Carnet de lectures 2017

Avatar nm-reader Liste de

51 livres

par nm-reader

Retirés de la PAL en 2017, dans l'ordre de lecture.

Je donne le nombre de pages du bouquin, pour vous donner une idée de son épaisseur (ajouter environ 20% pour passer du broché au format poche), ainsi qu'un bref commentaire perso, à défaut d'une critique.

Bandeau : aquarelle de Jacques Noury : Venise
(http://jacquesnoury.fr/)

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1
  • 2
  • Semences (2015)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Jean-Marc Ligny

    (409 pages, broché)

    Soyons clairs : ce dernier volet de la trilogie climatique de Ligny est moins bon que le précédent, "Exodes" : plus court et donc nettement moins bien construit, scénario peu crédible et rempli de facilités qui permettent à notre joyeuse troupe de survivre miraculeusement, monde qui paraît presque gentillet après les horreurs (bien plus crédibles) d'Exodes... Mais il faut néanmoins reconnaître que le roman est très plaisant à lire, on apprécie vraiment de suivre cette dernière aventure. Une lecture sympathique, donc, mais rien de plus.
  • Métaquine® - Indications (2016)

    Sortie : .

    Livre de François Rouiller

    (un seul roman, coupé en deux)

    Voir ci-dessous.
  • Métaquine® - Contre-indications (2016)

    Sortie : .

    Livre de François Rouiller

    (841 pages au total, brochés)

    Le roman est prenant, très plaisant à lire ; mais on finit par se sentir un peu trompé par la marchandise (une mise en abîme volontaire, ou pas ??) : on croyait tenir en main une critique en règle des dérives pharmaceutiques, c'est finalement un bon délire autour des mondes virtuels et de la SF quantique (qui est souvent casse-gueule et bien peu crédible). Un ensemble qui me laisse donc un peu perplexe, mais il faut malgré tout reconnaître à Rouiller des talents de romancier qui ne demandent qu'à être confirmer.
  • Tout dire (2013)

    Contarlo Todo

    Sortie : 2013. Roman.

    Livre de Jeremías Gamboa

    (517 pages, broché)

    Comment ne pas être totalement absorbé par ce premier roman de Gamboa ? Son récit sonne juste, authentique, et crée l'émotion avec une rare maîtrise. Une nouvelle voix est née, et elle nous enchante déjà !
  • Le fleuve céleste (2016)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Guy Gavriel Kay

    (695 pages, broché)

    Pour son second voyage dans l'Antiquité chinoise, Kay nous éblouit une nouvelle fois par la qualité de sa plume, par le souffle épique de son récit romancé de la chute des Song du Nord. Une merveille, Kay est un Grand.
  • Station Eleven (2016)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Emily St John Mandel

    (474 pages, broché)

    Un roman post-apo vraiment touchant : au lieu de s'attarder longuement sur les horreurs qui suivent l'écroulement de la civilisation, EstJM choisit de souligner les émotions de ses personnages, leurs regrets, leurs traumatismes, leurs joies aussi. Un roman franchement émouvant, bien écrit, qui pousse à la réflexion sur la fragilité de notre monde et ses miracles technologiques quotidiens que nous banalisons inconsciemment.
  • Le Dragon Griaule (2011)

    The Dragon Griaule

    Sortie : . Recueil de nouvelles.

    Livre de Lucius Shepard

    (455 pages, broché)

    Un roman très sombre (beaucoup plus que je l'imaginais), mais assez fascinant. Je reste néanmoins un peu déçu par la dernière nouvelle, dont le dénouement me semble un peu simpliste. Shepard a une belle écriture, cela dit.
  • Voyage d'hiver (2017)

    Viatge d'hivern

    Sortie : . Roman.

    Livre de Jaume Cabre

    (291 pages, broché)

    Je suis retourné lire avec grand plaisir Jaume Cabré, l'auteur du fabuleux Confiteor. Il publie ici des nouvelles, et nous envoûte une nouvelle fois avec sa plume si particulière.
    J'avoue avoir en général un peu de mal à lire un recueil entier de nouvelles : cet effort constamment répété d'entrer dans une nouvelle histoire pour l'abandonner presque aussitôt m'épuise un peu. Mais on découvre peu à peu que Cabré a créé un lien entre toutes ses nouvelles, et plus on avance dans le recueil, puis on trouve de plaisir à les connecter dans la toile qu'il a lentement mais sûrement tissé. C'est superbe, à la mesure de son talent.
  • Cérès et Vesta (2016)

    The Four Thousand, The Eight Hundred

    Sortie : 2016. Science-fiction.

    Livre de Greg Egan

    (106 pages, broché)

    Je doute, finalement, d'être adepte des romans courts : tout semble abrégé, tronqué, et l'histoire perd en consistance, en crédibilité. Bref, je n'ai guère été séduit par ce format. Une petite déception.
  • Un chant de pierre (1997)

    A Song of Stone

    Sortie : 1997. Roman.

    Livre de Iain M. Banks

    (221 pages, broché)

    Dernier Banks en date à avoir été traduit en français, ce roman se lit avec délice. On y retrouve l'humour inimitable du maître, parfois cruel, servi par une plume plus belle que jamais. Conte un peu hors du temps, à la frontière entre la SF, la fantasy et le roman noir, à l'ambiance glaçante et menaçante, un chant de pierre sonne parfois comme un testament, Banks nous livrant tour à tour ses pensées sur la vie, la mort, l'amour, l'enfance. Un texte beau et fort, qui choque et émeut.
  • Dans la forêt (1996)

    Into the Forest

    Sortie : 1996. Roman.

    Livre de Jean Hegland

    (221 pages, broché)

    Je ne me lasse pas du genre post-apo ! Là encore, on découvre un roman intense, riche en émotions, en réflexion sur ce qui a vraiment du sens dans la vie, le tout sans s'ennuyer une seule seconde. Très beau roman.
  • Mondocane (2016)

    Sortie : . Science-fiction et roman.

    Livre de Jacques Barbéri

    (299 pages, broché)

    J'ai longtemps hésité à lire Barbéri, n'étant pas certain d'apprécier ses univers hallucinés. Je le découvre avec son dernier roman, et je dois reconnaître que j'ai finalement beaucoup aimé ! Il a l'art de transformer l'horrible, l'indicible, en fulgurance poétique, totalement déjantée, qui séduit au plus haut point. On s'attache à tous ses personnages, et on regrette finalement que l'histoire soit si courte. Son écriture est, de surcroît, très évocatrice, pleine d'images hautes en couleur. Je retournerai le lire, c'est certain.
  • Si rude soit le début (2017)

    Así empieza lo malo

    Sortie : . Roman.

    Livre de Javier Marias

    (576 pages, broché)

    Un énorme pavé, Marias a l'art de construire des phrases ultra longues, qu'il est bavard ! Mais son propos est toujours d'une grande intelligence, et peu à peu, son histoire, qui paraît banale au début, finit par devenir réellement sérieuse. Un grand roman, au final, qui ratisse large : pensées quasi testamentaires de l'auteur, dénonciation de crimes de l'ère franquiste, intrigue policière inspirée de faits réels. Marias - qui pourrait être nobélisé un de ces jours - nous bluffe, encore une fois.
  • Jeux de miroirs (2017)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Eugen Ovidiu Chirovici

    (315 pages, broché)

    Le "roman événement, au suspense haletant", vous êtes sérieux ?? L'histoire est certes sympa, mais on ne frisonne à aucun moment, pas le moindre soupçon d'angoisse qui devrait saisir le lecteur, comme dans tout thriller ou roman policier qui se respecte. Et l'écriture est d'une platitude, d'une banalité absolue (à moins que ce soit la traduction ?...). Bref, un roman sympa à lire mais qu'on oublie aussitôt refermé.
  • Metro 2033 - Metro, tome 1 (2005)

    Metro 2033

    Sortie : 2005. Science-fiction et roman.

    Livre de Dmitry Glukhovsky

    (653 pages, broché)

    Beaucoup d'aventures, dans ce roman fleuve, on y trouve son compte. On peine néanmoins à s'attacher aux personnages (ils disparaissent trop vite), et parfois certains chapitres paraissent un peu tirés par les cheveux. Un roman assez moyen, donc, mais il ne faut pas oublier qu'il marquait les grands débuts de Glukhovsky - qui a fait beaucoup mieux depuis (futu.re notamment). A suivre avec Metro 2034.
  • Les accidents. (2017)

    The lost time accidents.

    Sortie : . Roman.

    Livre de John Wray

    (538 pages, broché)

    Les accidents est un roman complètement barjo, mais bigrement bien écrit et intelligent. J'ai beaucoup aimé la plume de Wray, qui sait pimenter délicieusement ses phrases tantôt d'un trait d'humour , tantôt d'un mot surprenant mais si parfaitement choisi. Il sait rendre notre lecture savoureuse, et j'irai certainement le relire. Quant au récit lui-même : malgré un léger ventre mou dans le 2e tiers, on ne s'ennuie guère ; et comment résister à un voyage dans le temps ?
  • L'homme qui mit fin à l’histoire (2016)

    The Man Who Ended History: A Documentary

    Sortie : . Roman et recueil de nouvelles.

    Livre de Ken Liu

    (107 pages, poche)

    Rédigé sous forme de documentaire, ce roman court met à la fois en lumière les atrocités commises par les japonais à la fin des années 30, et la difficulté pour l'historien de mener le travail de mémoire, face aux réticences de toutes sortes. Brillant.
  • Alice automatique (2017)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Jeff Noon

    (145 pages, broché)

    Jeff Noon, fidèle à lui-même, nous livre une fantaisie déjantée, une variation sur l'Alice de L. Caroll. C'est assez rigolo à lire, même s'il faut avouer que parfois c'est un peu lassant...
  • Luz ou le temps sauvage (2000)

    Sortie : 2000. Roman.

    Livre de Elsa Osorio

    (413 pages, broché)

    Quelle claque ! Un roman qui prend à la gorge, et qui m'a même piqué les yeux dans ses dernières pages. Elsa Osorio évoque avec une incroyable intensité certaines des heures les plus sombres de la dictature argentine. Et pour ne rien gâcher, la narration complexe donne beaucoup de relief au récit. A lire !
  • Boudicca (2017)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Jean-Laurent Del Socorro

    (238 pages, broché)

    Il faut reconnaître que la plume de Jean-Laurent Del Socorro est très belle, très agréable à lire. J'ai aimé découvrir un pan de l'Histoire britannique, avec cette figure de l'insoumission celtique face aux Romains que fut Boudicca, la reine des Icènes. Il est cependant un peu dommage que ce roman soit si court, cela lui fait perdre du poids, au propre comme au figuré.
  • Défaite des maîtres et possesseurs (2016)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Vincent Message

    (298 pages, broché)

    Ce roman est un véritable coup de poing. Vincent Message aborde la question de la cruauté de l'homme, de son rôle de prédateur sur terre, par un jeu de miroir : et si l'homme devenait lui-même une proie, un animal, avec une prise de pouvoir de la planète par des E.T. ? Par son texte poignant, choquant même (âmes sensibles s'abstenir), il nous renvoie à notre propre cruauté envers les animaux, et à notre part de responsabilité dans la destruction de notre environnement. Pour ne rien gâcher, V. Message écrit vraiment très bien. Ce roman pourrait gagner le GPI 2017, je n'en serait pas surpris.
  • Extinction Game (2014)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Gary Gibson

    (381 pages, broché)

    Décidément, la théorie des univers parallèles est très bancale, mais elle reste un très bon prétexte pour quelques aventures insolites. On ne tient pas là un grand roman, loin de là, mais on ne s'ennuie pas et on ne boude pas son plaisir. Un bon divertissement, en somme.
    Il semble que la sortie de la suite soit programmée pour l'été prochain ; à suivre.
  • Chasse royale I (Rois du monde, 2) (2015)

    Sortie : . Roman et fantasy.

    Livre de Jean-Philippe Jaworski

    (282 pages, broché)

    Relecture, en vue de la parution du tome 3, le mois prochain.
    C'est toujours aussi bon, aussi virtuose, aussi fou, même si je revois ma note à la baisse (-1). Vivement la suite !
  • Les Marches de l'Amérique (2017)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Lance Weller

    (355 pages, broché)

    Avec son 2e roman, Weller confirme sa prédilection pour les récits sur la Conquête de l'Ouest.On tient là un vrai western moderne : réaliste (très loin de l'image hollywoodienne), sauvage (à la limite du supportable, parfois), mais touchant aussi, et bien écrit. Il confirme ainsi tout le bien qu'on commençait à penser de lui, son talent se confirme. Un auteur à suivre.
  • Chasse royale II (Rois du monde, 3) (2017)

    Sortie : 2017. Roman et fantasy.

    Livre de Jean-Philippe Jaworski

    (350 pages, broché)

    Jaworski aime la langue française, cela transpire de chacune de ses phrases. Alors oui, lire le nouveau roi de la fantasy demande un effort intellectuel indéniable, mais qu'est-ce que c'est bon ! Vivement la suite (début 2018, normalement)
  • Deux hommes de bien (2017)

    Hombres buenos

    Sortie : . Roman.

    Livre de Arturo Pérez-Reverte

    (502 pages, broché)

    Voilà sans doute un roman auquel Pérez-Reverte tient plus que tout : il s'agit d'un hommage de l'actuel académicien espagnol à deux de ses prédécesseurs qui, a la fin du XVIIIe siècle, vinrent à Paris acheter l'Encyclopédie. Le sujet est beau, noble, traité avec passion, joliment documenté, bien écrit. Même si on s'ennuie parfois un peu (l'ensemble est quand même relativement long), c'est une belle lecture, qui rend un hommage mérité aux Lumières et à l'ouverture d'esprit.
  • La Cité du futur (2017)

    Last Year

    Sortie : . Roman.

    Livre de Robert Charles Wilson

    (367 pages, broché)

    Boring, boring, boring.... J'abandonne Wilson, 4e fois que je lui donne sa chance, 4e déception.
  • Le Temps de Palanquine (2017)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Thierry Di Rollo

    (281 pages, broché)

    Une très belle surprise ! Un roman à l'écriture rythmée, à la fois sombre et sensible, avec des personnages très bien construits. Cette fin du monde est l'une des plus saisissantes que j'ai lue. Di Rollo est un auteur à suivre, vraiment ; il a quelque chose à dire, et ne se contente pas de remplir des pages. J'en redemande.
  • Dans le sillage de Poséidon (2017)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Alastair Reynolds

    (637 pages, broché)

    Une grosse déception ! Reynolds a voulu accouché d'un monstre - ce qu'il a réussi au moins quant au nombre de pages - mais son bébé semble lui avoir peu à peu échappé : personnages aux raisonnements et aux actions aberrantes voire stupides, scénario qui s'emballe pour finir comme un soufflé au fromage, théories scientifiques ultimes auxquelles on a du mal à adhérer, des ficelles grosses comme des poutres... Bref, on vit certes un joli voyage interstellaire dans ces pages, mais on est très loin d'avoir un chef-d'oeuvre entre les mains.
  • Chanson douce (2016)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Leïla Slimani

    (227 pages, broché)

    J'ai beaucoup aimé ce roman, à l'écriture précise et parfaitement maîtrisée. La justesse de son propos touche, dérange, interroge. Une belle réussite, une nouvelle voix intéressante à suivre.
  • 1
  • 2