À nous les petites (séries) anglaises

Avatar chtimixeur Liste de

72 séries

par chtimixeur

Mes séries anglaises favorites.
Cette liste n'est pas exhaustive et n'a pas pour but de recenser toutes les séries existant outre-Manche. Seules apparaissent celles que j'ai appréciées.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1
    Bande-annonce

    The Shadow Line (2011)

    1 h. Première diffusion : . 1 saison. Mini-série, policier et drame.

    Série de Hugo Blick avec Chiwetel Ejiofor, Christopher Eccleston, Kierston Wareing

    Un polar noir en 7 épisodes absolument phénoménal.
    Ambiance glaçante, acteurs parfaits, et peut-être le bad guy le plus charismatique jamais vu sur un écran de télé.
  • 2
    Bande-annonce

    The Thick of It (2005)

    1 h. Première diffusion : . 4 saisons. Comédie.

    Série de Armando Iannucci avec Peter Capaldi, Chris Langham, Rebecca Front

    Un mockumentaire sur la vie politique anglaise, dans lequel on suit le quotidien d'un spin doctor terrifiant de cruauté.
    La qualité ne baisse pas au fur et à mesure des 4 saisons, et la série se finit de manière magistrale.
  • 3
    Bande-annonce

    Black Mirror (2011)

    55 min. Première diffusion : . 5 saisons. Science-fiction, thriller, anthologique et drame.

    Série de Charlie Brooker avec Rory Kinnear, Anna Wilson-Jones, Lindsay Duncan

    Une réflexion choc sur le pouvoir des images et des réseaux sociaux. Charlie Brooker (connu pour Dead Set) critique également la dématérialisation, les télé-crochets et l'obsession actuelle des gens à vouloir tout filmer, même ce qui paraît insignifiant.
    La saison 1 est exceptionnelle.
    La saison 2 est clairement un cran en-dessous.
  • 4

    Lead Balloon (2006)

    30 min. Première diffusion : . 4 saisons. Comédie.

    Série de Pete Sinclair et Jack Dee avec Rasmus Hardiker, Tony Gardner, Antonia Campbell-Hughes

    Le Curb Your Enthusiasm anglais, avec un personnage encore plus cynique que Larry David. Méconnue en France, cette comédie sur la vie d'un comédien raté est hilarante.
  • 5
    Bande-annonce

    The Night Manager (2016)

    1 h. Première diffusion : . 1 saison. Thriller, policier et drame.

    Série de Susanne Bier avec Tom Hiddleston, Hugh Laurie, Olivia Colman

    Mini-série d'espionnage dans laquelle un directeur de nuit dans un hôtel de luxe devient espion pour mettre fin aux activités d'un marchand de mort. Après un premier épisode assez convenu où l'on retrouve Aura Attika, la série nous emmène aux quatre coins du monde (Istanbul, Majorque, Zermatt), et visuellement, on sent qu'il y a du budget. La mise en scène est aussi sobre que léchée, et la réalisatrice joue merveilleusement avec les regards de ses acteurs. En terme de scénario, je n'avais rien de vu d'aussi exigeant depuis The Shadow Line (2011), et mon seul petit reproche concerne la place trop importante accordée à la romance. Avec son flegme et son accent typiquement britanniques, Hugh Laurie est excellent de bout en bout. Tom Hiddleston un peu moins, même s'il a fière allure et qu'il a parfois des airs de James Bond. En effet, son jeu d'acteur se limite à trois expressions : l'air grave, le petit sourire timide, et le grand sourire timide. Elizabeth Debicki dégage quant à elle une étonnante fragilité, du haut de ses 1m90.
    Au final, The Night Manager est une série belle et ambitieuse qui redore le blason de la télé britannique après quelques années de vaches maigres.
  • 6
    Bande-annonce

    Inside No. 9 (2014)

    30 min. Première diffusion : . 4 saisons. Comédie et drame.

    Série de Steve Pemberton et Reece Shearsmith avec Steve Pemberton, Reece Shearsmith, Tim Key

    Une anthologie de 6 histoires qui ont pour seul point commun de se dérouler à huis clos au n°9 d'une rue.
    Au programme, humour macabre et twists finaux imprévisibles.
    Réjouissant, et 100% original à chaque épisode (l'hommage au cinéma muet dans le 1x02 est une vraie petite merveille).
  • 7
    Bande-annonce

    The Fall (2013)

    1 h. Première diffusion : . 2 saisons. Thriller et drame.

    Série de Allan Cubitt avec Gillian Anderson, Jamie Dornan, Archie Panjabi

    Série policière nord-irlandaise avec Scully de X-Files.
    Gillian Anderson est aussi froide qu'à l'époque de X-Files, mais la vraie star de cette série, c'est Jamie Dornan qui incarne un tueur en série comme on a rarement vu à la télé. Plus affûté physiquement que n'importe quel serial killer lambda, il mène une double vie sans attirer le moindre soupçon sur ses penchants morbides, et quand on le voit en pleine action, la tension est palpable.
    Assurément l'un de mes polars préférés à la télé depuis The Shadow Line en 2011.

    Saison 2 :
    Une intrigue un peu compliquée à suivre...
    Jamie Dornan est toujours incroyable, mais par contre, Gillian Anderson est désormais en retrait, et on se demande parfois à quoi sert son personnage.
    Le final est assez intrigant. Quelques scènes sortent du lot, mais le dernier quart d'heure déçoit terriblement.

    Saison 3 : 7/10
    Une saison lente et déroutante qui casse les codes de la série policière. Une bonne partie des épisodes se passe à l’hôpital, et plutôt que de nous montrer une chasse à l'homme, Allan Cubitt préfère s'intéresser aux causes et conséquences de la série de meurtres. Il y a parfois des scènes qui sentent le remplissage (la poésie dans le dernier épisode), mais j'imagine qu'écrire 6 épisodes d'une heure dans lesquels il ne se passe pas grand chose a dû être difficile. Gillian Anderson, absolument resplendissante dans la première saison, a pris un énorme coup de vieux, et son rôle est moins essentiel qu'auparavant. La star de cette S3 est Jamie Dornan : il livre une performance éblouissante, et jusqu'au bout, on se demande s'il simule ou non. Le cinquième épisode est puissant sur le plan émotionnel, et le dernier livre 2 scènes totalement inattendues qui nous sortent du rythme pépère auquel on s'était peu à peu habitué. Et dire que le gars s'est fait incendier par les critiques parce qu'il a joué dans 50 nuances de Grey...
  • 8
    Bande-annonce

    Happy Valley (2014)

    55 min. Première diffusion : . 2 saisons. Policier et drame.

    Série de Sally Wainwright avec Sarah Lancashire, James Norton, Siobhan Finneran

    La vie d'une femme flic de 47 ans dans un bled paumé d'Angleterre.
    Après avoir été violée et accouché d'un bébé non voulu, sa fille s'est suicidée. 8 ans après les faits, le violeur sort de prison, et il se retrouve mêlé à une sombre histoire de kidnapping.
    Un drame en 6 épisodes qui vaut le détour. Sarah Lancashire est épatante dans le rôle de cette jeune grand-mère qui élève un enfant qui lui rappelle tous les jours la tragédie qu'a vécu sa fille. James Norton n'est pas en reste, et il est assez terrifiant dans le rôle de ce violeur/kidnappeur sans foi ni loi.
    On notera enfin la présence de Steve Pemberton (Inside n°9).

    Saison 2 : 7,5/10
    Cette saison confirme qu'Happy Valley est toujours la meilleure série anglaise du moment. Les acteurs sonnent juste (tout particulièrement l’institutrice et le détective volage), et la scénariste a eu l'intelligence de ne pas faire un copier-coller de l'intrigue de la saison 1.
  • 9
    Bande-annonce

    Informer (2018)

    1 h. Première diffusion : . 1 saison. Drame et thriller.

    Série de Sohrab Noshirvani et Rory Haines avec Paddy Considine, Nabhaan Rizwan, Bel Powley

    Saison 1 : 7.5/10
    Une vraie bonne série de la BBC sur un jeune homme sans histoires que l'on pousse à devenir informateur. Le casting est très bon, et je prédis un bel avenir à Nabhaan Rizwan. Bel Powley m'a quant à elle hypnotisé avec son visage poupon et son regard azur.
    Je regrette toutefois que certains personnages secondaires soient un brin caricaturaux (Dadir, le patron du gymnase, le flic infiltré qui boîte), et l'écriture aurait pu être meilleure. J'ai ainsi deviné qui avait commis la tuerie du café 2 ou 3 épisodes avant la fin, et toute ce qui concerne l'enquête se révèle au final assez vain et superficiel.
  • 10
    Bande-annonce

    Top Boy (2011)

    50 min. Première diffusion : . 3 saisons. Drame.

    Série de Ronan Bennett avec Ashley Walters, Kane Robinson, Malcolm Kamulete

    La banlieue londonienne, ses dealers et l'inévitable tentation de l'argent facile. Les critiques anglaises l'ont évidemment comparée à The Wire, et par certains aspects, cela peut se comprendre.
  • 11
    Bande-annonce

    Dead Set (2008)

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Épouvante-horreur et mini-série.

    Série de Charlie Brooker avec Jaime Winstone, Riz Ahmed, Adam Deacon

    Loft Story + zombies = un carnage au rythme effréné
  • 12
    Bande-annonce

    The Jewish Enquirer (2020)

    25 min. Première diffusion : . Comédie.

    Série avec Tim Downie, Lucy Montgomery, Josh Howie

    Saison 1 : 8/10
    Une comédie anglaise politiquement incorrecte dont l'ambiance générale m'a beaucoup fait penser à Lead Balloon et Curb your Enthusiasm.
  • 13

    The Inbetweeners (2008)

    Les Boloss : Loser attitude

    30 min. Première diffusion : . 3 saisons. Comédie.

    Série de Damon Beesley et Iain Morris avec Simon Bird, Joe Thomas, James Buckley

    Une comédie au ton extrêmement cru sur des lycéens obsédés par les filles.
    Après 3 saisons de qualité, un film bien décevant a vu le jour (Les Boloss).
  • 14

    Coupling - Six Sexy (2000)

    Coupling (UK)

    30 min. Première diffusion : . 4 saisons. Comédie.

    Série de Steven Moffat avec Richard Mylan, Ben Miles, Kate Isitt

    La comédie du début des années 2000 qui a inspiré How I Met Your Mother, sauf qu'ici, ça ne parle que de sexe ! A voir pour l'ingéniosité du montage et la qualité des dialogues.
  • 15

    Friday Night Dinner (2011)

    24 min. Première diffusion : . 2 saisons. Comédie.

    Série de Robert Popper avec Tamsin Greig, Paul Ritter, Simon Bird

    Une sitcom de Channel 4 durant laquelle on assiste à une réunion de famille toujours un peu plus loufoque chaque semaine.
    Avec Tamsin Greig (Episodes, Black Books), Simon Bird (The Inbetweeners) et l'inénarrable Mark Heap...

    Saison 1 : 7/10
    Les auteurs jouent clairement sur le comique de répétition, et les situations embarrassantes sont légion.

    Saison 2 :
    Une saison un cran en-dessous de la première.

    Saison 3 :
    Toujours drôle dans son ensemble, mais le voisin en fait des tonnes, et dès qu'il y a des histoires de famille (avec la tante ou la grand-mère), on rit moins.

    Saison 4 : 5/10
    Les acteurs semblent toujours s'amuser, mais les scenarii sont assez moyens dans l'ensemble.
  • 16
    Bande-annonce

    Hidden (2018)

    1 h. Première diffusion : . Policier et thriller.

    Série de Mark Andrew et Ed Talfan avec Rhodri Meilir, Gwyneth Keyworth, Sian Reese-Williams

    Saison 1 : 7/10
    La petite sœur galloise d'Happy Valley. Durant ses 8 épisodes, cette série nous parle d'un homme brimé par sa mère qui enlève des jeunes femmes de 17 ans et les enferme au milieu des bois dans une cabane sombre et insalubre, "pour leur bien". Avec sa coupe de cheveux improbable et sa posture voutée, Rhodri Meilir possède la tête de l'emploi, et si cette première saison est réussie, c'est en grande partie grâce à lui. Sian Reese-Williams m'a quant à elle beaucoup fait penser à Sarah Lancashire (Happy Valley), et j'aurais aimé que les scénaristes nous montrent davantage encore sa vie privée qui a l'air si déprimante plutôt que de consacrer tant de temps à la famille d'une ancienne victime ainsi qu'à la romance naissante entre le flic barbu et une de ses collègues. Je regrette aussi que la résolution de l'enquête se soit faite sur un coup de bol : au final, tout le travail des deux détectives n'a pas servi à grand chose, et il y a quelques facilités d'écriture dans le septième épisode qui m'ont laissé sur ma faim.
    Enfin, sachez qu'il s'agit à la base d'une série en gallois, et qu'environ la moitié des scènes ont été aussi tournées en anglais pour sa diffusion sur la BBC. Cette langue aux consonnes chuintantes est assez étrange à entendre, et elle m'a fait penser à un croisement entre le flamand et le suédois. Une chose est sûre en tout cas, ça dépayse !

    Saison 2 : 7/10
    La deuxième saison de ce thriller rural gallois me fait toujours autant penser à Happy Valley.
    L’intrigue policière est toutefois bien moins captivante que dans la saison 1, et il lui manque un vrai bad guy. On sent que les scénaristes ont accouché d’une histoire sous la pression de la chaîne, et qu’ils ont fait ce qu’ils pouvaient dans ces circonstances. Dans un sens, ce n'est pas mal plus mal, car cela nous montre la banalité de certains meurtres. Et franchement, quand je fais le bilan, ça ne m’a pas plus dérangé que ça, tant les acteurs sont bons (mention spéciale à Sian Reese-Williams). Il y a beaucoup d’humanité chez les personnages, et je trouve que leur caractérisation est plus subtile que dans les séries anglaises et américaines.
    Visuellement, c’est aussi très très beau, et chose rare pour moi, à un moment au début de l’épisode 3, je me suis repassé un passage tellement le paysage était somptueusement filmé.
  • 17
    Bande-annonce

    Skins (2007)

    45 min. Première diffusion : . 7 saisons. Comédie et drame.

    Série de Bryan Elsley et Jamie Brittain avec Nicholas Hoult, Kaya Scodelario, Dev Patel

    Les lycéens, la fête, la drogue, la débauche... Mais aussi de jolies histoires d'amour.
    La série se sous-divise en générations qui sont renouvelées tous les 2 ans.
    La saison 1 est excellente.
    La 2 un peu moins (Tony et Cassie agacent)
    Les saisons 3 et 4 vont trop loin dans l'excès, et les personnages sont moins attachants.
    La saison 5 retourne aux sources, mais le casting n'est pas parfait.
    La saison 6 est dans l'ensemble très bonne (mention spéciale aux épisodes consacrés à Mini et Liv).
    La saison 7 s'intéresse à 3 personnages des 2 premières générations. Devenus de jeunes adultes, ces derniers sont confrontés à de vraies difficultés. La série est par conséquent bien moins légère et parfois un peu ennuyeuse.
  • 18
    Bande-annonce

    McMafia (2018)

    55 min. Première diffusion : . 1 saison. Thriller, policier et drame.

    Série de Hossein Amini et James Watkins avec James Norton, David Strathairn, Faye Marsay

    Une série sur la mafia internationale moderne, où les parrains sont plus souvent derrière des ordinateurs et dans des réceptions mondaines que sur le terrain.
    L'action se situe dans divers pays (Angleterre, Israël, France, République tchèque, Russie), et les décors en extérieur nous rappellent sans cesse que nous sommes dans une série à gros budget de la BBC quasiment du même calibre que The Night Manager.
    James Norton est très convaincant dans le rôle de ce banquier bien élevé et toujours souriant sorti de Harvard, et on a du mal à croire que c'est le même acteur qui incarnait le pervers de Happy Valley.
    Par contre, tout ce qui concerne les états d'âme et les aventures sexuelles du père russe est assez ennuyeux. Idem pour ce qui concerne la jeune femme russe prostituée de force et le garde du corps au grand cœur. Sans tout cet aspect soap, la série aurait été encore meilleure.
  • 19

    Zomboat! (2019)

    20 min. Première diffusion : . 1 saison. Comédie et Épouvante-horreur.

    Série avec Cara Theobold, Leah Brotherhead, Ryan McKen

    Shaun of the Dead, en série.
    Les 4 personnages principaux sont attachants et très drôles, chacun dans un registre qui leur est propre (la bimbo, la geekette, le timide et la grande gueule). J'adore l'accent des 2 filles, et les scénaristes arrivent à ne jamais nous ennuyer alors que le pitch de base est super basique.
    Les fans de zombies seront aussi aux anges, car la série est bourrée de références méta sur tout ce qui touche aux morts-vivants (films, jeux vidéos).
    Une vraie réussite !
  • 20
    Bande-annonce

    Misfits (2009)

    1 h. Première diffusion : . 5 saisons. Fantastique, comédie et drame.

    Série de Howard Overman avec Robert Sheehan, Iwan Rheon, Lauren Socha

    De jeunes délinquants héritent de pouvoirs surnaturels, et plutôt que d'aller sauver le monde, ils s'en servent dans leur vie de tous les jours.
    Lors des 2 premières saisons, Robert Sheehan habite l'écran dans son rôle de tête-à-claques.
    Par contre, dès la saison 3, le casting évolue, et la série perd une grande partie de son intérêt.
  • 21
    Bande-annonce

    Fresh Meat (2011)

    50 min. Première diffusion : . 3 saisons. Comédie et drame.

    Série de Sam Bain et Jesse Armstrong avec Faye Marsay, Hannah Britland, Peter Gadiot

    Dramédie sur de jeunes universitaires qui vivent en colocation à Manchester.
    Les 2 premières saisons sont très bonnes.
    La troisième est parfaitement dispensable.
    Avec Joe Thomas (The Inbetweeners), Jack Whitehall (Bad Education) et Tony Gardner (Lead Balloon).
  • 22

    Jeux de pouvoir (2003)

    State of Play

    1 h. Première diffusion : . 1 saison. Thriller, policier et drame.

    Série de Paul Abbott avec John Simm, David Morrissey, Kelly MacDonald

    Une mini-série d'enquête journalistique sur un scandale de corruption au plus haut niveau de l'état.
  • 23

    Dates (2013)

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Drame.

    Série de Bryan Elsley avec Katie McGrath, Xavier Atkins, Andrew Scott

    Le premier rendez-vous entre deux personnes inscrites sur un site de rencontres.
    Une série pleine de fraîcheur créée par un ancien de Skins (UK).
  • 24

    Dr Foster (2015)

    Doctor Foster

    55 min. Première diffusion : . 2 saisons. Drame.

    Série de Mike Bartlett avec Suranne Jones, Bertie Carvel, Thusitha Jayasundera

    Saison 1 : 7/10
    Une femme soupçonne son mari d'adultère. Peu à peu, les doutes se muent en réalité, et durant 5 épisodes, l'héroïne passe par tous les états émotionnels. Doit-elle pardonner car il ne s'agit que de sexe, ou doit-elle se venger et humilier le mari volage ?
    Malgré son faible nombre de personnages et certaines facilités scénaristiques, ce thriller psychologique est une belle réussite qui repose essentiellement sur la performance de Suranne Jones. Mis à part le fait qu'elle se touche sans arrêt les cheveux, elle excelle dans ce rôle de femme arrogante, paranoïaque et égocentrique. Le format d'image très large donne un cachet supplémentaire à cette série de la BBC. Le dernier épisode est particulièrement intense en émotions.

    Saison 2 : 6/10
    Alors qu'il n'y en avait que pour Suranne Jones dans la saison 1, les choses sont désormais plus équilibrées avec Bertie Carvel. Les deux personnages principaux rivalisent de cruauté et de sadisme, et j'ai rarement vu deux anciens époux tant se détester à l'écran.
    Dommage que leur fils ait pris une telle place dans l'intrigue : le jeune acteur est très limité, et l'épisode 2x03 dans lequel il tient un rôle central est de loin le moins intéressant.
    Je n'ai pas non plus aimé les dernières secondes du cinquième épisode dans lesquelles l'héroïne casse le quatrième mur.
  • 25
    Bande-annonce

    Gangs of London (2020)

    55 min. Première diffusion : . 1 saison. Drame, action et thriller.

    Série de Gareth Evans et Matt Flannery avec Sope Dirisu, Joe Cole, Lucian Msamati

    Un thriller sur les grands pontes de la mafia londonienne et internationale, qui m'a fait penser à un mélange entre McMafia, Informer, et Succession. Chaque épisode propose une ou deux scènes d'une violence inouïe, et les combats du premier épisodes raviront les fans de John Wick.
    La série est globalement très plaisante, mais il y a trop de personnages, et à force de multiplier les intrigues secondaires, les scénaristes se perdent et certaines résolutions frisent le bâclage (ex : tout ce qui concerne Floriana). Ils tombent même dans la surenchère gratuite et le complotisme à deux balles lors des deux derniers épisodes, et j'aurais préféré que l'on s'intéresse aux fameux gangs de Londres... Je n'ai pas non plus aimé toutes ces histoires de Daddy/Mommy issues, et la romance aurait pu aisément passer à la trappe. Idem pour tout ce qui concerne le flic infiltré : au final, ça n'apporte pas grand chose, et le personnage aurait été tout aussi intéressant s'il avait été un vrai gangster.
    Au final, malgré son cliffhanger tout pourri, cela vaut tout de même le coup, et je le répète : la violence et le sadisme de certaines scènes sont complètement sidérants pour une série télé.
  • 26
    Bande-annonce

    Sticks and Stones (2019)

    45 min. Première diffusion : . 1 saison. Mini-série et thriller.

    Série de Mike Bartlett avec Ken Nwosu, Ben Miller, Sean Sagar

    Une série sur le harcèlement moral insidieux et subtil au bureau. Le personnage principal se retrouve seul contre tous, et quand il essaie de réagir, on lui reproche de ne pas avoir d'humour, d'être dépressif ou même de nager en plein délire !
    Ces 3 épisodes mettent le téléspectateur mal à l'aise, car on sent le héros totalement impuissant face à un système qui rejette les êtres faibles. Ce gros bosseur qui a été une victime toute sa vie croit naïvement que la méritocratie existe, et que les bonnes personnes qui travaillent dur seront forcément récompensées de leurs efforts. Or, c’est un vrai monde de requins où les prédateurs repèrent les proies et ne les lâchent plus…
    Les acteurs sont tous très bons, et le personnage qui se moque ouvertement de Thomas avec un grand sourire bien blanc est une vraie pourriture !
    Je n'aurais pas été contre quelques épisodes supplémentaires, et je regrette juste que le thème du racisme ait été inséré dans les dernières minutes, car ce n'est pas de ça que la série parlait jusque-là. Le twist final est quant à lui bien trop prévisible, et le happy end est malvenu.
  • 27

    State of the Union (2019)

    10 min. Première diffusion : . 1 saison. Comédie et drame.

    Série de Nick Hornby avec Chris O'Dowd et Rosamund Pike

    10 épisodes de 10 minutes sur un couple en pleine crise conjugale. Toutes les semaines, les deux quarantenaires se retrouvent autour d'un verre, quelques minutes avant d'aller voir leur thérapeute, et c'est là l'occasion pour eux de faire le point sur leur situation et de se dire leurs quatre vérités, toujours avec une certaine bienveillance.
    Une telle série repose avant tout sur l'alchimie entre les deux acteurs, et coup de bol pour Stephen Frears, ça matche vraiment entre Rosamund Pike et Chris O'Dowd. Les 10 épisodes passent tout seul, et à la fin de chacun d'entre eux, on n'a qu'une seule envie : voir le suivant.
  • 28

    What Remains (2013)

    1 h. Première diffusion : . 1 saison. Policier, drame et thriller.

    Série de Tony Basgallop avec David Threlfall, Russell Tovey, Amber Rose Revah

    Une locataire obèse et timide meurt au dernier étage d'une maison divisée en appartements. Deux ans plus tard, on retrouve son corps momifié dans le grenier. A-t-elle été tuée ou s'agit-il d'un suicide ? Un flic à la retraite (David Threlfall de Shameless) mène l'enquête, et le moins que l'on puisse dire, c'est que tous les voisins sont louches...
    Plus les épisodes avancent et plus l'ambiance est lourde. Les amateurs de série à suspense seront scotchés à leur siège jusqu'à la dernière minute.
  • 29

    Siblings (2014)

    30 min. Première diffusion : . 2 saisons. Comédie.

    Série de Keith Akushie avec Tom Stourton et Charlotte Ritchie

    Une comédie potache un peu fofolle, avec 2 personnages désinhibés et imbus de leur petite personne. Le frangin en fait des tonnes, et l'actrice de Fresh Meat incarne un personnage bien éloigné de l'étudiante timide qu'on connaissait jusque-là. La complicité entre les 2 acteurs est évidente. La série s'améliore au fur et à mesure de l'avancement de la première saison. Vivement la suite !
  • 30
    Bande-annonce

    Sex Education (2019)

    50 min. Première diffusion : . 2 saisons. Comédie et drame.

    Série de Laurie Nunn avec Asa Butterfield, Gillian Anderson, Emma Mackey

    Le concept de cet ado qui joue aux thérapeutes est complètement surréaliste, et les acteurs sont comme toujours beaucoup trop vieux pour jouer des lycéens, mais ce n'est pas grave, car les personnages sont vraiment attachants. En plus, Gillian Anderson a l'air de vraiment s'éclater dans le rôle de cette mère-poule qui espionne les moindres faits et gestes de son fils, ce qui est rassurant après son triste retour dans X-Files...
    Toutefois, j'ai trouvé que le rejet maladif de la masturbation chez le héros était trop exagéré, et l'épisode final ne m'a pas vraiment satisfait : après avoir vu Maeve hésiter constamment entre Jackson et Otis, on aurait tous aimé qu'elle ait ENFIN une explication franche avec ce dernier, et à l’exception d'un déchirant "You what what I mean", celle-ci n'est jamais venue. La relation entre Otis et Ola ressemble à s'y méprendre à celle entre Clay et Skye dans 13 Reasons Why, et je doute qu'elle dure bien longtemps... J'aurais aussi aimé qu'Eric se confie à Otis au sujet de son agression, et qu'Adam parle enfin à quelqu'un plutôt que de se murer dans la violence et le silence. Ce sont des petits défauts d'écriture qui seront j'espère corrigés dans la saison 2.
    Enfin, que dire d'Emma Mackey qui illumine chacune des scènes dans lesquelles elle apparaît ? Elle est le sosie en plus jeune de Margot Robbie, et elle atteint des sommets de beauté dans la scène de l'épisode 4 où elle est assise au bord de la piscine. On n'a pas fini de la voir dans la prochaine décennie !