Quand Constantine se fritte avec Cthulhu | Par Altair-eco

Avis sur The Secret World sur PC

Avatar P911Magazine
Test publié par le
Version PC

Assurément LE coup de coeur en matière de MMO. Je pense même qu’il a détronné Dofus dans mon coeur, bien qu’il gardera toujours une place particulière en tant que premier MMO de ma vie. Comment ça, il n’y a aucun rapport entre Dofus et The Secret World ?

TSW, c’est clairement un ovni dans le milieu. Je n’en aurai même jamais entendu parler sans Fred et Krayn lors de leur très intéressante émission Looking for Games. Alors je me suis dit que “ça pourrait être cool.” J’ai testé, j’ai adhéré et j’ai converti mes amis. That’s how Cthulhu works. Mais concrètement, c’est quoi ?

Et bien c’est vraiment particulier. Pour commencer, il se déroule à notre époque, dans une réalité légèrement alternative. Car à ma connaissance, aucun cas de souillure, d’invasion zombie ou de magie occulte n’a encore été déclaré dans ce monde. Je crois. Je ne sais pas. Mon dieu…
Ensuite, le système de progression est presque une révolution. De l’xp, certes, mais pas de levels. Votre puissance sera déterminée par votre niveau d’équipement et vos points distribués en armes et sorts. Il n’y a ainsi pas de niveau maximum. Autrement dit, vous pouvez absolument TOUT monter, comme vous le souhaitez.
On utilise son cerveau, également. Les tâches classique du genre “Allez nettoyer telle zone” et “Tuez 15 bestioles pas gentilles” sont toujours présentes, mais il y a également des missions d’enquête et de sabotage. On peut aussi en mourir, mais cette fois cela peut aussi venir des pièges. En plus des mobs. Et des tourelles.
Enfin, la Mort devient presque notre meilleure amie. Et ça tombe bien, parce qu’on meurt souvent. Pour ne pas dire tout le temps. Il faut apprendre à jouer fin et être rusé. Et courir. Mais on le vit bien si on s’imagine la Mort en temps que fruit de l’imagination de T. Pratchett. Vous savez, le personnage masculin bourreau de travail ? Il n’aime pas spécialement ce qu’il fait, il est juste extrèment minutieux et consciencieux dans son boulot car il faut bien que quelqu’un le fasse. Les Annales du Disque Monde, notre bible à tous.

Voila, dans les grandes lignes, ce qu’est The Secret World. Maintenant pourquoi est-ce si génial par rapport à WoW ou GW2 ? C’est que je vais essayer de vous expliquer, de manière totalement subjective. Parce que j’aime ce jeu. ‘pi c’est tout.

FREE TO PLAY, poto ! C’est déjà un sacré bon point non ? Oooh rassurez-vous, ce n’est pas un faux free-to-play. Vous pouvez parfaitement jouer, vous amuser et vous faire un avatar qui a de la prestance sans dépenser un centime de plus que le prix du jeu. Soit 30€. A titre de comparatif, l’édition classique de GW2 en coûte 40€ (et 60€ le masterpack). Le jeu de base fournit de vraiment très longues heures de jeu avant de venir à bout de l’intrigue principale. Et si vous avez encore faim, Funcom vous propose du contenu supplémentaire sous forme d’épisodes. Payants, certes, mais vu le temps que vous allez passez sur le jeu de base, laissez moi vous dire que vous aurez largement le temps de rentabiliser tout ça. Et puis il faut bien récompenser cette équipe qui fait un travail monstrueux.
Il n’y a que le coiffeur et le ravalement de façade qui vous oblige à dépenser de l’argent réel. A moins que vous ne souhaitiez économiser un milliard de pax romanas in game. C’est beaucoup un milliard. Neuf zeros tout de même. Alors après bien sûr si vous rajoutez les boosts et les tenues particulières… Mais c’est pareil dans tous les MMO, à ce niveau là.

Et puis même si vous ne souhaitez en aucun cas dépenser d’argent supplémentaire, vous aurez quand même beaucoup de travail avant de faire un tour complet du jeu. Entre l’équipement légendaire, les succès, les donjons, les Antres, le Nexus des pouvoirs et le JcJ,sans parler des events, ça m’étonnerait que vous tourniez en rond longtemps en cherchant une occupation.

Je parlais d’absence de levels et de Nexus des pouvoirs. Qu’est-ce-que-c’est-quoi-tout-ça-dis-donc ? A l’instar de Guild Wars, votre expérience est indiqué par une jauge fragmentée tout en bas de l’écran. A chaque fragment terminé vous gagnez un Point de Pouvoir (PP). Et une fois la jauge remplie, un Point de Compétence (PC) vous est attribué. Et ça tourne en boucle.
Là-dessus vient se greffer un graphique circulaire représentant les différentes branches de compétences, en deux palliers. Le prix des sorts actifs et passifs est progressif, jusqu’à coûter une somme relativement importante pour les derniers. Pour vous aider dans tout ça, le jeu propose des archétypes. Sorte de plan à suivre. A chaque archétype terminé la tenue et le titre vous en sont offerts. Alors bien entendu, les aspects et les noms diffèrent suivant votre faction secrète (Templiers, Dragons ou Illuminatis) mais les sorts et les plans sont exactement les mêmes.
Comme je le disais, vous pouvez absolument tout acheter. C’est d’ailleurs l’un des objectifs du jeu, vu que cela vous donne une tenue qui aurait parfaitement ça place dans Tron ainsi qu’un titre ronflant. Et comme en plus vous avez la possibilité de sauvegarder vos propres builds avec les équipements qui vont avec, autant vous dire qu’à terme il n’y a pas un personnage identique.

Dans TSW les maps paraissent grandes, d’autant plus qu’il n’y a pas de monture. Seulement des augmentations de sprint déblocables (jusqu’à +100% de vitesse). Alors on avale beaucoup de kilomètres en accomplissant les missions. Et parmis celles ci, certaines vous permettent de ranger les armes pour n’utiliser que votre matière grise et le navigateur internet intégré. Même si je ne saurais que trop vous conseiller d’ouvrir votre propre navigateur en fond, car celui du jeu ne possède pas d’historique et les recherches disparaissent dès que vous fermez la fenêtre. Si vous êtes tenté de dire que c’est du cheat, sachez que non. Car des vrais sites ont été créés par Funcom pour alimenter le jeu, et ainsi permettre d’utiliser Google sans tomber directement sur la solution. Par exemple, on peut tomber sur un Wordpress totalement fictif créé spécialement pour une seule et unique mission.
Je suis tout de même d’accord sur un point avec certains joueurs : parfois, les élements de missions d’investigations sont un peu capilotractés. Ceux qui sont restés bloqué la bouche bée devant le fait de devoir chercher sur son moteur de recherche “Rois, 10:10” à Kingsmouth uniquement parce qu’il y avait un tableau monarchique derrière et une horloge indiquant 10h10 dans un coin du bâtiment, sans que rien ne laisse penser qu’il faille regarder cette maudite horloge comprendront.

Et concernant la mort, c’est le cas de le dire, ce jeu nous réconcilie avec le fait de décéder dans les jeux vidéos. Quant on y joue, on sait que tôt ou tard on va finir par mourir. A nous d’essayer de trouver comment le retarder. Mais ce n’est pas punitif du tout. Il y a bien l’équipement à réparer mais en une mission on gagne deux fois plus que le coût des réparations. Et puis certaines missions demandent à être effectuée sous forme d’anima. C’est à dire mort, sous forme de spectre.

Pour en revenir au titre de cette critique que je n’ai toujours pas justifié, on ne se rend pas compte en achetant le jeu à quel point Lovecraft a inspiré l’équipe de développement. Puis on découvre un écran de chargement avec un amas de tentacule derrière un tas de voiture en flamme. Ensuite, on regarde la carte de Kingsmouth -tiens, Kingsmouth. Ca vient de Cthulhu ça aussi- et on voit entre autre une rue nommée Lovecraft Lane. On continue de marcher, on tombe sur des monstres marin dont certains avec des immenses pinces de crabes et des tentacules. A partir de là, on n’est plus vraiment surpris de voir des manipulations mentales, des gens fous et des pentacles sanguinolent partout.
Quant à Constantine, et bien il suffit de voir les joueurs utiliser l’Elementalisme, la Magie du Chaos et la Magie du Sang pour faire le rapprochement. Notre héro ne dis pas un mot et expédie des sorts à la pelle pour renvoyer les démons d’où ils viennent. La cigarette en moins, tout cela rappelle beaucoup John Constantine. Le vrai. Pas le british de la dernière série en date. Il est charismatique c’est vrai mais il n’a rien à voir avec le mythe badass original.

Convaincu ? Franchement, vous en connaissez beaucoup des jeux ou parmis les factions disponibles figurent des Templiers et des Illuminatis ? On y croise même des Francs Maçons.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 538 fois
1 apprécie

Autres actions de P911Magazine The Secret World