Comics : Année Un

Avatar Ray Liste de

77 bd

par Ray

Principalement fan de manga et d'animation japonaise, nombreux sont mes amis à m'avoir conseillé moult et moult comics, me promettant ainsi un nirvana encore inconnu et inexploré. Longtemps résistant, j'ai fini par craquer en milieu d'année dernière en m'attaquant aux dits chefs-d’œuvre du genre. Malheureusement ma connaissance quasi-nulle m'a sûrement empêchée de parfaitement comprendre les enjeux de tout ce que j'ai pu lire. Je n'ai aucunement constater la révolution que fut Watchmen, je n'ai pas non plus pu découvrir la naissance d'un nouveau Batman sous les traits de Miller,... Bref ne soyez pas surpris que certaines notes soient basses et que d'autres soient trop hautes, je n'ai pas encore assez "d'échantillons qualité" dans cette liste pour que les notes soient logiques entre-elles, un 7 pour une œuvre ne voulant pas forcément dire la même chose que pour une autre.

Quoiqu'il en soit je tiens quand même à remercier mon ami Roman sans qui la découverte de cet univers se serait fait beaucoup plus tardivement ainsi que Philippe qui m'a prêté beaucoup de comics de sa collection perso ! Big up y'all.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Batman : Année Un (1987)

    Batman: Year One

    Sortie : février 1987.

    Comics de David Mazzucchelli et Frank Miller

    1ère grosse lecture comics et lecture assez repoussante bizarrement. Si l'histoire et le coup de crayon m'ont comblé je ne peux pas en dire autant pour la narration, qui fut aussi un de mes gros problèmes avec TDKR. Si Miller manie la plus avec une telle finesse, je n'arrive pas à en dire autant pour son découpage. La lecture m'a semblé saccadée et j'ai du faire de nombreuses pauses pour tout remettre en place dans ma tête. L'idée de plutôt suivre Gordon que Wayne est bonne mais je n'avais que trop peu d'empathie pour le moustachu bourru même si découvrir le justicier à travers ses yeux est intéressant. Je ne garde pas d'Année Un un souvenir impérissable et je pense surtout que je n'étais pas prêt... Mais je l'étais encore moins pour la suite.
  • Watchmen (1986)

    Sortie : septembre 1986.

    Comics de Dave Gibbons et Alan Moore

    Le chef-d’œuvre ultime, absolu que tout le monde se doit d'avoir lu. La révolution incroyable qui a bouleversée le monde... Comment avec un bagage aussi faible que le mien en comics aurai-je pu apprécier cette lecture à sa juste valeur ? A côté de combien d'éléments suis-je passé ? Combien de points d'intrigue ai-je manqué ? Je ne le sais nullement, je sais juste que Watchmen m'a beaucoup gavé par moment. Entre cette histoire dans laquelle je ne me suis jamais impliqué à cause du docteur qui m'a toujours repoussé, ses allégories trop appuyées, certains passages lourdingues (les pirates),... je n'ai pas réussi à sortir la tête de l'eau.
    Si la base me paraissait solide, c'est bien le développement de l'histoire, sa fin expédiée et ses dialogues ampoulés, même problème que V pour Vendetta, qui ont eu raison de moi. Je me suis forcé à lire Watchmen, pour ma culture, mais je ne l'ai pas apprécié en dehors que certaines phases où le voyage halluciné me transportait grâce aux dessins.
    Je relirai Watchmen dans quelques années, j'espère alors que la vérité éclatera à mes yeux.
  • Batman : The Dark Knight Returns (1986)

    The Dark Knight Returns

    Sortie : mars 1986.

    Comics de Frank Miller

    Extrêmement difficile à appréhender, cette histoire du chevalier noir m'a repoussée pour les même raisons qu'Année Un à savoir une narration trop complexe pour mon petit cerveau et des passages dont j'avais du mal à saisir l'importance. Et pourtant dieu sait que c'est bien écrit, bien dessiné et surtout que c'est un face à face intense entre plusieurs personnages. Encore une fois, sûrement un comics lu trop tôt.
  • Killing Joke (1988)

    Batman: The Killing Joke

    Sortie : mars 1988.

    Comics de Brian Bolland et Alan Moore

    Le plus gros reproche que je puisse faire à Killing Joke est sa longueur, c'est trop rapide. Mais en même temps je trouve là-dedans une qualité : le récit ne s'essouffle jamais. La folie est constante, palpable, le Joker est ici un véritable monstre qu'on apprécie malgré nous. La confrontation avec Batman en est d'autant plus forte que ce n'est pas lui qui est visé mais bien ce qu'il considère comme sa famille. Sous les traits d'un Brian Bolland énormément inspiré au niveau des couleurs mais aussi du rythme des planches, Killing Joke est haletant, prenant et son final absolument magnifique. Une lecture bouclée en moins d'une heure pour une trace encore présente quelques mois plus tard, c'était peut-être trop court, mais c'était très bon.
  • V pour Vendetta (1982)

    Sortie : mars 1982.

    Comics de David Lloyd et Alan Moore

    Blasphème, au bûcher, tuez cet impie qui préfère le film au comics !
    Oui je préfère le film qui, même s'il n'a pas toute l'intelligence d'écriture de Moore, arrive bien mieux à faire ressortir un propos je trouve. Comme pour Watchmen, je trouve que Moore est trop verbeux et ne laisse pas assez parler le silence. Désireux de montrer la puissance et la précision de sa plume, le monsieur n'hésite pas à m'assommer sous des tonnes de dialogues géniaux mais qui finissent par m'user. Alors oui V pour Vendetta est un magnifique doigt d'honneur à la société moderne et tout le monde en prend pour son grade mais il est parfois aussi ce prof de philo qu'on supplie de la fermer pour nous laisser souffler ne serait-ce que quelques secondes.
    Malgré tout il résulte d'une telle lecture une certaine réflexion notamment grâce à des personnages forts et charismatiques mais aussi grâce à une narration délectable qui jongle entre les points de vue permettant d'appréhender le monde sous plusieurs facettes. Une lecture qui m'a à la fois sonné et a tiré la sonnette d'alarme.
  • Mad Max: Fury Road, intégrale (2015)

    Sortie : .

    Comics de Szymon Kudranski, Peter Pound, Andrea Mutti

    Ayant adoré le film je me suis très rapidement intéressé au comics expliquant la montée de ce Immortan Joe. Mais le rythme complètement bâtard, le style face auquel je suis resté de marbre et l'écriture simpliste, je n'ai pas accroché. Une chance que ce soit si court car sinon je sens qu'il aurait pu entacher mon amour pour le film.
  • Saga, tome 1 (2012)

    Sortie : .

    Comics de Fiona Staples et Brian K. Vaughan

    Saga fut une lecture... Bizarre. A la fois halluciné et interpelé à chaque instant par la richesse de l'univers je n'ai jamais vraiment réussi à me concentrer sur l'histoire, lui préférant les détails alentours. Pourtant l'aventure des deux parents est loin d'être inintéressante mais je la trouve trop rapide par rapport à tout ce qui aurait pu être développé autour.
    Du coup je me languis de lire la suite espérant y trouver plus dans cette galaxie que je trouve déjà fascinante et dans cette course-poursuite haletante. Saga est un véritable space-opera qui, s'il est bien mené, pourrait devenir absolument merveilleux.
  • Sur le Terrain - DMZ, tome 1 (2008)

    DMZ Vol. 1: On the Ground

    Sortie : juillet 2008.

    Comics de Riccardo Burchielli et Brian Wood

    J'adore l'histoire de base de ce comics, le pauvre gars qui n'a rien demandé et qui est livré à lui-même mais ne se laisse pas abattre et finit par prendre en main son destin, c'est tellement tout le contraire de moi que je suis obligé d'avoir de l'empathie pour le personnage. Le tout sous des traits collant parfaitement à l'histoire dans leur espèce de violence exacerbée, j'ai englouti ce premier tome beaucoup trop vite. Il en reste un récit un peu trop rapide mais dont la suite promet beaucoup de choses.
  • Maus : L'Intégrale (1998)

    Sortie : janvier 1998.

    Comics de Art Spiegelman

    Comment dire... Un témoignage historique pas du tout putassier et raconté avec une pudeur telle qu'il est impossible de ne pas ressentir les horreurs de la guerre c'est quand même très fort. Alternant constamment la narration, l'auteur donne une envergure extrêmement humaine à ce récit, dépassant ainsi le simple cadre de la BD, Maus est un témoignage, un vrai, pas une histoire, pas un roman, pas une BD, juste un récit dur et violent dont les images sont parfois insoutenables. Mêlant l'humanité à l'horreur avec une maestria rare, Maus fut une lecture tout aussi enrichissante qu'inoubliable.
  • Passé décomposé - Walking Dead, tome 1 (2004)

    The Walking Dead Volume 1: Days Gone Bye

    Sortie : .

    Comics de Michael Anthony Moore, Charlie Adlard et Robert Kirkman

    Je n'aime pas les zombis. En fait je crois que j'en ai fait une overdose. BD, TV, la chanson,... Je ne suis plus sensible à ça sauf lorsqu'on prend un point de vue différent, Shaun of the Dead par exemple, mais Walking Dead lui suit une ligne finalement assez classique. Bien écrite, bien ficelée, parfois dérangeante et stressante mais voilà, y'a des zombis et moi j'aime pas vraiment ça les zombis, du coup j'en ai pas grand chose à faire des personnages et de leurs péripéties car même si je sais qu'il y a une bataille humaine dans le fond certaines conneries sont inévitables dans un récit avec des zombis. Du coup chaque poncif me gonfle quand bien même ce dernier est raconté d'une bonne manière.
  • Cette vie derrière nous - Walking Dead, tome 2 (2004)

    The Walking Dead Volume 2: Miles Behind Us

    Sortie : .

    Comics de Michael Anthony Moore, Charlie Adlard et Robert Kirkman

    C'est le point où je lâche la série. Même si les dessins sont beaux, même si la narration est bien calibrée, même si les personnages sont intéressants, je n'arrive pas à m'accrocher d'une quelconque manière à qui que ce soit. Certains retournements de situation sont trop factices à mes yeux et entachent complètement le reste de l'histoire car ils me remettent à ma place de lecteur roulant les yeux. Même si je dois lui reconnaitre des qualités évidentes, Walking Dead est définitivement une série qui m'aura laissé froid comme un zombi.
  • Automne 1152 - Légendes de la Garde, tome 1 (2008)

    Mouse Guard: Fall 1152

    Sortie : .

    Comics de David Petersen

    Légendes de la garde vaut surtout le coup pour ses dessins absolument magnifiques. Le trait est superbe et offre un émerveillement de chaque instant pour les yeux. Malheureusement on ne peut pas en dire autant du récit qui essaie de développer une intrigue beaucoup plus rapidement que de poser l'univers. La narration elle aussi en pâti car certaines parties sont expédiées quand d'autres sont trop longues. La lisibilité n'est pas non plus le fort de l'ouvrage car même si le trait est riche il ne fait pas honneur à l'action. Sans être désagréable à lire, cet ouvrage ne m'a pas non plus donné envie de découvrir le reste des aventures de ces souris, dommage.
  • Seconds (2014)

    Sortie : .

    Comics de Bryan Lee O'Malley

    Seconds est attachant à tous les niveaux. Entre son personnage principal simple mais efficace, le dessin propre et joliment coloré, l'histoire de rédemption qu'on a tous voulu vivre un jour, Bryan Lee O'Malley ne prend pas trop de risques et livre un graphic novel encore une fois très dans l'air du temps. Il comprend le milieu dans lequel il se trouve et l'aime pour ça, c'est pour ça que j'ai du respect pour cet auteur, il a trouvé un juste milieu entre les références jeunz et son récit. C'est jamais gros ou gras, c'est juste bien foutu et mené d'une main de maître. Dommage que les personnages secondaires n'aient que très peu d'importance ou de personnalité car avec ça on aurait pu aller beaucoup plus haut dans la note.
  • Lost at Sea (2003)

    Sortie : novembre 2003.

    Comics de Bryan Lee O'Malley

    J'ai abordé l’œuvre difficilement, la narration était toute bizarre et pourtant j'étais aspiré. Aspiré par cette ambiance de nuit sous une pluie d'étoiles.
    Récit beaucoup plus personnel que ses autres œuvres, Lost at Sea est une curiosité bien trop courte qui nous fait nous perdre dans les méandres de l'esprit du personnage principal à travers un road-trip pourtant tout simple.
  • Nier (2010)

    Sortie : 2010.

    Comics de Carlos D'Anda et Ricardo Sanchez

    Bon alors de 1 c'est moche, de 2 c'est mal raconté et de 3 j'ai l'impression que les mecs qui ont fait ça n'ont rien compris au jeu et à la subtilité de son scénario. Mieux vaut oublier l'existence de ce truc qui se torche avec un de mes jeux préférés.
  • Scott Pilgrim's Precious Little Life - Scott Pilgrim, tome 1 (2004)

    Scott Pilgrim's Precious Little Life

    Sortie : .

    Comics de Bryan Lee O'Malley

    "Au final ce fut plus difficile que prévu de lâcher ces attachants personnages et leur univers barré. Scott Pilgrim rappellera à beaucoup de bons moments de leur vie ou de loose complète. Ce comic ne se la raconte jamais et ne prétend pas avoir un propos, il se finit juste d’une belle manière avec plusieurs personnages vulnérables qui croient en un meilleur futur. Au final c’est un excellent divertissement qui aura su rester court pour concentrer un maximum ses très bonnes idées et qui nous laisse avec le sentiment du devoir accompli."
  • Kicked in the Teeth - Suicide Squad, Vol. 1 (2012)

    Suicide Squad Vol. 1: Kicked in the Teeth

    Sortie : .

    Comics de Federico Dallocchio, Ransom Getty, Andrei Bressan

    - Le film arrive, me dis-je, il faut me préparer en conséquence. Et si je me mettais à lire les derniers Suicide Squad ?
    Et c'est ainsi que je me suis lancé dans une série de comics, c'est ainsi que j'ai découvert le côté ultra-fendard de la violence avec cette équipe choc qui ne semble avoir que très peu de limite, c'est aussi ainsi que je me suis mis à apprécier la relation entre Amanda Waller et les autres. Si ce tome offre une bonne introduction, il cherche à évoluer un peu trop vite ce qui fait qu'on a jamais l'impression d'avoir les rênes du récit.
    Cynique et violent, ce premier tome reste un petit plaisir qui ne démérite pas.
  • Basilisk Rising - Suicide Squad, Vol. 2 (2013)

    Suicide Squad Vol. 2: Basilisk Rising

    Sortie : .

    Comics de Federico Dallochio, Fernando Dagnino, Andres Guinaldo

    Toujours porté par une Amanda Waller en grande forme, la suite du récit devient plus foutraque qu'avant malgré le côté "maitrisé," du plan, certains morts reviennent, il y a toujours autant de changements dans l'équipe, les scènes de combat lassent un peu plus. Il en reste un tome plaisant mais vers lequel j'aurai beaucoup de mal à revenir.
  • Death is for Suckers - Suicide Squad, Vol. 3 (2013)

    Suicide Squad Vol. 3: Death is for Suckers

    Sortie : .

    Comics de Sandu Florea, Henrik Jonsson et Adam Glass

    On marque une pause dans l'histoire et on se recentre sur la belle Harley. Si l'idée de la confronter au nouveau Joker n'était pas déplaisante, c'est toutes les références faites aux autres tomes de Batman qui le sont. L'histoire n'est pas complète, ce qui a tendance à me faire grincer des dents, et passe trop vite sur certains événements. Reste cette confrontation loin d'être inintéressante tant Harley se révèle être de plus en plus intelligente.
  • Discipline and Punish - Suicide Squad, Vol. 4 (2014)

    Suicide Squad Vol. 4: Discipline and Punish

    Sortie : .

    Comics de Patrick Zircher et Ales Kot

    Ca part de plus en plus dans le n'importe quoi, on a pas l'impression que les auteurs savent vers où ils vont, mais ils y vont. C'est d'ailleurs un peu ce qui sauve ce tome, le délire est toujours présent, la violence exacerbée de l’œuvre aide beaucoup au plaisir qu'on y trouve mais tout ça finit par me lasser.
  • Walled In - Suicide Squad, Vol. 5 (2014)

    Suicide Squad Vol. 5: Walled In

    Sortie : .

    Comics de Patrick Zircher et Matt Kindt

    Changement de ton pour ce dernier tome qui permet de relancer un peu la série. Toujours plus de personnages, toujours plus de rebondissements et d'action, ce final tient ses promesses en terme de feu d'artifice, mais il les tient moins en ce qui concerne la narration. Souvent grisante mais parfois trop longue, la lecture aura quand même été bonne bien qu'imparfaite, la faute à des retournements de situation trop fréquents et ce récit dont on arrive toujours pas à prendre les rênes.
  • Pure Insanity - New Suicide Squad, Vol. 1 (2015)

    New Suicide Squad Vol. 1: Pure Insanity

    Sortie : .

    Comics de Jeremy Roberts et Sean Ryan

    On prend pas tous les mêmes et on recommence. Si les personnages sont toujours aussi sympas et que la folie opère toujours autant, on ne peut pas en dire autant du scénario et des méchants de ce tome. Trop cliché dans son développement il n'y a que quelques points pour blanchir le tableau comme Amanda Waller, toujours en forme, et quelques batailles vraiment très sympa. On verra si la suite arrive à se défaire de cette simplicité scénaristique qui ici pèse assez lourd.
  • La Règle du jeu - Catwoman, tome 1 (2012)

    Catwoman Vol. 1: The Game

    Sortie : .

    Comics de Guillem March et Judd Winick

    J'aime beaucoup Catwoman, que ce soit dans le film de Burton ou dans les jeux Arkham, je trouve le personnage très intéressant pour peu qu'il ne soit pas sexualisé à mort. Car finalement elle est pile sur la ligne entre le bien et le mal, ses intérêts passent avant tout et l'histoire sulfureuse avec Batman,... Tout ça donne une certaine épaisseur au personnage et Judd Winick lui rend bien hommage. Le personnage est sulfureux tout en étant assez intelligent et plus profond qu'il n'y parait. En y ajoutant le côté très sombre de l'univers on se retrouve avec un chat de gouttière attachant dont on comprend les motivations. Impulsive et trop sûre d'elle, on aura très vite de l'empathie pour Selina Kyle et la misère qu'elle traverse. Un premier tome très sympathique mais encore un peu frileux sur certains points et évasifs sur d'autres.
    Mais il reste ce personnage de Catwoman et franchement... Grrrrr
  • La Maison de poupées - Catwoman, tome 2 (2013)

    Catwoman Vol. 2: Dollhouse

    Sortie : .

    Comics de Guillem March et Judd Winick

    Toujours aussi beau à regarder et agréable à lire, ce 2ème tome de l'anti-héros Catwoman ne fait que concrétiser la plutôt bonne impression du tome précédent, Selina est toujours aussi intéressante à suivre et ses élucubrations donnent du piment à l'histoire. Le récit se centre de plus en plus sur l'action ce qui n'est pas forcément pour me déranger mais j'aurai préféré y voir une évolution du personnage. On se contentera d'un bon tome qui ne révolutionne en rien le précédent.
  • Indomptable - Catwoman, tome 3 (2014)

    Catwoman Vol. 3: Death of the Family

    Sortie : .

    Comics de Rafa Sandoval et Ann Nocenti

    Ca y est j'ai ma 1ère bête noire, Ann Nocenti. Je disais au dessus que le personnage de Selina était intéressant s'il n'était pas trop sexualisé, et bien ici c'est ce qui arrive. Entre un costume toujours en miettes, des histoires et des dialogues dont la fadeur n'ont d'égal que la narration complètement hâchée, on se retrouve avec un tome paresseux où certains chapitres sont incompréhensibles tant ils sont idiots et mal amenés. Reste ces dessins toujours agréable à (se rincer) l’œil.
  • La Main au collet - Catwoman, tome 4 (2015)

    Catwoman Vol. 4: Gotham Underground

    Sortie : .

    Comics de Rafa Sandoval et Ann Nocenti

    Et on continue dans le n'importe quoi, de plus en plus. On invente de tout mais surtout on brasse de l'air. Préférant inventer milles-et-uns personnages plutôt que de se concentrer sur la psychologie de ceux déjà présents, Ann Nocenti vire dans le débile vers la fin du tome. Catwoman ne devient plus actrice, on la croirait presque dépendante, il n'y a rien de plus énervant pour se personnage qui pourtant n'avait besoin de personne jusque là. De plus l'action omniprésente commence sérieusement à lasser tant l'auteur ne trouve pas de moyen de la renouveler. Allez Ann, va falloir laisser tomber.
  • Course de haut vol - Catwoman, tome 5 (2015)

    Catwoman Vol. 5: Race of Thieves

    Sortie : .

    Comics de Rafa Sandoval et Ann Nocenti

    Putain tu t'accroches comme une puce à son chien c'est pas vrai. T'es fière de faire n'importe quoi Ann sérieusement ? Fière de vider Selina de tous les traits de caractère intéressants qu'elle avait jusque là ? Fière de faire de la surenchère d'action au profit de développer une vraie histoire intéressante ? Fière de foutre en l'air une narration au point de rendre compliquée une histoire simple ? Je suis on ne peut plus heureux de te voir quitter la série, tu auras fait assez de ravages. Va ! Personne ne te retient.
  • Keeper of the Castle - Catwoman, tome 6 (2015)

    Catwoman Vol. 6: Keeper of the Castle

    Sortie : .

    Comics de Garry Brown et Genevieve Valentine

    Sortant de 3 tomes on ne peut plus décevant, ce 6ème tome, ou 1er d'Eternal, est une vraie bouffée d'air frais. Tout change, l'histoire, le dessin, la narration,... Et c'est pour le mieux. Le chat sauvage de DC décide de trouver un foyer, une famille. A la tête du grand banditisme de Gotham on retrouve donc Selina sous son plus beau jour. Classieuse, intelligente et charismatique, le personnage prend énormément d'ampleur, sachant qu'en plus on connaissait déjà son côté félin. Elle devient irrésistible de charme et de froideur le tout pour une histoire beaucoup plus posée. La mafia est désormais le mot d'ordre, on compte ses amis, ses ennemis, ses frères et on fait attention à ce qui nous entoure. Particulièrement douée pour ça, Selina va permettre à beaucoup de personnages de se révéler pour le meilleur et surtout pour le meilleur. Car il faut bien avouer que cette galerie de truands donne envie d'en savoir plus sur l'ensemble des familles. Le conflit s'installe donc petit à petit et la pression se faire sentir au fur et à mesure qu'on dévore les pages.
    Le tout porté par des dessins marqués d'une empreinte non négligeable où les couleurs ont plus d'importance que les personnages, on se retrouve avec un tome passionnant qui transpire la classe et la maîtrise. Et putain qu'est-ce que ça fait plaisir.
  • Sunstone, tome 1 (2014)

    Sortie : .

    Comics de Stjepan Šejić

    "Tiens essaie c'est un comics érotique"
    Ni une ni deux, je me lance dans la lecture de ce qui va être un comics érotique. Ni plus ni moins. Le BDSM a le vent en poupe dernièrement et le fait que Nana to Kaoru (Attache-moi) ait été licencié ne m'a clairement pas choqué. Il s'agit donc ici d'une longue introduction pas toujours palpitante entre ces deux jeunes femmes dont les plaisirs sexuels sont singuliers. Jamais vulgaire, le comics dégage quelque chose de sensuel dans les couleurs et dans le découpage général. Malheureusement il s’attarde parfois un peu trop sur l'état d'esprit des personnages ce qui a tendance à ralentir encore plus un rythme déjà un peu mou du genou. Reste ces deux personnages attachantes et des bases correctes pour une suite qui, je l'espère, sera à la hauteur de mes attentes.
  • Sunstone, tome 2 (2015)

    Sortie : .

    Comics de Stjepan Šejić

    Ce tome 2 surprend par beaucoup de points mais il en devient aussi bien meilleur. En effet je trouve cela très intelligent d'aborder le bondage sans vraiment le montrer, alors oui il y a quelques cordes attachées, quelques tenues latex, mais l'auteur définit l'acte comme indescriptible, les pensées du personnage principal étant le moteur de la narration, si cette dernière est en état de transe durant l'acte, il est normal que ce dernier ne soit pas retranscrit en image. Du coup on n'a pas le côté putassier qu'aurait pu avoir la série, le fait de ne pas montrer l'érotique mais de le mentionner rend la lecteur très classe et glamour par moment. Le style graphique est toujours superbe, en plus moi et les rousses... voilà quoi, les couleurs sont belles, mais je déplore encore ce rythme lent et ces moments beaucoup trop verbeux, le tome étant plus centré sur la psychologie d'Allie, ça parle beaucoup, et parfois ça se répète et nuit au rythme. Dommage même si je ne cache pas mon plaisir.