirth, c’est Isaac 1 + son DLC (Wrath of the Lamb) + encore de nouveaux objets, ennemis, boss, situations… Et le prochain DLC est déjà sur les rails! Tellement de contenu qu’il faut une réelle connaissance encyclopédique des objets ET des ennemis pour franchir les différents paliers.

Isaac étant contrôlé avec les touches ZQSD et les larmes par les flèches directionnelles, les objets peuvent parfois modifier le gameplay en profondeur: Les bombes vont obligeront à ne pas rester trop près d’un ennemi, les lasers à attaquer à très grande distance, tandis que les mouches ou le couteau vous obligeront à rester à quelques millimètres de tout amas gluants à l’instinct meurtrier. Mais bien sur, il n’y a pas forcément moyen de changer. Les objets passifs sont également de retour, afin d’apporter des bonus à votre petit personnage: réduction de la vie des boss, probabilité de trouver des clefs ou des coeurs etc, etc. Les familiers sont encore plus nombreux, et on se retrouve parfois aux commandes d’une petite armée avec nous.

Avec autant de possibilité de devenir plus fort, ce n’est pas pour autant que le jeu vous fera de cadeau. En effet, votre orgueil vous poussera souvent à jouer comme un bourrin et à prendre de nombreux coups, vous amenant malgré vous au “Game Over” fatidique. Et là, il faut tout reprendre à zéro!

Les challenges sont toujours aussi diversifiés, vous imposant ainsi les objets au début du parcours. Passionnant!

Un chronomètre, grand absent du premier opus et maintes fois demandé par les joueurs, est également présent pour les fanatiques de speedruns comme moi, afin de terminer les niveaux le plus vite possible. Un code “seed” est présent, qui correspond à la map qui a été générée aléatoirement, que vous pouvez envoyer à vos amis et ainsi pouvoir vous comparer grâce au chronomètre, faute de leaderboard actuellement.

Un mode multijoueur, en local seulement (pour l’instant on l’espère), a été implémenté. Ainsi, un second joueur à la manette vous délestera d’un coeur de vie pour être à vos côtés. Et à deux, l’aventure prend encore une tournure différente.

Petit plus également, la possibilité d’avoir 3 progressions différentes (car les objets et les niveaux se débloquent différemment) et la possibilité de sauvegarder en milieu de partie. Le Game Over, effaçant votre partie, bien entendu, il n’y a pas de repêchages!

Graphiquement, l’aspect pixélisé rend le jeu plus cartoon malgré les thématiques. Les objets récupérés en cours de chemin seront, pour la plupart, visibles directement sur votre personnage, assez amusant. La bande-son est assez punchy mais qui, à mon avis, peut être vite coupée pour rajouter une musique d’ambiance plus adaptée, mais c’est à chacun d’en juger.

Autant de contenu et de travail, cela vaut le détour! Un véritable coup de coeur!
KhanaeLeff
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Les meilleurs rogue-like et Les jeux auxquels vous avez le plus joué

il y a 7 ans

The Binding of Isaac: Rebirth
slowpress
6

Jeu de merdes

Ce jeu, je le déteste. Je n'aime pas tirer à pile ou face, sauf pour prendre de grandes décisions dans ma vie. Binding of Isaac est le règne de l'aléatoire, de la chance. Aucun skill n'est demandé,...

Lire la critique

il y a 7 ans

20 j'aime

11

The Binding of Isaac: Rebirth
Nero_Prime
10

Plus abouti.... tu meurs !

Au début, j'ai eu quelques a priori pour le jeu: nettement plus cher, pas de vidéo pour le contenu, des promesses, un style pixel art... Dis comme ça, ce serait dire à Edmund McMillen et à sa team...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

2

The Binding of Isaac: Rebirth
AntoineDumas
9

On l'attendait, le voila...

On l'attendait avec impatience, excitation, fébrilité, suivant chaque semaine les posts d'Edmund McMillen sur son blog, il est enfin la : le remake de The Binding of Isaac. Soyons clairs, si vous...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

3

Évasion
KhanaeLeff
6
Évasion

Attrape Schrödinger si tu peux!

Stallone et Scharzenegger se réunissent pour un film plutôt sympathique, mais sans grande conviction. Il y avait pourtant de l'idée de refaire un Prison Break version long-métrage (la comparaison est...

Lire la critique

il y a 8 ans

4 j'aime

3

Papers, Please
KhanaeLeff
8

Tu passes pas, t'as des baskets!

Dans un pays imaginaire très fortement communiste, les frontières s'ouvrent aux migrants. Ton rôle? Vérifier les papiers à la douane. Bien sur, au début, c'est facile. Mais des événements viennent...

Lire la critique

il y a 8 ans

2 j'aime

Gravity
KhanaeLeff
7
Gravity

Dans l'espace ... Non, tout le monde a fait son intro comme ça!

Autant y aller direct: Non, ce film n'est pas exceptionnel. On y passe un bon moment. L'aspect technique est fou, les acteurs sont corrects. Mais voila, le film manque du petit truc en plus qui fait...

Lire la critique

il y a 8 ans

2 j'aime