Une seconde chance

Avis sur Xenoblade Chronicles: Definitive Edition sur Nintendo Switch

Avatar Nightmare
Test publié par le
Version Nintendo Switch

Une seconde chance est le résumé parfait pour ce Xenoblade.

Mettons un peu de contexte : À l'époque de sa sortie sur Wii (en 2011 donc si je ne m'abuse), j'avais été attiré par ce jeu au même titre que les deux autres jeux de l'opération Rainfall. Des bons gros JRPG sur le sol Européen ça faisait envie nom d'un chien. Mais en fait. Xenoblade était moche. Mais vraiment très laid pour de la Wii, n'en déplaise aux fans de la première heure. Les animations étaient ridicules, les personnages sans saveurs. Seuls les décors s'en sortaient très bien pour de la Wii mais c'était bien tout. Et le gameplay étant très atypique, ce cocktail ne m'a pas aidé à apprécier ce jeu. C'était même l'inverse. Je m'ennuyais et j'ai détesté ce jeu.

Puis il est sorti sur New 3DS. Alors j'ai retenté l'expérience. J'ai réussi à aller plus loin, atteignant le Mekon à abattre pour sauver Juju. Oh n'y voyez aucun spoil si vous découvrez le jeu. Ceci ne représente que les cinq premières heures de jeu et ne dévoile rien de l'intrigue. Puis les aléas de la vie ont fait que je n'ai pas eu le temps de le poursuivre et lorsque j'ai voulu le reprendre quelques temps après, j'avais déjà tout oublié de l'histoire. Exit dans la bibliothèque donc.

Puis voici la Definitive Edition sur Switch. Et bien que je commençais à nourrir une forme de haine pour ce jeu, un ami me rappelait sans cesse combien ce jeu était excellent et il était impératif que je découvre pourquoi. 3ème support, 3ème achat pour ce jeu donc. Et c'est là que débute vraiment mon aventure.

La parenthèse sur le contexte étant fermée, parlons du jeu maintenant. Pour les joueurs ayant déjà plié Xenoblade par le passé, vaut-il le détour? Je dirais que oui. Le jeu est beau, même très beau. Techniquement dépassé par ses animations certes, mais agréable à regarder. Les faciès retravaillés, les décors somptueux. Et l'ajout d'un chapitre additionnel d'une petite dizaine d'heures justifie un passage en caisse. Car oui, il ne s'agit pas d'une remasterasition de feignant. Monolith studio nous sert là un Xenoblade comme je l'aurais aimé à l'époque sur la Wii. Les menus sont clarifiés, les états de contrôle que l'on colle aux ennemis possèdent un timer pour connaître le temps qu'il nous reste aux enchaînements. Bref, ce Xenoblade est beau et fait de l'oeil.

Pour les petits nouveaux qui comme moi ne l'avaient jamais fait ou n'ont jamais dépassé la jambe de Bionis. Et bien god. Xenoblade est riche en rebondissements. Si l'on a un scénario très classique du jeune blondinet à la grosse épée, accompagné de son pote baraqué qui partent à l'aventure dans une quête de vengeance, il faut savoir que cette intrigue ne fonctionnera que le temps de la première moitié du jeu. Car oui, plus vous progresserez, plus la scénario s'enrichira et le bazar s'installera. Des turn-about dans tous les sens, une accumulation de questions qui ne trouveront réponse que dans les toutes dernières heures de jeu. Il faut avouer que l'écriture de ce Xenoblade avait de quoi faire tenir en haleine jusqu'à la fin. Mais, et malgré que j'ai réussi à aimer Xenoblade, je retiens toujours trois petits points négatifs.

Premièrement, le scénario à beau se mettre en place de façon intelligente, je n'ai gagné en intérêt qu'à partir de la trentième heure de jeu. Lorsque l'on arrive à la capitale, tout devient grandiose et alambiqué, et là mon accroche fût totale, au point de ne plus vouloir en poser ma Switch et à découvrir la suite. Mais jusqu'à cette zone, j'ai eu un ascenseur émotionnel qui variait entre "Wouah ! Et après y a quoi?!" et "Mouais.... On se fait un peu chier là...". Certaines zones comme le marais de Satorl, ou la jungle de makna sont à mon goût trop vaste et quelque peu trop vide pour y gagner en intérêt. Si comme moi vous commencez à décrocher sur ces zones, alors ne vous y attardez pas, accrochez-vous encore un peu et poursuivez l'aventure. Car l'après est un pur régal.

Deuxièmement, son système de combat. Il est clair que Xenoblade est très atypique à ce niveau-là et qu'il ne peut pas plaire à tout le monde pour ça. Il est difficile de le ranger dans une case. Ce n'est pas du tour par tour, ce n'est pas l'action RPG, c'est plutôt à mi-chemin entre ces genres. Vous ne pouvez pas esquiver les attaques d'un ennemi autrement que par vos stats d'agilité, mais vous devez vous placer correctement pour caler certaines attaques puissantes (comme sur le flanc ou dans le dos). Vous n'avez rien à faire pour attaquer, cela se fait automatiquement, mais vous devez placer vos arts (comprenez sorts oi attaques) stratégiquement pour maximiser les dégâts et ne pas vous retrouver à rien faire le temps qu'ils se rechargent. En clair, le système de combat m'avait fait abandonné à ma toute première session. Mais pour peu que l'on en comprenne toutes ses subtilités, il prend une toute autre dimension, parfois très stratégique. Bon... sauf si vous farmez comme un porc et avez genre 7-8 niveaux d'avance. Auquel cas la stratégie...

Troisièmement, ses quêtes annexes. Bordel, j'ai rarement vu un jeu autant fourni en quêtes annexes (400 me semble-t-il), et qu'elles soient à 95% inutiles et inintéressantes. Elles ne sont là que pour remplir votre porte-monnaie ou enrichir vos points d'expérience. L'échange de dialogue entre les personnages sont à la répétition extrême les rendant parfaitement oubliable, à base de va chercher telle merdouille, va buter machin ou va parler à gugus. Aucun intérêt donc à toute les compléter, même si comme moi vous souffrez de la collectionnite aigüe. Mais là où le vrai point noir s'installe, c'est que dans le lot, quelques quêtes s'avèrent intéressantes et utiles. Comme le fait de débloquer la confection de gemmes partout, ou des quêtes à étapes rappelant de vieilles heures de jeu dans des donjons MMORPG. Enfin, la seule véritable quête annnexe intéressante reste la reconstruction de la colonie 6. Un peu longue, mais vraiment cool car on voit cette colonie s'établir au fur et à mesure, on a un vrai sentiment de progression.

Au final, qu'est-ce qui fait de Xenoblade un si bon jeu? Et bien outre son scénario et ses personnages haut en couleur, je retiens deux petits points bonus qui m'ont marqué. Le premier, tout léger et vraiment con mais qui rend l'aventure immersive, ce sont les décors et la construction de chaque lieu. C'est tout bête, mais lorsque l'on monte le long du titan, on a vraiment cette sensation de monter avec des pentes ou des escalades à franchir. À l'inverse lorsque l'on descend le long du bras, on a une grande pente avec le vide devant nous au bout. Ce décor est immersif. Il est d'ailleurs renforcé par le cycle jour-nuit. Bien qu'une simple rotation des heures, certaines cartes offrent une ambiance radicalement différente. Les marais de Satorl ou le massif de Valak de jour ne sont pas ceux de nuit.
Le second réside dans la bande originale. Bordel de dieu. C'est toujours un aspect que j'attends dans les jeux vidéos car je suis très sensible à la musique, mais ce Xenoblade. J'en ai encore des frissons dans le dos. Si l'on connait tous la légendaire musique de la jambe de Bionis, il en reste tellement d'autres à découvrir, notamment au cours des combats ou des cinématiques qui restent mémorables. Deux trois résonnant toujours dans ma tête. On a là une magnifique composition pouvant émouvoir ou à l'inverse rendre l'instant vraiment épique.

Enfin, je ne vais pas véritablement parler du chapitre additionnel. Sachez juste qu'il est à la hauteur du jeu, et qu'il se déroule un an après les événements du jeu principal. L'aventure prend place sur l'épaule de Bionis, un lieu que l'on aurait dû avoir sur Wii à l'époque mais qui n'avait pas passé la bêta. Cependant on en trouve quelques images en fouinant sur le net. Ce lieu est vaste, car il devra vous occuper environ une dizaine d'heures. C'est court, mais loin d'être inintéressant.

Alors est-ce que je recommande Xenoblade? Oui totalement. Mais seulement si vous avez du temps à lui consacrer. Il m'aura occuper 65 heures et encore je n'ai pas tout poncé à fond. Mais si vous avez déjà 30h de votre vie à lui offrir, le reste se fera tout seul de façon naturelle.

Ce Xenoblade Chronicles Définitive Edition est vraiment un opus justifié, travaillé et permet d'offrir à la licence une seconde chance pour ceux qui comme moi avait été rebuté par la version originale sur Wii. Le jeu est beau, le jeu est complet, le jeu vaut le détour.

A vos manettes.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1262 fois
5 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Nightmare Xenoblade Chronicles: Definitive Edition