Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

David Robert Mitchell - Commentaires

Avatar Thaddeus Liste de

3 films

par Thaddeus

Comme bien des réalisateurs américains de sa génération, Mitchell pratique un cinéma citationnel dont la réussite se mesure à l’assimilation et au dépassement des références convoquées. Sa voix est précieuse lorsqu’elle laisse toute latitude à une expression faite de suavité et de minimalisme, sensible aux doutes et aux angoisses de l’adolescence ; moins quand elle cède aux penchants un peu trop calculés du néo-film noir ironique. Ces trois premiers essais invitent en tout cas à suivre avec intérêt la suite de sa carrière.

Mon top :

1. It follows (2014)
2. The myth of the American sleepover (2010)
3. Under the silver lake (2018)

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • Bande-annonce

    The Myth of the American Sleepover (2010)

    1 h 36 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de David Robert Mitchell avec Amy Seimetz, Nikita Ramsey, Amanda Bauer

    Avec ce premier film vaporeux, nimbé de délicatesse et de mélancolie, Mitchell désamorce les conventions d’un genre ultrabalisé. Il fait évoluer un récit embryonnaire au cours d’une seule et même soirée, non explicitement datée mais située sans doute vers la fin des années 80, et capte les sensations particulières de cette période de la vie où l’on est plus un enfant sans avoir non plus connu de grande expérience amoureuse. Il y a la main qu’on parvient à effleurer, le baiser qu’on obtient lors d’un instant magique, l’intensité d’un long silence partagé où chacun tarde à déclarer sa flamme. De bivouac en pyjama party, filles et garçons connaissent espoirs fébriles, petits bonheurs et déconvenues sans qu’aucun drame ne vienne troubler la douce quiétude de cette nuit étoilée, filant dans un parfum d’éternité.
  • Bande-annonce

    It Follows (2014)

    1 h 40 min. Sortie : . Épouvante-Horreur.

    Film de David Robert Mitchell avec Maika Monroe, Keir Gilchrist, Olivia Luccardi

    Detroit, ville-fantôme à la périphérie urbaine de "deep America", hantée par le spectre de la relégation et portant sur elle l’empreinte d’une influence mûrie de Tourneur, Carpenter, Wise ou Shyamalan. Dans cet environnement dont les images chaudes et ouatées distillent le souvenir enchanteur d’une adolescence imaginaire, la jeune Jay est frappée par une malédiction qui se propage telle une traînée de gonorrhée. Seul moyen d’y échapper : coucher avec quelqu’un qui sera à son tour traqué par le monstre invisible à tous sauf à sa proie. De cet excitant postulat, Mitchell tire un film languide, vénéneux, superbement économe, dont les perspectives allégoriques densifient le climat de terreur blanche, et où lutte vitale et délectation morose échangent couleurs et attributs en une fascinante parade crépusculaire.
  • Bande-annonce

    Under the Silver Lake (2018)

    2 h 20 min. Sortie : . Thriller et drame.

    Film de David Robert Mitchell avec Andrew Garfield, Riley Keough, Jimmi Simpson

    En cherchant à atteindre un nouveau degré dans la perdition luxuriante et psychotrope des rêves de Los Angeles, l’auteur dresse un état des lieux assez significatif de la tendance au palimpseste distancié qui asphyxie une bonne partie du cinéma américain. La quête de sens sera donc vaine, éviscérée de toute émotion, le collage obsessionnel de pastiches et de citations noyé dans une brume anesthésique. Et malgré son style sophistiqué, sa confection classieuse, ce chewing-gum parfumé à la pop-culture perdra presque toute sa saveur après avoir été mastiqué pendant 135 minutes. Qu’un film aussi cynique, superficiel et artificieux soit autant comparé à son antipode, le très romantique, sentimental et bouleversant "Mulholland Drive", indique par ailleurs à quel point celui-ci reste encore mal compris.