Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Jeux Vidéo 2019 (avec commentaires)

Avatar CinemadePigalle Liste de

60 jeux vidéo

par CinemadePigalle
Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • 1
  • 2
  • Bande-annonce

    Spyro Reignited Trilogy (2018)

    Sortie : . Action-Aventure et plateforme.

    Jeu vidéo de Toys For Bob et Activision sur PlayStation 4 et Xbox One

    Premier Spyro terminé.
    C'était mignon, coloré et plaisant mais ça reste beaucoup trop sage niveau level design, aucune folie, aucune tentative.
    Après, c'est mieux dosé qu'un Crash, on a plaisir à explorer les niveaux et à tenter le 100%. Les soucis de caméra lié à cette époque des jeux de plateforme 3D sont quasiment absents, c'est étonnant mais rassurant.
  • Bande-annonce

    Marvel's Spider-Man : Le casse (2018)

    Marvel's Spider-Man : The Heist

    Sortie : . Action-Aventure.

    Extension de jeu de Insomniac Games et Sony Interactive Entertainment sur PlayStation 4

    Terminé.
    Du rab de Spider-man. Idéal si comme moi vous souhaitez y retourner pour profiter à nouveau de l'aspect technique et des combats.
    M'enfin, ça reste très léger tout de même et sans aucune nouvelle ambition. Du plus simplement dans lequel on retrouve tous les moins du titre original.
  • Bande-annonce

    Super Smash Bros. Ultimate (2018)

    Dairantō Sumasshu Burazāzu Supesharu

    Sortie : . Combat.

    Jeu vidéo de BANDAI NAMCO Games, Sora Ltd. et Nintendo sur Nintendo Switch

    Joué en multi.
    Smash Bros Ultimate n'aurait été qu'un rassemblement de tous les persos, de toutes les maps, de toutes les musiques de la saga qu'il m'aurait parfaitement satisfait.Mais il ne se contente pas de ça. N'en déplaise aux détracteurs, cet Ultimate est bien un nouvel épisode : nouvelles maps, nouveaux persos et nouveaux modes de jeu dont la Lueur du Monde qui souffle le chaud et le froid mais qui reste un nouveau contenu dantesque et long.
    A côté de tout cela, c'est un jeu bourré d'amour et fait par des passionnées. Il y a un sens du détail formidable, des clins d’œil fantastiques, des remix incroyables,... La découverte et la redécouverte de tous les personnages peut occuper pendant des centaines d'heures, en solo comme en multi et le fait de devoir tous les débloquer est un aspect des jeux de baston que j'adore et qu'on avait perdu l'habitude de voir.
    C'est joyeux, c'est accessible et à la fois exigeant, technique et bordélique, mon enfance, mon adolescence, un livre d'histoire,... C'est Smash Bros Ultimate, et il porte parfaitement son nom.
  • Bande-annonce

    Dead Cells (2018)

    Sortie : . Action, rogue-like et plateforme.

    Jeu vidéo de Motion Twin sur PlayStation 4, Nintendo Switch, Xbox One, PC, Navigateur et Linux

    J'y joue régulièrement.
    Je ne suis pas un grand adepte du Rogue Like et pourtant il y a quelque chose qui fonctionne et accroche très très bien ici. Une succession de bonnes idées, une fluidité des mouvements et des combinaisons qui font que le jeu est non seulement facile à prendre en main immédiatement mais surtout jouissif.
    Dès le second run, on cherche à explorer de fond en comble, à finir les niveaux rapidement, à enchaîner les ennemis sans se faire toucher, pour bénéficier des diverses récompenses que le titre nous offre et ce sur le court et long terme.
    Quand à la mort inhérente au genre, elle est loin d'être aussi punitive qu'on le pense, déjà parce qu'on a plaisir à constater notre propre courbe d'amélioration, ensuite parce que ça peut aller très vite de tout retraverser, enfin parce qu'il existe des routes alternatives à débloquer.
    Je ne suis pas fan de toute la direction artistique et c'est peut être là mon seul vrai reproche parce qu'autrement, c'est un petit bijou !
  • Bande-annonce

    Forza Horizon 4 (2018)

    Sortie : . Course.

    Jeu vidéo de Playground Games et Microsoft Studios sur PC et Xbox One

    Abandonné.
    A l'époque de la 360, j'avais vite abandonné le premier épisode sans trop savoir pourquoi. Après quelques heures sur le 4, c'est bon, j'ai mis le doigt dessus : je m'ennuie dans Horizon.
    Il y a vrai savoir faire dans la technique (le jeu est très joli) et dans la maniabilité, même si je trouve qu'il a un peu le cul entre deux chaises entre simulation et arcade et qu'il devrait choisir. Cependant, il n'y a pas grande inventivité en jeu. Les courses sont très dirigistes, à base de checkpoints très rapprochés, impossible donc de tenter des raccourcis. Et puis que ce soit sur de la dirt ou du béton, elles se ressemblent un peu toutes.
    Le problème c'est que face à ce classicisme le jeu essaye de nous faire croire qu'il est déjanté et foufou avec son festival sans fin et son enrobage qui se veut gentiment décalé.
    A titre de comparaison, The Crew 2 a beau être moins "polish" sur tout un tas d'aspects, il demeure bien plus cool dans ses circuits et dans ses changements de véhicules.
  • Bande-annonce

    Katamari Damacy Reroll (2018)

    Sortie : . Action.

    Jeu vidéo de Monkeycraft, Namco et BANDAI NAMCO Games sur PC et Nintendo Switch

    J'y joue régulièrement.
    Parfaitement japonais. Un concept absurde, un mélange visuel et sonore complètement déjanté qui, quand on se laisse prendre au jeu, fonctionne finalement parfaitement. Il faut, par contre, s'habituer au maniement un peu particulier.
    Le titre devient assez vite redondant si l'on enchaîne les missions mais une de temps en temps donne le sourire pour la journée.
  • Bande-annonce

    A Hat in Time (2017)

    Sortie : . Aventure et plateforme.

    Jeu vidéo de Gears for Breakfast sur Nintendo Switch, PlayStation 4, Xbox One, PC et Mac

    Terminé.
    Ce n'est pas terrible. Du tout. Déjà j'ai un énorme souci visuellement. Techniquement c'est baveux, ultra saturé en terme de couleurs, avec un depth of field horrible (heureusement désactivable). Mais même en dehors de la technique, la direction artistique n'est vraiment pas top. Certains mondes n'ont aucune cohérence entre leur visuel et leur thème : je ne saisi pas pourquoi le premier monde est celui de la mafia ou pourquoi le second centré sur le cinéma tourne autour d'oiseaux... Bref, ça agace un peu et c'est renforcé par des tentatives d'humour qui mettent mal à l'aise tellement c'est random.
    Pour le reste, c'est déjà un peu mieux. Le maniement du personnage est réussi, assez riche et l'idée des chapeaux bien que sous exploitée fonctionne. Quant au level design, ça souffle le chaud et le froid. Le premier monde est horriblement fouillis, mais les autres ça va. Ca n'atteint jamais la réussite d'un Mario 64 ou Sunshine (qui sont clairement les sources d'inspiration principales) mais dans ses meilleurs moments, quand le jeu n'essaye pas de faire autre chose que de la plateforme pure, c'est plaisant. D'autant plus qu'en tant que "collectathon" A Hat in Time est très bien dosé.
    Finalement, ce n'est pas un très mauvais jeu, mais rien ne me pousse à rester non plus pour faire le 100%, j'en ai vu assez.

  • Bande-annonce

    Gorogoa (2017)

    Sortie : . Aventure et puzzle.

    Jeu vidéo de Jason Roberts et Annapurna Interactive sur PlayStation 4, Nintendo Switch, PC, iPhone, iPad et Android

    Terminé.
    C'est très très joli. C'est un jeu qui crée sa propre logique à base de changement de tableau, de zoom et d'assemblage. Personnellement j'ai souvent trouvé la solution d'un puzzle en tâtonnant, en testant les combinaisons mais sans réellement y réfléchir. C'est mon seul reproche.
    Autrement, c'est un petit très joli, agréable à l'ambiance singulière qui a sa propre identité.
  • Bande-annonce

    Marvel's Spider-Man : La guerre des gangs (2018)

    Marvel's Spider-Man : Turf Wars

    Sortie : . Action-Aventure.

    Extension de jeu de Insomniac Games et Sony Interactive Entertainment sur PlayStation 4

    Terminé.
    Du rab encore du rab, toujours du rab. On revient pour les combats, les animations, le travail graphique et surtout les nouveaux costumes (dont un que j'adore dans ce dlc !) et on se laisse parfois distraire par quelques bons passages du scénario qui est plus travaillé que celui du premier dlc mais reste tout de même très loin de celui du jeu original en terme de qualité et d'enjeux.
    Mais bon, on retrouve aussi les mêmes défauts de remplissage, atténués ici puisque la trame ne nous fait combattre que dans la partie nord de la map mais rapidement fatigants tout de même.
  • Bande-annonce

    Dragon Quest XI : Les Combattants de la destinée (2017)

    Dragon Quest XI: Sugisarishi Toki o motomete

    Sortie : . Jeu de rôle.

    Jeu vidéo de SQUARE ENIX, Orca Inc. et Toylogic Inc. sur PlayStation 4, PC et Nintendo Switch

    Abandonné.
    On va commencer par les qualités pour être gentil. Techniquement, je trouve le jeu très joli. J'aime beaucoup la façon dont se marie les personnages en 3D aux environnements. Environnements réussis, chatoyants, très agréables. Artistiquement par contre, eh bien, c'est du Toriyama : les personnages se ressemblent tous, les monstres sont vus et revus, bref rien de notable.
    Et ce "rien de notable", ce devrait être un peu le slogan du jeu. Je n'ai pas une grande expérience sur la saga, j'ai simplement un peu joué au 8 il y a deux ans et je réalise qu'il n'existe aucune différence entre ces deux épisodes. J'ai le sentiment que DQ est coincé dans le passé et qu'il ne modifie en rien sa formule, par manque d'ambition et pour rester fidèle aux fans qui ne veulent rien changer.
    Le résultat, c'est un peu le néant. Mise en scène, écriture, décors, animations tout fait cheap en accord avec ces musiques dégueulasses faites au synthé. Idem pour les combats. Le premier donjon m'a demandé de faire attention et puis plus du tout par la suite, j'ai bourré les attaques auto dans toutes les situations jusqu'à ne plus avoir à regarder l'écran et réussir à lire des romans à côté.
    Je remercie donc DQ11 de m'avoir avancé dans mes lectures mais ça reste un jeu long qui n'a plus rien à m'offrir. Un titre fade.
  • Bande-annonce

    Diablo III: Eternal Collection (2018)

    Sortie : . Action-Aventure.

    Compilation de jeux de Blizzard Entertainment sur Xbox One, PlayStation 4 et Nintendo Switch

    Terminé, en coop.
    Et ben c'était pas top. L'amusement est plus venu des blagues qu'on pouvait faire que réellement du jeu. En solo, j'aurai probablement abandonné, mais j'admet qu'en coop', ça va, c'était sympa quand même.
    On pourra me rétorquer que l'aventure ne commence réellement que lorsque qu'on le termine pour la première fois avec le end game et tout ça mais on a quand même passé une vingtaine d'heures dessus, toujours en activant la difficulté la plus élevé disponible et dans l'aventure de base, c'est du bourrinage, c'est tout. Aucun pic de difficulté, aucun moment de réflexion. Juste des ennemis plus ou moins sacs à pv.
    La campagne de Reaper of Souls est quand même un peu plus exigeante et rehausse le niveau notamment les boss qui sont les meilleurs passages : dynamiques, qui demande au joueur un bon placement, et de bons timing.
  • Bande-annonce

    Onimusha : Warlords (2018)

    Sortie : . Action.

    Jeu vidéo de Neobards Entertainment, Capcom Production Studio 2 et Capcom sur PlayStation 4, Nintendo Switch, Xbox One et PC

    Terminé.
    C'était super. Il y a un réel plaisir nostalgique qui se dégage du titre quand bien même c'est la première fois que je le fais. J'aime beaucoup la construction semi Resident Evil-esque du huit-clos à base de plans fixes. Ça permet de créer un level design intelligent qui demande au joueur d'avoir un peu de mémoire sans pour autant le noyer dans des allers-retours et ça offre un très bon dosage énigmes/combats.
    Par contre, même si je n'ai rien à reprocher aux combats en eux-mêmes (très simpliste mais ça ne me dérange pas) le personnage a parfois tendance à frapper le mauvais ennemi, c'est rare mais cela peut créer des situations difficiles surtout sur la fin.
    Malgré tout, ça reste une expérience et une découverte très agréable, surtout qu'il est intelligemment court. J'ai hâte d'essayer les deux épisodes suivants.
  • Bande-annonce

    Kingdom Hearts III (2019)

    Kingudamu Hātsu Surī

    Sortie : . Action, action-aventure et jeu de rôle.

    Jeu vidéo de SQUARE ENIX et Disney Interactive Studios sur PlayStation 4 et Xbox One

    Terminé.
    Wow, c'était incroyablement mauvais en terme d'écriture. Le pire épisode de la saga ! 20 heures de rien autour des mondes Disney puis 5 heures de fan-service incessant, incohérent et qui termine d'anéantir les bons passages du 2-Chain of-358/2 days. A aucun moment, ce n'est satisfaisant, ni dans le retour de certains personnages ni dans les reproductions de scènes Disney mal rythmées. C'est la douche froide qui confirme que la saga n'aurait jamais rien du avoir après Birth by Sleep.
    Pourtant KH3 se traverse sans déplaisir, grâce à un système de combat toujours simpliste mais qui offre quelques possibilités qui rythment l'action. Le titre est d'une simplicité déconcertante, mais ça m'aurait frustré de devoir farmer comme dans le premier.
    Et puis, le jeu est une claque techniquement ! Entre les modèles de personnages et les environnements, je n'ai rien à dire. Tout est fin, bien animé, respectueux même des animations des Disney d'origine et sur PS4 normale, je ne voyais aucun antialiasing. C'est impressionnant, on atteint vraiment un stade où l'on peut jouer à un dessin animé.
    Quel joie aussi, de retrouver Yoko Shimomura à la musique ! On retrouve beaucoup de thème déjà entendus mais réorchestrés avec talent. S'il y a bien un aspect où la nostalgie peut faire mouche c'est sur celui-ci.
    Bref, tout ceci demeure tout de même un sacré bordel que j'ai envie de qualifier de "raté". On atteint dans cet épisode le paroxysme de la saga dont la promesse est de base inintéressante. Les mondes Disney n'ont pas beaucoup de personnalité et sont toujours complètement déconnecté de l'intrigue principale, intrigue qui ne prend même pas la peine de raconter quoi que ce soit entre ces mondes. Non, tout est pour la fin, et "tout" est bien léger. C'est un jeu qui ne raconte rien.
    Le 2 avait les mêmes défauts de rythme (en plus atténué quand même) mais il avait le mérite d'améliorer tous les aspects du premier. Le 3, en dehors de la technique, non.
    La question récurrente est "faut-il avoir fait les autres pour jouer à cet épisode ?", à cela je réponds : il faut avoir joué aux autres pour ne surtout pas faire celui-ci.
  • Bande-annonce

    Resident Evil 2 (2019)

    Biohazard RE:2

    Sortie : . Action-Aventure et survie.

    Jeu vidéo de CAPCOM sur PlayStation 4, Xbox One et PC

    Une campagne terminée.
    C'était vraiment super bien. Un dosage impeccable entre exploration/énigmes/action/peur. Il ne se moque pas du joueur, il est malin et le level design force le respect. On se retrouve face à des allers-retours qui poussent le joueur à réfléchir, à apprendre la map et à gérer correctement son inventaire. Très très jouissif.
    C'est aussi magnifique visuellement. Le RE Engine fait des merveilles, en particulier au niveau des éclairages qui nous immergent dans une ambiance assez terrifiante les premières heures.
    J'apprécie aussi l'énorme travail fait sur le ragdoll, l'aspect gore et les démembrements d'ennemis qui sont vraiment dégueulasses...
    Je n'ai pas fait l'original, mais j'ai l'impression qu'il est très respectueux. Après des Yakuza Kiwami un peu ratés et un Shadow of the Colossus qui m'avait fait rejoindre le clan des "les portages HD ça suffit, pas besoin de remake", ce RE2 me rassure.
  • Bande-annonce

    Killer7 (2005)

    Sortie : . Action.

    Jeu vidéo de Grasshopper Manufacture, Goichi Suda et CAPCOM sur GameCube et PlayStation 2

    Terminé.
    C'est bizarre. A tous points de vue. Et la première heure est une épreuve de résistance à toutes ces étrangetés. Aucune contextualisation, un jeu sur rails, des controles curieux, pas vraiment de tuto, une ambiance sonore déroutante,... Bref, si je trouve ça toujours bizarre aujourd'hui, j'imagine que ça devait être de la pure folie à l'époque de sa sortie.
    Pourtant, passé ce début un peu rude, le jeu se traverse sans déplaisir. La force du titre réside dans son originalité, le fait qu'il n'explique pas tout mais qu'il soit hypnotisant malgré cela. L'ambiance est marquante, les personnages également et je trouve ça assez balèze de ressentir une telle personnalité dans chacun des Killer 7 sans qu'ils n'aient jamais à ouvrir la bouche.
    Je pense que c'est un titre à analyser et je ne suis pas forcément capable la tout de suite d'affirmer que j'ai tout compris. Les messages "politiques" du jeu me sont un peu passés au dessus pour certains, la faute à mon petit parcours vidéoludique qui m'a fait traverser des expériences plus fortes sur ce point (je pense aux MGS mais il y en a d'autres).
    Ça ne deviendra pas mon jeu préféré du créateur, mais je comprend parfaitement son statut culte et son importance à l'époque.
  • No More Heroes (2007)

    ノーモア★ヒーローズ

    Sortie : . Action.

    Jeu vidéo de Goichi Suda, Grasshopper Manufacture et Rising Star Games Limited sur Wii

    Terminé.
    Ok, j'ai bien kiffé. Plus que je ne le pensais. Je trouve que le ton adopte un juste milieu assez parfait entre la noirceur d'un Killer 7 et le gras des productions plus récentes de Grasshoper. Ce qui donne des séquences toujours très drôles mélangés à certaines séquences un peu dérangeantes.
    Quant au gameplay, ben c'est cool. Le motion control est parfaitement utilisé pour les finish moves ce qui n'est jamais trop contraignant et le titre est bourrin et satisfaisant tout en nous faisant affronter quelques boss qui demandent un peu plus de patience.
    Enfin, si les allers-retours en ville sont effectivement trop nombreux, ce n'est pas pour autant l'énorme farm qu'on m'avait vendu et ces phases servent à souffler entre deux séquences d'action. Ca ne m'a pas déplu non plus de tester les différents mini-jeux de jobs, basiques mais qui la encore permettent de voir le Travis loser et paumé dans le monde presque réel (je ne suis pas sur que récupérer des scorpions sur une plage soit un vrai métier).
    Bref, ça m'a pris beaucoup de temps de me motiver à relancer la Wii (enfin la Wii U) pour ce titre mais finalement, ça valait carrément le coup !
  • Bande-annonce

    Hitman 2 (2018)

    Sortie : . Infiltration et action.

    Jeu vidéo de Io Interactive et Warner Bros. Games sur PC, PlayStation 4 et Xbox One

    Terminé.
    Hitman 2 a le bon goût de reprendre le cœur du précédent épisode et de proposer de nouvelles missions encore plus riches. Chaque map regorge de détails, d'histoires, d'opportunités, c'est toujours extrêmement impressionnant. Le simple fait de traverser les environnements sans même commencer à essayer d'approcher ses cibles peut prendre une heure. Et avec une plus grande verticalité ainsi que des cartes plus grandes, cet épisode pousse la formule a son maximum avec un titre radicalement exigeant qui demande une vrai patience mais plus que jamais satisfaisant lorsque l'on écoute et planifie élégamment son assassinat.
    De base, j'aurai mis un bon 8, mais avec le PS+ de février qui offrait le premier et donc la possibilité de l'importer dans le 2, cela donne en un seul, une expérience Hitman ultime qui mérite un bon soutien des joueurs ainsi qu'un point en plus.
  • No More Heroes 2 : Desperate Struggle (2010)

    Sortie : . Beat'em all et action.

    Jeu vidéo de Goichi Suda, Grasshopper Manufacture et Rising Star Games Limited sur Wii

    Terminé.
    L'exemple assez parfait de la suite qui refait le premier mais en tout points moins bon.
    Allez, non, pas en tout points. Les combats s'en sortent mieux que dans le premier. Pas tant dans le fond mais surtout en terme de feeling. Il est aussi possible que j'ai plus apprécié cet aspect car je l'ai fait à la manette ce qui n'était pas possible sur le premier. Malheureusement, ce meilleur ressenti donne lieu à des passages avec beaucoup trop d'ennemis, des passages simplement trop longs.
    Quant au reste c'est la même formule : 15 boss au lieu de 10. Boss beaucoup moins charismatiques que dans le précédent. La faute a une écriture bien plus mauvaise. Les blagues sont beaucoup plus graveleuses mais sans raisons et le titre perd un peu de la noirceur qu'on pouvait avoir au profit d'une surenchère d'overtop qui ne fait pas toujours mouche. Travis lui même est valorisé, qualifié de héros, là où précédemment il était surtout pathétique.
    Si je ne demandais pas forcément une suite qui fasse exactement la même chose en terme d'écriture, mon constat est simplement que la sauce n'a pas pris dans celui-ci. Malgré tout, tout n'est pas à jeter. Les mini-jeux annexes sont plus travaillés et certains éléments m'ont vraiment fait rire (le régime de Jeane).
  • Bande-annonce

    Resident Evil 6 (2012)

    バイオハザード6

    Sortie : . Action et aventure.

    Jeu vidéo de CAPCOM sur PlayStation 3, Xbox 360, PC, PlayStation 4 et Xbox One

    Terminé (troisième run, je crois).
    Toujours un épisode grandguignolesque que je trouve parfaitement attachant. J'ai eu énormément de plaisir à le refaire en coop' entièrement.
    Si le jeu est loin d'être exempt de défauts et combine même le pire de la génération PS360 (poussage de stick, scripts incessants, qte everywhere), il reste quand même une expérience coop' souvent très drôle (et réellement coopérative) et un bon jeu.
    Oui "un bon jeu". Généreux tant en terme de contenu que de possibilités. J'ai été étonnamment surpris de retrouver un gameplay assez solide qui alterne de façon ultra jouissive des gunfights et du corps à corps. Le jeu est d'ailleurs beaucoup moins bête que dans mes souvenirs, notamment en ce qui concerne les campagnes de Leon et Chris. Celle de Jake est malheureusement beaucoup plus branlante avec une variété de séquences assez maladroites qui ont le mérite de me faire rire mais qui ne sont pas très intéressante à jouer. C'est heureusement la plus courte.
    Je me suis aussi essayé au mode mercenaire. Jouissif lui aussi puisqu'il nous fait mettre en pratique tout ce que l'on a appris dans la campagne mais dans des arènes moins "couloirs". C'est exigeant, nerveux et franchement satisfaisant.
    Enfin comment ne pas mentionner ce scénario nanardesque à mourir de rire. Adorable justement parce qu'il s'y croit à 200%.
  • Bande-annonce

    Travis Strikes Again : No More Heroes (2019)

    Sortie : . Action et beat'em up.

    Jeu vidéo de Grasshopper Manufacture et Goichi Suda sur Nintendo Switch

    Terminé.
    Très difficile de juger de façon constructive un tel jeu. J'ai commencé avant de faire les trois Suda ci-dessus (Killer 7, No more heroes 1 & 2) et j'ai vite réalisé qu'il me manquait quelque chose.
    Parce que Travis Strikes Again est un titre beaucoup moins "barré" qu'on ne voudrait le penser et bien plus un propos de et sur Suda51 : une déclaration d'amour aux jeux indépendants récents, une relecture d'un de ses propres jeux qui l'a frustré, une plongée dans des titres rétro qui ont du le faire aimer le jeu vidéo... Bref, un jeu qui a beaucoup d’interprétations et donc un jeu intéressant.
    Malheureusement, pas très intéressant à jouer. Que l'aventure soit bourrine et manque de profondeur, ça pourrait m'aller (comme No more Heroes finalement) mais le tout a un énorme manque de feeling qui rend les affrontements vraiment peu excitants... Couplé au bestiaire qui ne se renouvelle pas vraiment et on se retrouve devant un épisode qui fatigue régulièrement.
    C'est dommage aussi de constater que de jeux en jeux, Grasshopper dispose de moins en moins de moyens. On sent que c'est un titre un peu fauché d'où les défauts évoqués ci-dessus. Il est frustrant de ne pas avoir de cinématiques où même de doublages lorsqu'on a un personnage comme Travis en vedette.
    Bref, pas top mais bien. Très curieux de voir la prochaine création de Grasshopper ceci-dit.
  • Bande-annonce

    Tetris Effect (2018)

    Sortie : octobre 2018. Puzzle et réalité virtuelle.

    Jeu vidéo de Alekseï Pajitnov, Tetsuya Mizuguchi, Resonair sur PlayStation 4

    Terminé.
    Une façon formidable de renouveler un concept vieux de 30 ans mais toujours aussi efficace. L'originalité ? L'ambiance sonore et visuelle qui améliorent l'expérience, la rendent singulière et tour à tour zen et difficile.
    C'est très réussi et j'ai beaucoup de plaisir à me lancer une partie de temps en temps. A chaque fois c'est savoureux et ça réussi à m'immerger dans une atmosphère originale.
  • Bande-annonce

    Tetris 99 (2019)

    Sortie : . Puzzle.

    Jeu vidéo de Arika et Nintendo sur Nintendo Switch

    Joué en multi.
    C'est très rigolo au début, toujours addictif, ça semble devenir technique pour enfin devenir un peu aléatoire.
    En tout cas, c'est ainsi que je résume mon expérience. Non pas que je soit très fort au Tetris mais ma façon de jouer ne change pas et d'une partie à l'autre je peux me faire éliminer très vite ou finir dans le top 10 sans vraiment comprendre comment. Les paramètres prédéfinis permettent de mieux comprendre ce qu'il se passe mais j'ai vraiment l'impression que le facteur chance joue un grand rôle dans l'équation.
    Toujours est-il que lancer quelques parties de temps en temps avant d'aller dormir ou avant d'aller au boulot assure un aspect très sympathique au jeu (et la Switch est la console idéale pour ce titre).
    Ah et sinon l'interface est immonde.
  • Bande-annonce

    Spider-Man : Dimensions (2010)

    Spider-Man : Shattered Dimensions

    Sortie : . Plates-formes et action.

    Jeu vidéo de Beenox Studio et Activision sur Nintendo DS, PC, Xbox 360, PlayStation 3 et Wii

    Abandonné.
    Vite lancé, vite abandonné. Non pas que ce soit une honte. C'est surtout un jeu avec un tout petit budget qui a le mérite d'en avoir conscience. On a donc droit a un jeu d'action linéaire qui essaye un maximum de varier ses phases mais qui n'est jamais passionnant. J'enfonce des portes ouvertes mais quand on a eu la série des Arkham (dont le premier était déjà sorti avant) et le Spider-man de 2018, il n'y a plus grand chose qui tient la route dans celui-ci. Combats, infiltration, feeling : il n'y a pas grand intérêt à relancer ce jeu si ce n'est pour son postulat intéressant.
  • Bande-annonce

    Titanfall 2 (2016)

    Sortie : . Action et FPS.

    Jeu vidéo de Respawn Entertainment et Electronic Arts sur PC, PlayStation 4 et Xbox One

    Terminé.
    Face au succès d'Apex, j'ai voulu tester le précédent jeu des développeurs qui a eu pas mal d'éloges concernant sa campagne solo. Et le moins que je puisse dire, c'est qu'en effet, elle est réussie.
    Je regrette quand même de devoir commencer par un souci pour moi : sur la forme le jeu est un fps guerrier très random dans son design (malgré quelques petites fulgurances) et surtout dans ses dialogues et son écriture générale. Concernant cette dernière, je n'ai d'ailleurs aucune idée de ce que raconte le jeu tant ça a l'air inintéressant.
    Heureusement sa force réside dans un premier temps dans la palette de mouvements du personnage. Courir sur les murs, les longues glissades, et l'agilité globale sont vraiment des capacités qui rendent les affrontements plaisants. Mais là où le jeu est vraiment cool c'est qu'il exploite ces capacités dans son level design jusqu'à complètement devenir un jeu de plateforme. Et ça c'est fantastique, parce que le gameplay est jouissif, que le level design est maitrisé et qu'il y presque une nouvelle idée ou mécanique originale par niveau.
    Bref, une bonne surprise et effectivement une très bonne campagne solo. A tester surtout que le jeu est disponible à petit prix aujourd'hui.
  • Bande-annonce

    Shantae : Half-Genie Hero (2016)

    Sortie : . Plateforme et action-aventure.

    Jeu vidéo de WayForward et Inti Creates sur Nintendo Switch, Wii U, PlayStation 4, Xbox One, PC et PS Vita

    Arrêté.
    J'ai pas mal de soucis avec le design général qui ne me parle pas du tout, même si la semi-3D permet de jouer un peu avec la profondeur contre certains boss ou dans certains niveaux.
    Mais passé cette frustration première, le jeu se révèle être une aventure plateforme qui a failli être très bonne. Les niveaux sont inventifs, les mécaniques intelligentes, le maniement assez précis, les boss sont bons, etc. Ça ne réinvente pas la roue mais c'est un titre qui incorpore finement tout ce qui s'est fait dans le genre depuis un bon moment.
    Alors pourquoi "failli" ? Parce que le jeu a la mauvaise idée de nous faire retraverser des niveaux déjà terminés à la recherche de personnages ou d'items. C'est énervant parce que ça ne rajoute rien au défi, c'est juste de la perte de temps pour rallonger une durée de vie qui a l'air courte pour un simple premier run.
  • Bande-annonce

    Final Fantasy IX (2000)

    Fainaru Fantajī Nain

    Sortie : . Jeu de rôle et aventure.

    Jeu vidéo de SquareSoft et Hiroyuki Itō sur PlayStation, PlayStation 3, PlayStation 4, PC, Nintendo Switch, Xbox One, PSP, PS Vita, iPhone, iPad et Android

    Arrêté.
    D'après ce que j'ai été lire, j'ai atteint la moitié du second CD. Je ne suis surement pas dans le mood pour y jouer et je ne voudrais surtout pas casser le jeu pour cela. Après tout, j'aime beaucoup l'intro, l'ambiance visuelle, l'atmosphère et surtout les musiques mais... Eh bien, ça ne prend pas. La naïveté volontaire des personnages ne me touche pas, leurs relations non plus et je n'arrive pas m'investir pleinement dans la trame principale. Je pense que c'est aussi dû à une traduction française franchement pas top. Quand la moitié des vannes entre deux héros est censé tenir sur le fait que l'un parle de façon familière et l'autre de façon soutenu alors qu'en français ils s'expriment de la même façon, ça n'aide pas.
    On verra si je le relancerai dans l'année, ou plus tard.
  • Bande-annonce

    Kingdom Come : Deliverance (2018)

    Sortie : . Jeu de rôle et FPS.

    Jeu vidéo de Warhorse Studios et Deep Silver sur PC, Linux, Mac, Xbox One et PlayStation 4

    Arrêté.
    Après un an de patch j'imagine, Kingdom Come est jouable sans souci de mon côté. Pas de bug bloquant, une optimisation correcte.
    Et je suis heureux d'avoir pu essayer ce titre qui me rendait bien curieux pour son aspect "réaliste" assumé. Au final, c'est un jeu qui combine beaucoup de maladresse avec de très bonnes idées.
    Ses mécaniques dites "réalistes" alternent entre bon sens du détail (le fait de devoir sortir sa torche en ville la nuit/la qualité de notre rang qui influe sur nos conversations/le fait de ne pas savoir lire) et les fausses bonnes idées : la faim, et surtout le fait de devoir se laver toutes les 5 minutes relève plus de la contrainte que de la mécanique intelligente.
    Pourtant, il se dégage quelque chose de Kingdom Come. Une vraie ambition, une vraie sincérité. Ça se sent dans les cinématiques, dans les dialogues et dans le maniement et malgré ses défauts, c'est un titre très immersif. Quand une cinématique du début nous montre en détail la façon de forger une épée, on s'y croit. De même quand on réalise qu'au début on ne sait littéralement pas se battre, il faudra passer par plusieurs tuto pour commencer à s'en sortir.
    De même les cinématiques bénéficient d'énormément de soin et l'écriture globale est étonnamment très bonne. Au bout d'une quinzaine d'heures de jeu, c'est bien pour voir la suite de l'histoire que je continuais à jouer.
    Bref, un jeu très intéressant qui mérite de l'attention.

  • Bande-annonce

    Dragon Age : Origins (2009)

    Sortie : . Jeu de rôle.

    Jeu vidéo de BioWare Corp et Electronic Arts sur PC, Xbox 360 et PlayStation 3

    Relancé.
    Je déteste toujours autant les combats. Le semi-dynamique ce n'est vraiment pas fait pour moi. Mais je l'ai relancé plus pour l'écriture et je n'ai pas été déçu. L'univers de Dragon Age est vraiment riche et prenant avec ses différentes factions, son absence de manichéisme et son ton assez sombre. C'est aussi encore un jeu Bioware qui ne doublait pas le perso principal ce qui donne lieu à des choix de réponses plus grands et surtout beaucoup plus drôles, en dépit d'une immersion moins grande.
    Agréablement surpris aussi par la mise en scène. Elle n'a rien de grandiose mais elle n’hésite pas à faire des dialogues en mouvement ou des cutscenes épique régulièrement, nous évitant de tomber dans la redondance du sempiternelle champ contre champ.
  • Resident Evil 2: The Ghost Survivors (2019)

    Sortie : . Action-Aventure et survie.

    Extension de jeu de CAPCOM sur PlayStation 4, Xbox One et PC

    Terminé.
    Pas vraiment un avis sur ce mode en plus (même si c'est du contenu bonus gratuit de qualité).
    Je voulais juste revenir sur mon run B qui a réussi l'exploit de me stresser encore plus en me mettant dans des situations plus difficiles et intenses. Ça m'a permis d'aborder l'aventure différemment, avec plus de confiance, plus d'esquives et c'était super intéressant.
    S'il y a beaucoup d'énigmes en commun, le fait d'avoir un cheminement autre et une nouvelle histoire permet de savourer pleinement un second run.
    Il va falloir faire vraiment fort pour détrôner ce Resident Evil 2 en 2019.
  • Bande-annonce

    Devil May Cry 5 (2019)

    Sortie : . Action-Aventure et beat'em up.

    Jeu vidéo de CAPCOM sur PlayStation 4, Xbox One et PC

    Terminé.
    Très très bon cru mais abordons quand même mes toutes petites réserves. Sur PS4 il y a beaucoup de temps de chargement entre les missions et ils ont tendances à casser le rythme en particulier quand on souhaite accéder au menu des modifications. En terme de scénario l'aventure tient sur un mouchoir de poche, ce qui ne me dérange pas, tant la narration et les cinématiques sont over the top, mais je dois bien avouer que sur le dernier tiers de l'histoire, on sent qu'il n'y a plus grand chose à dire et le tout se termine sans grand enjeu dans des environnements qui se répètent.
    Malgré tout, c'est la volonté de DMC 5 que d'être un épisode décomplexé, fun, jouissif et figurez-vous qu'il s'en sort magistralement bien.
    Je suis très heureux de voir le RE Engine aussi bien utilisé sur un beat'em all rendant le jeu beau et fluide.
    Quant au gameplay, c'est surement l'un des meilleurs BTA auquel j'ai pu jouer. C'est assez simple à résumer : chaque personnage est si satisfaisant à utiliser et si riche niveau combos que l'on pourrait avoir un jeu entier qui lui est dédié (et c'est le cas, de DMC 1 à 4). Mieux encore, ils s'utilisent très différemment et disposent chacun d'avantages et d'inconvénients. A la fin du jeu, je n'avais toujours pas de personnage préféré, j'ai aimé incarner les trois. Par exemple : j'adore utiliser Nero mais son esquive est un peu rigide ; pas de souci, Dante peut dasher en mode Trickster, mais ça reste un personnage que j'ai du mal à incarner à distance ; aucun problème, V peut rester à l'écart des combats et envoyer ses familiers attaquer au loin. C'est tout bête, mais en alternant régulièrement ses personnages le jeu impose un rythme parfait qui ne laisse s'installer aucune lassitude.
    Mon champion du genre reste Bayonetta, mais ce fier retour de Devil May Cry s'assure une belle place dans mon classement. En un seul run, j'ai l'impression de n'avoir fait qu'effleurer les possibilités, si bien que je vais le recommencer immédiatement.

    Edit : Un second run était bien nécessaire pour découvrir encore plus de facettes du gameplay. Vraiment génial !
  • 1
  • 2