2017 : Vous ne devinerez jamais quels films j'ai vu cette année... (le 100ème va vous surprendre!!)

Avatar Marvellous Liste de

259 films

par Marvellous

Note + avis + date

Objectifs : 300 Films parce que je suis un dégonflé.
L'année dernière : 447 Films http://www.senscritique.com/liste/Films_vus_ou_revus_en_2016/1143317
L'année 2015 : 385 Films http://www.senscritique.com/liste/Films_vus_ou_revus_en_2015/721382

Quand je vois un film plusieurs fois dans l'année je le signale.
Court métrages non inclus.

Janvier : 36 films
Février : 30 films
Mars : 22 films (mais qu'est-ce qui s'est passé ptn ??!!!)

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Bande-annonce

    The Mumbai Murders (2018)

    Raman Raghav 2.0

    2 h 06 min. Sortie : . Policier, drame et thriller.

    Film de Anurag Kashyap avec Nawazuddin Siddiqui, Vicky Kaushal, Sobhita Dhulipala

    Un film indien qui me permet de découvrir le cinéma indien, et pour une de mes premières fois avec le genre, je dois dire que ça me plaît plutôt bien. En même temps, ça ressemble énormément aux polars américains avec la relation flic / psychopathe, mais pour autant même si la relation est classique ça n'enlève aucun plaisir en la chose, d'autant que le film réserve quelques bonnes surprises qui viennent pimenter l'histoire. Basée comme une suite fictive de faits réels en Inde (un psychopathe qui a tué sans raisons 49 personnes au total), l'histoire est assez dérangeante mais elle est bien amenée et finalement le méchant est carrément très bon. Anurag Kashyap, qui était là lors de la diffusion du film pour en parler, n'est pas un inconnu du cinéma et ce n'est pas son premier film, ça se voit. La mise en scène est plutôt bonne, il y a de bonnes idées et le fait de montrer toujours off caméra les scènes de violence est plutôt une bonne idée. La musique quant à elle sert bien le métrage. Toutefois, le film est assez prévisible, et bien trop lent pour convaincre entièrement. Quelques acteurs ont tendance à surjouer voire mal jouer pour certains, et c'est parfois dérangeant. Mais au final, Psycho Raman est un bon film de psychopathes, qui me permet d'entrer dans le cinéma indien avec envie.
    "Je vais t'appeler "Le temps". Si on me demande pourquoi je t'ai buté, je dirais "pour tuer le temps"".
  • Bande-annonce

    Hope (2013)

    Sowon

    2 h 03 min. Sortie : . Drame.

    Film de Lee Joon-Ik avec Lee Re, Sol Kyung-Gu, Uhm Ji-Won

    Hope, contrairement à son titre, est un film sur le désespoir, la tristesse et la vie familiale brisée suite à une horrible mésaventure de Hope, petite fille de 8 ans. Le film ne part jamais dans l'inutile, à savoir des scènes choquantes (comme beaucoup de films coréens font) pour étudier des thèmes grandioses. Les dialogues sont excellents, et les acteurs aussi. Le métrage est magnifiquement beau, et il y a de nombreuses scènes où j'ai versé une larme (au moins 1/3 du film). C'est simple, triste, beau, monstrueusement émouvant, et sacrément bien fait. Encore une claque coréenne au compteur, donc.

    28/01
  • Bande-annonce

    Justice League : Dark (2017)

    Justice League Dark

    1 h 12 min. Sortie : . Animation, action et fantastique.

    Film de Jay Oliva avec Jason O'Mara, Matt Ryan, Rosario Dawson

    Justice League Dark est un film d'animation Warner Bros / DC qui fait du bien, d'abord parce qu'il change des autres films animés de l'univers, et qu'il apporte un vent sombre de fraîcheur bienvenue. L'introduction est parfaite : violente, rythmée par une sublime musique, et très intéressante. Le film, malgré sa courte durée, est un peu lent, reste assez prévisible et l'animation n'est pas parfaite (on trouve toujours les mêmes défauts de films en films) mais je vais clairement pas bouder mon plaisir face à une très bonne surprise qui présente des personnages très intéressants de chez DC et qui permet de raconter une histoire remplie de magie et de dark. Un chouette film d'animation, et qui sera sans doute meilleur que le Justice League de Snyder de cette année...

    29/01
  • Bande-annonce

    Triple Alliance (2014)

    The Other Woman

    1 h 49 min. Sortie : . Comédie et romance.

    Film de Nick Cassavetes avec Cameron Diaz, Leslie Mann, Kate Upton

    Une grosse daube inutile, américaine, lourde et sans intérêts. Pas besoin d'écrire un pavé là dessus, c'est tellement nul que ça en devient médiocre.

    29/01
  • Bande-annonce

    L'Homme au pistolet d'or (1974)

    The Man with the Golden Gun

    2 h 05 min. Sortie : . Action, aventure et thriller.

    Film de Guy Hamilton avec Roger Moore, Christopher Lee, Britt Ekland

    Une très grande déception pour ce James Bond avec Moore dans le rôle titre. Guy Hamilton, qui avait proposé de très bons opus à la saga, revient ici pour un métrage bancal, très cliché, axé sur l'humour en délaissant l'histoire et le suspens. Beaucoup de trop de situations humoristiques qui ne fonctionnent pas (notamment avec le nain), des propos assez étranges pour un James Bond qui n'hésite pas à se moquer des viets, du nain etc... L'action est assez mal faite, et hormis la séquence finale très bonne, tout est oubliable. Christopher Lee, un très bon acteur, parvient à livrer une belle prestation. Moore, égal à lui-même, semble toujours reproduire les mêmes mimiques de films en films. Dommage...

    30/01
  • Bande-annonce

    Born to be Blue (2017)

    1 h 37 min. Sortie : . Biopic, drame, musique et romance.

    Film de Robert Budreau avec Ethan Hawke, Carmen Ejogo, Callum Keith Rennie

    Born to be Blue a du mal à s'imposer. Déjà, même s'ils sont difficilement comparables, La La Land et Born to the Blue ont des aspects en commun : ils traitent tous deux de jazz, et des rêves d'un couple, l'un voulant donner son amour pour le jazz (à la manière de Ryan Gosling), l'autre voulant entamer une carrière d'actrice (coucou Emma Stone). Et même si Born to the Blue est un biopic basé sur la vraie vie de Chet, il n'en est pas moins bien moins intéressant que La La Land. Si Ethan Hawke était sans doute né pour le rôle tant il s'en sort à merveille, le film se perd dans une lente avancée de l'intrigue, qui bien que vraie n'est pas réellement passionnante, du moins c'est ce que nous transmet la réalisation : une sensation d'être laissés sur notre faim. Le film étudie des thématiques intéressantes mais ne parvient pas à les extraire dans leur totalité. Born to the Blue plaira aux amateurs de biopics et aux fans de Ethan Hawke.

    31/01
  • Bande-annonce

    Traque à Boston (2017)

    Patriots Day

    2 h 10 min. Sortie : . Drame et thriller.

    Film de Peter Berg avec Mark Wahlberg, Kevin Bacon, John Goodman

    Traque à Boston suit l'arrestation des deux responsables des attentats de Boston en 2013. On pourrait se dire que c'est encore un film basé sur un fait réel, et que le cinéma peine vraiment à se renouveler à force de toujours se focaliser sur des éléments de l'histoire. Malgré un début assez maladroit, dû à un montage un peu foireux, et un manque d'intérêt des protagonistes présentés, le film possède un second souffle bienvenue dès que les explosions retentissent : caméra au près des acteurs, beau suspens, et des acteurs très talentueux. Mark Wahlberg s'en sort très bien, et c'est toujours un plaisir de retouver Simmons et Goodman. La grande scène d'action est très plaisante, une belle fusillade rythmé jouissive. Au final, malgré ce que je pensais du film avant de le visionner, j'ai été agréablement surpris d'apprécier, le divertissement est là et il ne prend jamais forme d'un patriotisme trop marqué. De plus, on suit beaucoup de personnages ce qui permet de varier les points de vues.

    01/02
  • Bande-annonce

    Quelques minutes après minuit (2017)

    A Monster Calls

    1 h 48 min. Sortie : . Drame et fantastique.

    Film de J.A. Bayona avec Lewis MacDougall, Sigourney Weaver, Felicity Jones

    La critique est dispo!

    02/02/2017
  • Bande-annonce

    Tunnel (2017)

    Teoneol

    2 h 06 min. Sortie : . Drame et thriller.

    Film de Kim Sung-Hoon avec Ha Jung-woo, Bae Doo-na, Oh Dal-su

    Première grosse déception de 2017. Ça me mal fait au coeur de mettre un 4 à un film coréen, qui plus est un film que j'attendais énormément. Malheureusement, ce n'est pas parce que c'est coréen que l'on doit ignorer les défauts, et ici ils sont trop nombreux pour en faire abstraction. On commence par les aberrations scénaristiques nombreuses (un film qui se veut être réaliste mais qui ne l'est pas du tout, notamment dans son dénouement et dans le mode de survie de Jeong-soo). Il n'y a aucun suspens, aucune réelle prise de risque, et aucune montée en puissance : tout se déroule trop facilement, et le film est beaucoup trop long pour ce qu'il a à dire. Si les acteurs sont tous au top et que le film en profite pour faire une petite pique habile aux médias en fin de film, le métrage n'est guère convaincant. Dommage, d'autant que le pitch de base était très sympathique. La réalisation quant à elle est réussie, on est plongé dans le tunnel. Première déception, donc, pas un film nul pour autant mais trop de défauts viennent entacher le visionnage.

    03/02
  • Bande-annonce

    Resident Evil : Chapitre final (2017)

    Resident Evil : The Final Chapter

    1 h 46 min. Sortie : . Action, Épouvante-horreur, science-fiction et thriller.

    Film de Paul W.S. Anderson avec Milla Jovovich, Iain Glen, Ali Larter

    Bon Dieu de Bon Dieu... Paul qu'est-ce qui t'a pris... Déjà que la saga était horriblement nulle, cet "ultime" volet l'est largement plus. Des conneries pareilles, c'est rare. Pourquoi j'ai payé ma place ? Parce que je voulais me marrer avec mes potes, ni plus ni moins. C'est quand même dingue qu'on soit arrivés dans une période où l'on ne va plus voir une comédie (genre Raid Dingue...) pour rigoler mais des gros block's sans âme, sans queue ni tête, sans histoire, rien que pour pouvoir se fendre la poire devant tant d'insultes envers le cinéma. Parce que c'est ce qu' il est, ce Resident Evil. Une injure envers le 7ème art. Parce que je veux bien qu'un block' ait un synopsis limité, mais là c'est pas possible... Il n'y en a pas une once. Ils te font croire au début qu'il va y en avoir un petit bout, mais non non, absolument rien. En témoignent les milliards d'incohérences scénaristiques, qui font qu'on ne comprend absolument pas (si on cherche à comprendre) le but de ce film. Sérieusement, c'est incompréhensible. Et puis ces scènes d'action qui détruisent l'ambiance originale de survival qui sont normalement la base de Resident Evil... La caméra a la tremblote, elle bouge n'importe comment, on comprend rien, aucune fluidité, aucun style, de la bouillie visuelle sans nom, impossible de suivre ne serait-ce qu'une parcelle de baston... Alors certes les décors sont chouettes, la photo aussi, mais les effets spéciaux sont limites. Entre les explosions et les zoom / dézoom de quelques kilomètres de distance pour insister sur la désolation qu'est devenue le monde, une fois ça va mais après y'en a marre. En gros, le film se résume à un enchaînement de séquences d'action... et une absence totale de scénario, malgré une Milla Jovovich pas trop mal. Pour le coup, on a bien rigolé!

    04/02
  • Bande-annonce

    Un sac de billes (2017)

    1 h 50 min. Sortie : . Drame.

    Film de Christian Duguay avec Dorian Le Clech, Batyste Fleurial, Patrick Bruel

    Après une séance assez malaisante (Resident Evil - chapitre final -), c'est sûr que voir Un Sac de Billes est un grand changement. A l'heure où les mémoires sur la Shoah se sont stabilisées, les films traitant du sujet défilent toujours autant. Difficile donc de se démarquer parmi tant. Le film de Duguay devait donc relever un défi colossal. Et miraculeusement, il a réussi. Non pas que le film est un chef d'oeuvre du genre, il est pourtant juste un bon film, même très bon par moments. L'oeuvre est plutôt belle, l'histoire est classique mais elle fonctionne. C'est pourtant dommage qu'elle soit étirée à son maximum, ce qui donne bien trop de lenteurs au métrage. Kev Adams a même réussi à me faire oublier l'espace de quelques secondes l'immense haine que je porte envers lui dans une très belle scène. Les deux acteurs principaux sont aussi très compétents, et Patrick Bruel livre une belle prestation. Duguay nous offre une mise en scène réussie, la bande originale est convaincante... Alors pourquoi 6 ? Parce que le film est bien trop classique dans la manière de ce qu'il raconte, dans son développement. Difficile, même si pas impossible, d'être ému parce que tout est du déjà vu. Le film est aussi trop lent par moments, et finalement on a un peu l'impression d'avoir devant nous un film qui aurait pu être excellent. Dommage, mais le film est quand même un bon divertissement, que je conseille chaudement, même pour les haters comme moi de Kev Adams.

    04/02
  • Bande-annonce

    Docteur Folamour (1964)

    Dr. Strangelove or: How I Learned to Stop Worrying and Love the Bomb

    1 h 35 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Stanley Kubrick avec Peter Sellers, George C. Scott, Sterling Hayden

    J'adore Kubrick. Je l'adore, vraiment. Depuis que j'ai vraiment découvert sa filmo l'année dernière, je n'ai cessé de découvrir des chef d'oeuvres. Alors pour celui-ci, j'en attendais énormément. J'étais quasi sûr d'aimer, les avis sont tous dithyrambiques, et la moyenne de 7.9 donnait carrément envie.
    Docteur Folamour est sans doute la plus grande déception que j'ai eue à ce jour. Parce que j'en attendais à chef d'oeuvre, j'ai été terriblement déçu. A aucun moment je n'ai accroché, à aucun moment je n'ai ri, et j'ai trouvé rarement l'histoire intéressante. Qu'est-ce qui s'est passé ? Moi même je me questionne. Mais en est-il que je n'ai pas vraiment apprécié, c'est lent (malgré sa courte durée), pas très intéressant et surtout mal raconté (pour moi). Un second visionnage est évidemment nécessaire.

    05/02
  • Bande-annonce

    Un jour dans la vie de Billy Lynn (2017)

    Billy Lynn's Long Halftime Walk

    1 h 50 min. Sortie : . Drame et guerre.

    Film de Ang Lee avec Joe Alwyn, Kristen Stewart, Garrett Hedlund

    J'aime beaucoup Ang Lee, j'aime beaucoup les films qui traitent de l'impact de la guerre sur les soldats, et j'aime beaucoup les films historiques qui n'en rajoutent pas des caisses : Du coup, j'ai été ravi d'être un jour dans la vie de Billy Lynn! Un métrage certes classique mais bien mis en scène, touchant et sincère dans son propos, parfois larmoyant notamment avec une fin très juste et réussie mais aussi grâce à des acteurs très bons (surtout Joe Alwyn). Une belle surprise et un film que je recommande vivement.

    06/02
  • Bande-annonce

    Moonraker (1979)

    2 h 06 min. Sortie : . Action, aventure, policier, science-fiction et thriller.

    Film de Lewis Gilbert avec Roger Moore, Lois Chiles, Michael Lonsdale

    Un métrage complètement barré avec Moore qui tire au pistolet laser dans l'espace. A part la séquence d'action finale, le film se laisse voir plutôt bien, l'histoire est sympa à suivre et les séquences d'action sont réussies pour la plupart. J'ai toujours un peu de mal avec Roger Moore et son style agaçant par contre. Un James Bond sympathique et divertissant mais qui n'arrive pas à égaler les James 'Sean Connery' Bond.

    07/02
  • Bande-annonce

    Ran (1985)

    2 h 42 min. Sortie : . Drame et historique.

    Film de Akira Kurosawa avec Tatsuya Nakadai, Jinpachi Nezu, Masayuki Yui

    J'ai un peu de mal avec Kurosawa. Les seuls films que j'ai vu de lui m'ont souvent divisé, alors j'étais assez méfiant avec celui-ci, même si la moyenne élevée m'inspirait confiance (mais j'ai appris avec Docteur Folamour qu'il ne faut pas s'y fier...). Un métrage plus que convaincant avec une histoire solide, belle et très sympathique au pays du Soleil Levant en compagnie de samouraïs. La réalisation est très stagnante, les plans sont souvent fixes, et c'est un peu gênant (ça pousse aux lenteurs alors que le film est passionnant) même si tout est soigneusement bien cadré dans chaque plan. Une chouette découverte japonaise qui, si elle ne m'a pas transcendée, reste très belle.

    08/02
  • Le secret de Hidden Lake (2013)

    The secret of Hidden Lake

    1 h 45 min. Sortie : .

    Film de Penelope Buitenhuis

    Une bouse, rien à dire de plus...

    10/02
  • Bande-annonce

    Les Affranchis (1990)

    Goodfellas

    2 h 26 min. Sortie : . Biopic et gangster.

    Film de Martin Scorsese avec Robert De Niro, Ray Liotta, Joe Pesci

    Séances de cinéma (1 salle)
    revu

    Un +1 mérité pour ce Scorsese grandiose, une réalisation exemplaire, une histoire de mafias comme je les aime, mais surtout un trio de grands acteurs avec Ray Liotta qui se débrouille comme un chef mais qui n'arrivera sans doute jamais à égaler l'incroyable Robert De Niro et le génial Joe Pesci qui livre ici une de ses plus belles prestations. J'en ai déjà dit beaucoup de bien alors je vais pas répéter mais ce film est une bombe, un chef d'oeuvre magistral qui frôle le top 10. J'attends The Irishman de pied ferme en espérant que Joe remballe.

    12/02
  • Bande-annonce

    Casino Royale (1954)

    48 min. Sortie : . Action.

    Film de William H. Brown avec Barry Nelson, Peter Lorre, Linda Christian

    En 50 minutes, ce premier James Bond paraît durer une éternité. La faute à un côté dramatique déplacé, des acteurs peu crédibles et une histoire qui ne démarre jamais vraiment. On note beaucoup de choses similaires au Casino Royale avec Craig mais en 50 min il n'y a pas énormément de temps pour creuser l'histoire. Ce premier James Bond et ce premier Casino Royale est à la limite du divertissement, mais n'est pas assez bon pour convaincre. Pas plus mauvais que le Casino Royale de 1967 cependant.

    12/02
  • Bande-annonce

    Tu ne tueras point (2016)

    Hacksaw Ridge

    2 h 19 min. Sortie : . Biopic, drame, historique et guerre.

    Film de Mel Gibson avec Andrew Garfield, Teresa Palmer, Sam Worthington

    Tu ne tueras point est un film perturbant. S'il est clair que le métrage a d'innombrables qualités, il se perd dans un patriotisme acerbe et une accumulation de séquences déjà vues (tout ce qui touche à l'entraînement). La première heure est ainsi très clichée, et le tout propose quelque chose d'inégal dans sa forme : Mel Gibson veut rendre hommage à un homme qui refuse catégoriquement de tuer mais il montre en même temps des scènes de carnage qui si elles peuvent étayer son propos contraste un peu trop. Malgré cela, il est certain que la seconde heure m'a conquise : les scènes de bataille sont superbement réalisées, filmées et mises en scène. On est plongés dans une atmosphère étouffante de violence et de brutalité. On est habitués avec Gibson d'avoir quelques séquences assez gores. Bizarrement, même si la seconde moitié du métrage est très sanguinolente, je ne l'ai pas trouvé si violente que ça, Gibson ne dépasse pas les bornes et se limite à une violence certes importante mais qui n'est pas en excès. Ensuite, Andrew Garfield impose une très jolie prestation aux côtés de Teresa Palmer et de Sam Worthington. Tu ne tueras point est surtout à apprécier pour ses scènes de bataille et sa réalisation qui imposent le respect. Et même si le patriotisme gêne un peu, il faut bien avouer que certaines scènes de camaraderie ou lorsque les soldats regardent avec admiration Desmond sont très touchantes de sincérité. Ainsi, Tu ne tueras point ne m'a pas transcendé mais il m'a quand même transporté, et enchanté surtout dans sa seconde moitié ahurissante de réalisme.

    13/02
  • Bande-annonce

    Les Figures de l'ombre (2017)

    Hidden Figures

    2 h 07 min. Sortie : . Drame et biopic.

    Film de Theodore Melfi avec Taraji P. Henson, Octavia Spencer, Janelle Monáe

    Séances de cinéma (1 salle)
    ça va être mon petit coup de gueule de février 2017... J'en ai assez des films à oscars qui essaient de ramasser les statuettes avec cette phrase à fric "based on a true story" surtout quand c'est mal utilisé. Là, c'est clair que le film est fait juste pour les récompenses, il n'y a aucun doute possible : tout est archi formaté, ça pue l'académisme repoussant, on veut te faire chialer sur les conditions des femmes noires, qui on le rappelle étaient vraiment désastreuses je ne vais pas dire le contraire, sauf que ce n'est pas le premier film qui traite du sujet mais sûrement le millième, donc il y en a marre. Vraiment. Et c'est pas en sortant de bons acteurs tels Octavia Spencer ou Kevin Costner que le film va être intéressant, loin de là, l'histoire on la connaît déjà si vous avez déjà regardé d'autres films traitant du même sujet. La fin on la connaît, le début on le connaît, en fait on connaît tout et c'est lassant. Dommage parce que la réalisation n'est pas mauvaise, et la photo est assez chouette, avec pleines de couleurs, mais non ce film est repoussant. Et on en parle du gag des toilettes (déjà vu dans le trailer en plus) qui est répété QUATRE fois ? Non mais c'est horrible, faut arrêter à un moment... Et on en parle du sentimentalisme repoussant que délivre le film, le traitement méchant-mais-en-fait-tous-gentil ingénieurs de la NASA ? Clairement un pétard mouillé, un film à oscars, une bouillie scénaristique dont l'intérêt ne réside qu'en sa réalisation et sa bande originale, parfois, qui sauvent un peu le tout.

    14/02
  • Bande-annonce

    Two Lovers (2009)

    1 h 50 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de James Gray avec Joaquin Phoenix, Gwyneth Paltrow, Vinessa Shaw

    Séances de cinéma (1 salle)
    Encore une fois je suis tombé amoureux de James Gray. Son "La Nuit nous appartient" m'avait déboussolé, j'étais tombé raid dingue du film (il était dans mon top 10, rien que ça!) et encore aujourd'hui j'adore le revoir. "The Yards" était un peu moins bon mais restait vraiment très bien quand même et proposait de très chouettes moments dramatiques. Et pour compléter sa sorte de trilogie dramatique avec Joaquin Phoenix, Gray réalise un drame romantique, un des meilleurs que j'ai vu dans ma vie. Un film sombre, poétique, mystérieux et attirant qui nous prend par les tripes dans un final assourdissant d'émotions. Phoenix livre comme d'habitude une prestation à couper le souffle, Gwyneth Paltrow ne m'a jamais semblé si belle... James Gray a un style à lui, une écriture poétique et une réalisation magistrale. Rien à faire, j'adore son cinéma. Seul "The Immigrant" m'avait déçu. Le reste, c'est incroyablement bien. 8 ou 9, à voir.

    14/02
  • Bande-annonce

    Underworld : Blood Wars (2017)

    1 h 31 min. Sortie : . Action, Épouvante-horreur et fantastique.

    Film de Anna Foerster avec Kate Beckinsale, Theo James, Tobias Menzies

    MON DIEU MAIS C'EST QUOI CETTE MERDE ??
    C'était horrible, vraiment. J'ai rarement autant voulu qu'un film se termine, l'action est abominable, il n'y a pas d'enjeux (qu'est-ce qu'on en a à foutre que les lycans et les vampires se foutent sur la tronche sérieux), il n'y a pas d'histoire, la photo est immonde (ce filtre bleue / noir m'a énervé du début à la fin), la réalisation est monstrueuse... Rien ne sauve le film, absolument rien. Une purge, un navet, un des pires blockbusters. Là où Resident Evil 6 avait le mérite d'avoir des décors sympas et des moments bien marrants de nullité ici on ne peut pas rire parce que c'est totalement nul. Par pitié, ne voyez pas cette bouse.

    14/02
  • Bande-annonce

    Silence (2017)

    2 h 41 min. Sortie : . Aventure, drame et historique.

    Film de Martin Scorsese avec Andrew Garfield, Adam Driver, Liam Neeson

    La critique est dispo.

    14/02
  • Bande-annonce

    Spartacus (1960)

    3 h 17 min. Sortie : . Péplum et biopic.

    Film de Stanley Kubrick avec Kirk Douglas, Laurence Olivier, Jean Simmons

    Spartacus est un film long. Très long. Et même s'il a bien vieilli (pour un film de 1960 il est vraiment très bien conservé, même si on voit parfois des décors en profondeur qui gâchent le visionnage et qui m'ont sorti du film et des figurants qui en ont clairement rien à foutre d'être là notamment dans les scènes de bataille où certains restent debout sans rien faire avec une épée dans la main ce qui est assez amusant), le métrage est un peu pénible dans son visionnage, surtout à cause d'une musique que j'ai particulièrement détesté et une histoire qui s'étire un peu trop. Cependant, Kirk Douglas a un charisme incroyable, et la réalisation bien que calibrée pour un Kubrick fait le job. Ni une déception ni une surprise, Spartacus n'en reste pas moins un bon péplum avec une histoire très belle et tragique qui a le mérite d'être intéressante mais qui a tendance à trop en faire.

    15/02
  • Bande-annonce

    Eyes Wide Shut (1999)

    2 h 39 min. Sortie : . Drame et thriller.

    Film de Stanley Kubrick avec Tom Cruise, Nicole Kidman, Madison Eginton

    Yaoutch. Cette déception. Et pourtant ça commençait bien. Les trente premières minutes du film sont majestueuses, vraiment. Nicole Kidman transperce l'écran, la tension sexuelle est hyper forte comme dans Lolita, la musique est belle, la réalisation est nickel : je me suis dit que son dernier métrage devait être du même acabit que la majorité de ses films. Mais non la douche froide ensuite... Un métrage lent, parfois intéressant, parfois inutile, qui au fond se veut être trop choquant en montrant toutes ces femmes nues alors qu'il aurait pu en être tout autrement en empruntant une voie similaire à celle entreprise avec Lolita. Kubrick part dans un délire qui ne m'a pas plu, une intrigue que je n'ai pas apprécié. Pourtant, la première scène dans le manoir est intense. L'image est attirante et saisissante. Mais ensuite Kubrick s'emmêle dans des situations et des twists qui ne servent à rien. Pour un film sur l'infidélité je trouve qu'il prend peut être trop de liberté. Alors oui j'ai adoré la mise en scène comme toujours avec Stanley. Oui j'ai beaucoup aimé les acteurs (bien que Kidman soit totalement en retrait dès la fin de la première heure). Mais l'histoire, la volonté de choquer (même si aujourd'hui on voit bien pire dans le cinéma je ne dis pas le contraire) de l'époque et une musique que je n'ai plus apprécié dans la seconde moitié... J'ai eu du mal. Un second visionnage est évidemment nécessaire.

    16/02
  • Bande-annonce

    Little Odessa (1994)

    1 h 38 min. Sortie : . Policier et drame.

    Film de James Gray avec Tim Roth, Edward Furlong, Moira Kelly

    Dernier James Gray qu'il me restait à voir et c'est donc avec son premier film qu'on a affaire. "Little Odessa" est une odyssée noire, un film de mafias mais surtout une tragédie familiale. On note directement ce qui sera plus tard les fondements des films de Gray : film noir, esthétique sombre, ambiance lente et musique parfaite. Tim Roth comme à son habitude y est excellent et Edward Furlong livre une bien chouette prestation. Hélas, le film prend quelques longueurs pas forcément maîtrisés contrairement à ses futurs films (à part The Immigrant) et la fin bien que magistrale et terrible ne parvient peut être pas à émouvoir comme il se doit. Cependant, cela reste un très bon film, qui plus est pour un premier long métrage.

    17/02
  • Bande-annonce

    Moonlight (2017)

    1 h 50 min. Sortie : . Drame.

    Film de Barry Jenkins avec Alex R. Hibbert, Ashton Sanders, Trevante Rhodes

    Séances de cinéma (1 salle)
    Moonlight est un bon film, très humain et offre un regard assez nouveau dans le cinéma qui traite de l'homosexualité. Plus qu'édifiant, le film est bien mis en scène par Barry Jenkins qui signe un métrage réussi pour son premier film. Mais je ne vois pas où veut vraiment en venir Jenkins justement. Je ne vois pas où veut en venir Moonlight. Veut-il simplement raconter l'ascension d'un garçon dont les penchants homosexuels lui attireront parfois des ennuis ou le film aspire-t-il à quelque chose de plus grand que cette "simple" histoire ? Le film veut-il être contemplatif, éducatif ? En fait, qu'est-ce que Moonlight veut ? Je n'ai pas bien réussi à saisir l'intérêt, les trois histoires se chevauchent presque parfaitement mais il n'y s'y passe pas grand chose. Si la première partie est assurément la meilleure et délivre beaucoup de bonnes intrigues, les deux suivantes ne sont pas du même acabit et m'ont dérouté. Quel est l'intérêt de cet objet cinématographique ? Je m'interroge encore actuellement. Bien entendu, beaucoup de métrages n'apportent pas grande réflexion et sont pourtant excellents, mais celui-ci me laisse un goût d'inachevé, un métrage au potentiel immense mais qui ne parvient pas à m'immerger. Le métrage est honorable et le développement du protagoniste Chiron l'est tout autant. Cependant, quand bien même la bande originale, les acteurs et parfois la mise en scène soient excellents, je suis resté passif. Le temps est passé vite, pas de place à l'ennui, mais je parviens pas à saisir vraiment Moonlight. Toutefois, je vous le recommande vivement.

    18/02
  • Bande-annonce

    L'Armée des 12 singes (1995)

    Twelve Monkeys

    2 h 09 min. Sortie : . Science-fiction.

    Film de Terry Gilliam avec Bruce Willis, Madeleine Stowe, Brad Pitt

    L'armée des douze singes est un film de science fiction inventif et très surprenant. Bien qu'étant adapté d'un film, le métrage n'en reste pas moins réussi et adopte un style très particulier du voyage temporel et du monde post apocalyptique. Si les passages dans le futur sont assez kitsch, là où le film a un peu mal vieilli, L'armée des douze singes n'est jamais ennuyant à regarder. Il propose beaucoup de choses et c'est surtout dans sa fin que l'on peut trouver de multiples interprétations très intéressantes que l'on peut retrouver ici dans une superbe analyse (http://libresavoir.org/index.php?title=L%27Arm%C3%A9e_des_Douze_Singes_de_Terry_Gilliam) que je vous recommande de lire. Brad Pitt et Bruce Willis ne livrent pas les rôles de leur carrière mais sont suffisamment bons pour apprécier le film. Reste un développement des personnages un peu fouilli et des passages qui auraient mérités d'être plus approfondis.

    18/02
  • Bande-annonce

    Potiche (2010)

    1 h 43 min. Sortie : . Comédie.

    Film de François Ozon avec Catherine Deneuve, Gérard Depardieu, Fabrice Luchini

    J'ai pris (beaucoup) de temps pour décider de la note que j'allais attribuer à "Potiche". Le métrage reçoit des avis plutôt positifs en général chez mes éclaireurs même chez ceux qui d'ordinaire n'aiment pas forcément les comédies françaises. Pourtant, elle a en son histoire tout ce que je déteste :
    - une caractérisation des personnages horrible. Le patron capitaliste machiste, l'assistante amante du PDG, la fille qui est une peste mais en fait pas tant que ça, le fils qui se rebelle contre papa (enfin on est pas cons, on a bien compris que c'était pas son fils). Mais le pire reste le personnage de Catherine Deneuve qui au début est vraiment très bien, une femme qui se laisse surpasser par son mari mais qui s'affirme petit à petit, puis en fait on nous révèle qu'elle a eu plein d'aventures, qu'elle ne sait pas qui est le père de son fils. En fait, c'est exactement le même personnage qu'incarne Luchini sauf que lui il assume qu'il a des maîtresses (bien que ce soit bien entendu odieux je ne dis pas le contraire).

    - une réalisation inexistante, qui essaye de sortir du lot par une mise en scène flashy qui veut revenir aux époques des seventies avec des couleurs kitsch, des personnages haut en couleur, les coupes de cheveux, les décors etc... c'est peut être bien mais ça n'apporte aucun charme au récit. Il pourrait très bien se passer de nos jours en fait.

    /En fait tout est nul dans ce métrage à part les dialogues qui font souvent mouches (surtout au début) et peut être les décors de temps en temps.
    A oublier.

    19/02
  • Bande-annonce

    Mary Poppins (1964)

    2 h 20 min. Sortie : . Comédie et animation.

    Film de Robert Stevenson avec Julie Andrews, Dick Van Dyke, David Tomlinson

    Woo, cette déception. Encore. Ce film live Disney ne m'a pas beaucoup convaincu notamment par un côté vieilli qui a du mal à passer, une histoire gentillette mais pas suffisante et des chansons répétitives. Dommage, le personnage de Mary Poppins est superbe, et il y a quelques scènes très bonnes.

    20/02