« Ne te crois pas libre parce que tu es hors de la cage »

Avis sur Watch Dogs 2 sur PlayStation 4

Avatar Tiflorg
Test publié par le
Version PlayStation 4

Malgré les défauts du premier, il m'avait plutôt bien plu, et restait plutôt solide dans ses mécaniques, et surtout grâce à ses modes onlines, comme le piratage en ligne, qui reste une petite révolution dans le monde du JV. Mais le scénario restait relativement inintéressant, et vu l'approche plutôt délirante du second, on était en droit de s'attendre à un changement radical.

Système de jeu

Le but des missions consiste à infiltrer une zone, gardé par d’innombrables gardes, où nous devrons valider différents objectifs (tel que pirater des systèmes informatiques pour récupérer des informations notamment). Le joueur aura plus ou moins une infinité de possibilités pour pénétrer les zones, avec plusieurs entrées et véhicules à sa disposition. Il pourra utiliser son drone pour pirater des clés qui déverrouilleront certaines portes (et aussi en profiter pour faire un peu de reconnaissance), mais à part quelques pièges, il ne peut pirater aucun système informatique. Le joueur pourra aussi utiliser la voiture radiocommandée pour pirater certains systèmes informatiques, et il pourra bien évidemment se déplacer avec Marcus, pour pirater ou réussir de gros objectifs finaux. Le joueur pourra également pirater certaines machines, tel que les chariots élévateurs, les "ascenseurs pour nettoyeur de vitre", voire carrément des grues, qui pourront permettre de se déplacer verticalement, et atteindre des zones plus élevés (ce qui améliore grandement les possibilités).

Sur le papier, ça a l'air merveilleusement bien construit et libre, mais dans les faits, on serait dans le droit de nous demander si toutes ces machines ne faciliteraient pas trop le jeu ?

Une des missions nous demande de neutraliser 3 personnes dans une zone définie. Rien de spécifique à pirater donc. Mais le drone pouvant activer des pièges (tel que faire exploser des systèmes électroniques, ou y mettre une "sphère de neutralisation"), il est alors excessivement facile de terminer la mission avec lui. Les ennemis ne levant jamais leur tête, à aucun moment ils ne leur viennent à l'idée de tirer sur le drone, donc aucun challenge, à part attendre qu'un ennemi veuille bien se diriger vers un piège.

D'autres missions peuvent être réussis sans avoir à mettre un pied dans la zone, mais juste en utilisant nos véhicules, qui permettront de pirater tous les objectifs nécessaires. Alors évidemment, il faut aussi s'infiltrer avec nos véhicules, en évitant de se faire repérer, mais le challenge est moins élevé, étant donné que si on nous élimine, on a juste à attendre un petit peu pour que notre robot soit à nouveau disponible, et à le relâcher une énième fois.

Par contre, lorsqu’on y va par nos propres moyens, c'est une autre paire de manche. Quand un ennemi nous détecte, il peut être très difficile de s'en sortir, notamment à cause de certains "gros" ennemis, qui en plus de posséder une barre de vie énorme, one shot violemment. Même si étrangement, les grenades qui explosent juste à côté de vous ne font pratiquement aucun dégât.

Et dernière chose, même si les zones ont l'air assez grandes, la plupart sont terminables plutôt rapidement, juste à activer les objectifs un par un, et on repart. Le challenge demeure principalement dans la reconnaissance de la zone, de déterminer les points d’entrées et les passages les plus fiables.

Ainsi, même si ces différents véhicules permettent un plus grand nombre de possibilités, ils sont à double tranchant, et facilitent grandement le jeu. Encore s’il y aurait vraiment un plus gros challenge de perdre un véhicule ou de se faire repérer, ce serait plus intéressant, mais pour le coup non. Ce n'est pas forcément raté, les missions sont plutôt plaisantes, pas forcément ultra-faciles, mais j'ai été parfois étonné de voir à quel point un objectif était simple à valider, malgré l'immensité du niveau et du nombre d'ennemis. En fait, l’une des missions les plus dures du jeu est étrangement la toute première, car nous n’avons aucun robot pour nous aider, et la zone est relativement compliquée à infiltrer.

L'interaction avec les ennemis est assez limitée une fois qu'ils sont décédés, car ils sont tout simplement non-déplaçables, ce qui augmente la difficulté, et nous force à en assommer le moins possible, de peur que quelqu'un passe en alerte en voyant un cadavre (même si ça a plus l’air d’être une lacune de gameplay plutôt qu’une véritable intention de rehaussage de difficulté).

Autre chose, on peut très simplement faire vibrer les portables des ennemis, pour qu'il ne fasse même pas attention à nous, ce qui nous permet de passer facilement une zone délicate. Je trouve cette fonctionnalité un peu trop cheaté, et reste un peu la voie de la facilité, cela ne nous force pas à user de technique un peu plus élaborée ou originale.

Contenu

Nous avons aussi comme dans tout open-world (made in Ubi notamment) un paquet de quêtes secondaires, plus ou moins intéressantes. On nous demandera notamment de monter en haut de bâtiment, mais avec de vrais casse-têtes, où il faudra utiliser toutes les ressources à notre disposition, en ayant bien pris soin de faire le tour du périmètre avec notre drone pour bien saisir quel était le chemin précis pour passer, et quels mécanismes enclencher. Toute en évitant l’écueil du ramassage d’objets en masse éparpillés aléatoirement sur la map, où le challenge ne réside que dans la trouvaille hasardeuse et non dans la réflexion autour de l’environnement.

Nous avons aussi différents styles de courses, qui va du kart, au drone, en passant par les motos, sans oublier les courses de voiles, qui sont assez réalistes avec la prise en compte du vent, vraiment sympa. Mais ce n'est sans compter le fait qu'à part le kart et la voile, les courses se font juste en contre-la-montre. Et surtout, le plus gros point noir, aucune course en ligne, mode qui était pourtant présent dans le premier Watch Dogs, bien sympa à 8 soit dit en passant.

D'ailleurs pas de deathmatch non plus, ce Watch Dogs 2 se concentre surtout sur le piratage, la coop, et l'invasion de parties d'autres joueurs en online. En plus des traditionnels modes de piratage d'un autre joueur, de nouveaux modes font leur apparition, comme la chasse à la prime, où le but sera d’éliminer un joueur poursuivi par les policiers et par d'autres joueurs. C'est un mode qui se déclenche par ailleurs automatiquement lorsque vous avez le niveau maximal de crime. Vu qu'Ubi sait que son IA est perfectible, il fait venir des vrais joueurs à notre poursuite, genius. Et ces différents évènements se déroule automatiquement dans votre partie solo pendant que vous jouez, libre à vous d'y participer ou pas, ça permet d'avoir un open-world vraiment vivant. On ajoute à ça les chargements véritablement courts, voire carrément inexistants, étant donné que les évènements arrivent automatiquement, et qu'une fois terminés, bah on reste sur notre map. En comparaison avec l’online de GTA V et ses chargements lourdingues, longs et bien trop nombreux, on est en droit de se poser des questions sur la légitimité de ce dernier. Mais ne vous y méprenez pas, le lag est présent chez certains joueurs, ce qui peut parfois poser des problèmes de téléportation et de lisibilité, mais cela n’a malheureusement rien d’inhabituel.

Et la coop n'est pas en reste, avec plein de petites missions sur le même principe que le jeu principal, mais où justement le fait d'être deux n'a pas l'air d'être une obligation (puisqu’elles sont faisables seul, et aucun aspect coopératif n’est véritablement souligné), ça n’empêche que ça reste sympa de se promener à plusieurs sur la map, et de participer à des événements de chasse à la prime ou de piratage. Et surtout, aspect incroyable, on peut rester debout sur la voiture d’un autre joueur sans tomber, meilleure fonctionnalité ever.

Conduite

La conduite a été bien amélioré, la physique a l'air d'être mieux géré, la caméra en moto est enfin stable, on a une magnifique vue cockpit (qui est un peu dégueu certes, mais osef), les sensations de vitesse sont là, les dégâts sont plutôt réalistes et bien foutu (et pas hyperbolé à la GTA V), on peut détruire un peu n'importe quoi, on est difficilement freiné par les éléments de décor, et c'est toujours plus sympa. Bref, pas grand-chose à dire, c'est plutôt du solide.

Univers

L'univers de cet opus adopte un style aux antipodes du premier, avec un style un peu plus « geeko-rétro-fun ». Il me fait d'ailleurs penser à un certain Far Cry 3 Blood Dragon, dans ce côté déjanté qui ne se prend pas au sérieux, avec ces références geek à la pelle. Enfin ça c'est sur le papier, encore une fois, c'est un peu moins appuyé en pratique, les personnages sont des archétypes pas forcément originaux, on a juste Wrench qui tire son épingle du jeu grâce à son masque aux yeux digitalisés (véritablement choupi). Oui, l'atmosphère y est plutôt détendue et amusante, mais ce serait mentir qu'on soit dans un Blood Dragon like. Parce que même pendant les moments soi-disant délirants (comme le vol de la voiture parlante), bah au final ça tombe un peu à plat, et les sensations ne sont pas forcément très fun, et ça reste juste une fuite comme une autre, mais avec quelques lignes de dialogues qui se veulent plus ou moins drôles. Et à côté de cette narration, on a quelques petits spots qui offre un contraste assez intéressant avec le jeu. Ce sont des espèces de message « à la Anonymous », qui dénonce différents agissements des gouvernements et des grosses firmes multinationales sur le fichage, le « internet of things », les influences d’opinions, etc. On a ici une véritable intention de mise en alerte à l’encontre du joueur. Donc un scénario avec un fond vraiment intéressant, mais avec un traitement global qui se veut assez mainstream et pas très intéressant pour le coup, et même si l'approche est bien plus originale que celle du premier, ça ne rend pas honneur aux messages plus profonds.

Un petit passage du côté de la VF, que je n'ai que très peu entendu, étant donné que j'ai fait le jeu en VO, mais les sous-titres français sont relativement étranges, comme le terme "lunch box" traduit en "sac à dos", ou le "unfuck it" traduit en "arrange ça". Mouais, je n’ai pas vraiment envie d’imaginer la VF.

Les animations de Marcus sont plutôt stylées et originales, au lieu de juste sauter, il fait des petits saltos par exemple. Il est d'ailleurs beaucoup plus simple de se déplacer à pied, vu que notre personnage peut sauter les éléments de décors plus fluidement, mais pas "Assassin's Creedesque" pour autant, ne vous attendez pas à escalader des monuments. Le problème, c'est que notre personnage à tendance à monter sur un peu à n'importe quoi, et notamment au lieu d'entrer dans une voiture, il va grimper dessus, c'est assez éreintant.

Et pour ce qui est de l'OST, elle s’immisce bien avec l'atmosphère du jeu, mais elle n'en est pas marquante pour autant. A noté qu'une station de radio est dédié à la musique classique, assez inattendu pour être souligné.

Interaction avec l’IA

L'interaction avec les PNJ est assez intéressante, leurs réactions ou scripts ont vraiment été travaillés. Tiens, l’autre jour j'ai vu une femme casser la voiture de son mari avec une batte, une fois en feu, son mari arrive mécontent, la bouscule et l'agresse. Elle s'enfuit ensuite précipitamment au volant d’une camionnette garée un peu plus loin. Cette histoire est très nulle, mais elle m’a tout de même marquée du fait de son indépendance totale vis-à-vis du scénario et du caractère complètement « tombé à pic ». Je pourrais citer plein d’autres petites histoires scriptés, mais je vous laisse découvrir les vôtres.

Malgré tout, les réactions de l’IA restent trop prononcées la plupart du temps, tu t'approches d'un flic, c'est limite s'il te casse la gueule parce que t'es trop près de lui (c'est parce que je suis noir c'est ça ?), ou pénétrer par mégarde dans une zone interdite, et se faire fusiller violemment. Oui en fait je n’ai rien dit, c'est plutôt réaliste.

Et au-delà de ça, on peut s'amuser à pirater le déplacement des véhicules, voire envoyer un gang à la poursuite d'un PNJ, ce qui peut donner des scènes vraiment drôles. C'est même l'un des aspects de Watch Dogs 2 les plus intéressants, et où on peut vraiment s'amuser : créer un chaos en y participant qu’indirectement, c’est une idée assez géniale. Parce qu’au-delà de la ville de San Francisco en elle-même qui n’est pas désagréable à parcourir (où le jeu nous propose d’ailleurs de nous prendre en selfie devant des endroits intéressants ou insolites, plutôt une bonne idée pour découvrir la baie), les PNJ sont incroyablement plus intéressants à observer.

Par contre, carton rouge, les identités des PNJ ne sont plus du tout extravagants, et ne font qu’énumérer des trucs basiques, contrairement à celles du premier. Juste incompréhensible. Et au-delà de leur propre identité, on peut parfois pirater leurs conversations, qui sont la plupart du temps étrangement inintéressantes ou humoristiquement louche.

Technique

Techniquement, le jeu est propre, seulement 200 Mo de mise à jour day one, ce qui est incroyablement minime par rapport aux autres jeux du moment. Donc on a ici un jeu plutôt bien fini, quoique le multijoueur n'était pas disponible pendant les premiers jours, dommage. On a un p'tit lot de bug, qui ne sont pas forcément gênant, l’IA qui n'est pas parfaite, et a toujours du mal à suivre hors des routes, même si ça a l'air d'être moins prononcé que dans le premier. Mais Ubi a chopé l'astuce en faisant apparaitre des flics en plein milieu de la cambrousse, bien joué.

Conclusion

On a affaire à une suite plutôt solide, qui efface quelques défauts du premier, avec une meilleure finition, un univers plus inventif, bien qu'au final pas tant que ça. Les objectifs de missions sont atteignables de plein de manières différentes, mais ce qui rend le jeu trop permissif, dommage. On prendra surtout plaisir avec un online bien intégré, qui n'est pas dissocié du solo (ce qui permet d'être rejoint ou de rejoindre d'autres joueurs sans chargement), malgré des modes tronqués (comme les courses ou les deathmatchs en ligne disparus) et une coop pas très ingénieuse, mais qui fonctionne. Un scénario qui nous fait (re)prendre conscience de certaines choses, mais dont son traitement global n’est vraiment pas assez original, et on retombe dans des clichés assez dérangeants. Dommage, le style était assez prometteur. Bref, une suite qui ne démérite pas, mais dont on aurait aimé en voir encore plus.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 484 fois
2 apprécient

Tiflorg a ajouté ce jeu à 3 listes Watch Dogs 2

Autres actions de Tiflorg Watch Dogs 2