Du rock brut à l’électro déstructurée : itinéraire initiatique en 20 étapes

Avatar Quentin M. Liste de

20 morceaux

par Quentin M.

Comment faire apprécier l’univers électronique abscons d’Autechre à un fan d’AC/DC ?

C’est clair que si vous lui balancez d’emblée l’album Oversteps dans les oreilles, il risque de vous regarder avec stupéfaction et frayeur.

N’oublions pas que nos ancêtres n’étaient pas du tout familiers des sons électroniques, et que quand le duo Silver Apples triturait des oscillateurs à la fin des années 1960, il existait des journalistes pour se demander si c’était de la musique.

Maintenant, l’électro est bien ancrée dans le paysage musical et s’est mariée à plusieurs genres pour enfanter l’indietronica, l’électro-pop ou encore l’électroswing. Mais cette crainte instinctive face à l’abstraction, l’aridité et la chaleureuse froideur des sonorités électroniques n’en demeure pas moins ancrée en nous.

Vous qui aimez l’électro, vous souvenez-vous de votre baptême, de l’album qui a été le déclic, qui vous a fait comprendre que ce genre musical recelait de possibilités infinies de beautés ? Alors, vous avez entamé votre transition, vous avez cessé de n’écouter que du rock, ou quel que soit le genre qui vous faisait frémir.

Maintenant, peut-être que vous écoutez des musiques encore plus électroniques qu’à l’époque. Car l’électro est un genre extrêmement vaste qui s’explore, s’apprivoise, s’amadoue pas à pas. Entre le rock brut d’AC/DC et l’électro déstructurée d’Autechre, il n’y a pas un gouffre mais un continuum.

C’est de cette idée que part la présente liste, qui s’adresse aussi bien aux novices qu’aux amateurs d’électro. En 20 titres, nous irons du plus rock au plus électro : nous gagnerons petit à petit en complexité, en abstraction, en déstructuration, et en « pureté » du parti pris électronique.

J’ai fait le choix de choisir essentiellement des « classiques » de leur genre car l’idée de cette liste n’est pas de vous faire découvrir des perles rares, mais de présenter des archétypes, des morceaux pouvant servir de repères quel que soit leur teneur en électro.

Bon voyage à toutes et à tous !

Quentin

N.B. L’esprit de cette liste est librement inspiré d’une autre liste Sens Critique visant à faire apprécier peu à peu le métal le plus violent à quelqu’un qui écoute du rock normal. Malheureusement j’ai oublié le titre et l’auteur de cette liste. Si vous voyez de quoi je parle, merci de me le faire savoir !

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Écouter

    Highway To Hell (1979)

    Highway to Hell

    3:28. Pop rock, electro/techno, blues et hard/metal. Présent dans 17 albums.

    Morceau de AC/DC

    Nous commençons donc par un indémodable du rock. Basse/batterie/guitare/voix, le quatuor est là, avec des accords et une rythmique plutôt basiques en prime. Les morceaux d’AC/DC se ressemblent pas mal entre eux, cela ne nous empêche pas de les apprécier, car ça reste super bien exécuté et fucking rock’n’roll.
  • Écouter

    You Can Have It All (2005)

    4:37. Pop rock. Présent dans 2 albums.

    Morceau de Kaiser Chiefs

    Le groupe de Leeds a quelque chose de rassurant pour les rockeurs en herbe. On est encore dans une structure pop-rock à la fois réjouissante et très classique, avec un solo plutôt attendu aux deux tiers du morceau. La seule chose qui nous rapproche un tantinet de l’électro est l’utilisation marquée du synthé...
  • Écouter

    Weekend Wars (2008)

    4:10. Electro/techno. Présent dans 7 albums.

    Morceau de MGMT

    Nous entrons maintenant dans le domaine du rock dit « alternatif ». En l’occurrence, le groupe MGMT est réputé pour le plaisir qu’il prend à agrémenter ses morceaux de touches électroniques. Cela se ressent un peu dans les transitions et dans le traitement de la voix, mais surtout dans les divers claviers employés.
  • Écouter

    Pumped Up Kicks

    3:55. Présent dans 25 albums.

    Morceau de Foster the People

    Dès l’introduction, on a le sentiment qu’on se rapproche de l’électro, même si le couplet puis le refrain accrocheur nous confirment qu’on n’y est pas encore tout à fait. Le single « Pumped Up Kicks » réussit à concilier un tempérament pop et un bricolage de sonorités élaborées, parfois déconcertantes.
  • Cane Shuga

    3:16. Présent dans 1 album.

    Morceau de Glass Animals

    Il y a d’abord cette montée en gamme suspensive au synthé, puis cette batterie étouffée, ces discrets tintements, et ces voix qui se chevauchent en ayant l’air victimes d’un dérèglement informatique. Plus loin, le silence, puis un pont fait d’échos lointains. Le style de Glass Animals est éclectique par excellence.
  • Écouter

    Time to Get Away (2007)

    4:11. Pop rock et electro/techno. Présent dans 1 album.

    Morceau de LCD Soundsystem

    Pour caractériser les artistes occupant une position médiane entre l’électro et le rock indépendant, on parle d’ « indietronica ». Le groupe de James Murphy est l’un des fleurons de ce genre. Par rapport aux morceaux 100 % rock, on a beaucoup plus le sentiment des séquences qui se répètent, avec joyeuseté en l'occurence.
  • Écouter

    The Bay (2011)

    4:49. Présent dans 3 albums.

    Morceau de Metronomy

    Nous entrons maintenant dans l’électro à proprement parler avec ce morceau de 2011 devenu classique. Les instruments semblent avoir disparu. Bon, ça n’empêche pas Metronomy de le jouer en formation rock lors de ses concerts : l’état d’esprit reste proche de la pop et la destructuration est limitée.
  • Écouter

    Kelly Watch the Stars (edit) (1998)

    3:39. Pop rock. Présent dans 11 albums.

    Morceau de Air

    Qu’on se le dise, la « French Touch » n’est pas un style en soi, mais un ensemble d’artistes d’électro (ou pas, selon votre définition) ayant un certain lien avec la France. Air est l’un des plus fameux. Sur « Kelly Watch the Stars », les synthés sont aériens, la batterie minimaliste, et la voix traitée au vocoder.
  • Écouter

    All Night

    2:46. Présent dans 10 albums.

    Morceau de Parov Stelar

    Génie du paysage musical contemporain, Parov Stelar sait aussi bien utiliser les platines que diriger une formation de cuivres. Il met son talent au service d’un genre hybride, sonnant à la fois très électronique et très jazzy, que l’on appelle « électroswing ». En France, Caravan Palace fait partie de cette mouvance.
  • Strandfeest (original mix)

    4:43. Présent dans 1 album.

    Morceau de Bakermat

    Sur scène, le DJ néerlandais Bakermat ne s’accompagne guère que d’un saxophoniste. Le reste de ses paysages sonores magnifiques est constitué de sons qu’il défriche, mixe et arrange, avec ses lunettes de soleil de hipster. Cette « deep house » exotique demeure relativement accessible et cohérente.
  • Écouter

    Computer Liebe (1984)

    Computer Love

    6:38. Electro/techno. Présent dans 2 albums.

    Morceau de Kraftwerk (The Mix version)

    Toute trace d’instrument autre que des platines a disparu à présent ; le titre donne l’orientation. Vous pensez qu’il date de quand, ce morceau ? De 1981, figurez-vous ! En avance sur son temps, Kraftwerk a compris tout ce qu’on pouvait faire en juxtaposant des voix et des parcelles de mélodies retravaillées.
  • Écouter

    Parade

    6:21. Présent dans 1 album.

    Morceau de Rone

    Du point de vue du spectateur, l’électro consiste à triturer des boutons d’une manière incompréhensible mais qui fait rentrer dans le mood. Rone est l’un des nombreux DJ de la scène actuelle qui pratique cela avec talent : il ne s’agit pas de rejeter la mélodie mais de la mettre en perspective avec divers effets et couches sonores.
  • Écouter

    Silent Shout (2006)

    4:53. Electro/techno. Présent dans 2 albums.

    Morceau de The Knife

    Le défi est lancé : saurez-vous chantonner l’entièreté mélodique de ce morceau qui donne un sentiment d’urgence ? Sans doute aussi difficilement que celle du « Boléro » de Ravel, car le duo suédois The Knife aime bien nous embrouiller, nous caresser dans le bon sens avant de s’exalter de façon totalement imprévisible.
  • Écouter

    Silver

    5:16. Présent dans 2 albums.

    Morceau de Caribou

    Nous nous approchons de la mine, du subconscient, de ce que l’électro peut rendre de plus profond. Un seul homme, Daniel V. Snaith alias Caribou, crée son propre univers à partir de sonorités artificielles et ô combien attachantes. La mécanique est calée mais les fluides s’évaporent de partout.
  • Écouter

    Heliosphan (1993)

    4:53. Electro/techno. Présent dans 2 albums.

    Morceau de Aphex Twin

    Attention, nous arrivons à un point où nous côtoyons des artistes tellement éloignés du rock qu’ils n’en ont jamais écouté de leur vie. Aphex Twin pratique l’Intelligent Dance Music (IDM), terme pompeux rendant partiellement justice à ce style éthéré, aux nappes de brume mouvantes, à la physiologie grâcieuse.
  • Écouter

    Archangel (2007)

    3:58. Présent dans 3 albums.

    Morceau de Burial

    Les émanations les plus abstraites de l’électro peuvent côtoyer la lumière ou les ténèbres ; avec Burial, on est dans un entre-deux, on sent qu’une merveilleuse clarté plane au-dessus du mal-être guttural. Le Londonien se range dans le dubstep, au sens classique, bien avant l’imposture de genre opérée par Skrillex.

  • Écouter

    She Moves She (2003)

    4:42. Présent dans 8 albums.

    Morceau de Four Tet

    Tout en ayant des horizons tels que le folk, le jazz ou le post-rock, Four Test conserve résolument son orientation électronique à tel point qu’il inclut des coupures, dissonances et superpositions douteuses dans ses créations. Nous avons franchi les portes de l’imprévisible, pour tenir l’auditeur en haleine.
  • Brown Paper Bag (2000)

    3:56. Présent dans 3 albums.

    Morceau de Roni Size

    Parmi les nombreux sous-genres de l’électro, le drum and bass compte parmi les plus hermétiques. Les jazzmen pourront se reposer sur quelque ligne de basse bien sentie, mais pour le reste, il faut se faire à cette boîte à rythme omniprésente et aux intrusions bruitistes qui l’accompagnent avec fièvre.
  • Écouter

    Dance of the Pseudo Nymph (2010)

    2:46. Présent dans 1 album.

    Morceau de Flying Lotus

    Steven Ellison donne l’impression de piocher dans les pièces d’un puzzle et de les réassembler n’importe comment. Et pourtant, ça en jette ! Qu’il y ait ou non une logique poursuivie dans cette succession de sons tantôt caquetante, tantôt blasée, tantôt tribale, on n’en finit pas d’être happé par ses répétitions hypnotisantes.
  • Écouter

    known(1) (2010)

    4:42. Présent dans 1 album.

    Morceau de Autechre

    Toutes les notions élémentaires sont foutues en l’air : le rythme, la mélodie, l’harmonie. Autechre incarne ce que l’électro peut avoir de plus destructuré. Et pourtant, si vous prêtez attention aux arrière-plans, vous pourrez imaginer une trame dont vous reconstituerez le sujet – à moins que ça ne soit VOUS le sujet !