Éternelle adolescence : la sélection de novembre 2018 de LaCinetek

“Elle avait cette grâce fugitive de l’allure qui marque la plus délicate des transitions, l’adolescence, les deux crépuscules mêlés.” Victor Hugo, Les Travailleurs de la mer.

L’adolescence est un sentiment de révolte : c’est le temps de l’exultation des corps et de l’écorchement des coeurs. Ainsi, au cinéma, l’ardeur adolescente fait naître des récits d’apprentissage ou de dérive. L’âge des possibles s’ouvre ici avec Jean Vigo et ses collégiens agités pour se clore avec le groupe d’étudiants à la dérive de Nowhere. Tous n’ont qu’une idée en tête: fuir la réalité, transgresser les règles. On y trouve le couple fugueur de Monika, les questionnements amoureux de Pauline à la plage, la folie comme remède à la mélancolie des Petites marguerites, et les rapports houleux à la famille d’A nos amours. L’adolescence est également le récit d’amitiés et de groupes, à l’image de Passe ton bac d’abord et de Les Doigts dans la tête. Tandis que La Reconstitution et De Bruit et de fureur montrent la violence exacerbée, la subversion poussée à l’extrême... Voici donc dix films sur lesquels souffle un vent de jeunesse et de rébellion.

La sélection du mois : http://bit.ly/2OS57At

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant