Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Journal de Bord 2017

Avatar Housecoat Liste de

468 films

par Housecoat

Journal de House-Coq Man (Housecoat Poulet sur Allociné, The Housecoat Man d'origine). Samedi 31 Janvier 2016 à 23h29. Création de cette liste afin de consigner les films vus chaque jour de l'année 2017.

Objectif à battre: 243 films environs.

PS: Mes meilleurs avis apparaissent à partir de la page 2. La première c'était l'échauffement.

Pour le Journal de Bord des séries 2017, c'est par ici: https://www.senscritique.com/liste/Journal_de_Bord_2017_Series/1683939

Journal de Bord 2016: http://www.senscritique.com/liste/Journal_de_Bord_2016/1143424

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • Bande-annonce

    Peter Pan (2003)

    1 h 53 min. Sortie : . Aventure et fantastique.

    Film de P.J. Hogan avec Rachel Hurd-Wood, Lynn Redgrave, Richard Briers

    Vu sur Arte le Dimanche 1er Janvier à 20h55

    Je n'ai pas lu l'oeuvre de J.M Barry, la seule référence que j'ai de Peter Pan est le Classique Disney. Mais alors pourquoi j'avais sans arrêt l'impression que le film hésitait à se forcer à ne pas ressembler à une autre oeuvre pour au final complètement se vautrer ?
    Sérieusement, je ne m'attendais pas à passer un mauvais moment mais malgré quelques bonnes idées, le film semble constamment choisir la mauvaise direction. Visuellement c'est laid, la production design est exagérément explosive, les effets spéciaux sont moches. Wendy est idiote et ses frères sont énervants, le seul regain de qualité revient à Crochet toujours aussi génial (mais dont le choix de le faire jouer aussi le père est piqué sur l'idée de Disney et qui n'amène finalement à rien) qui ne parvient pas à sauver les meubles durant des scènes trop niaises et une fin qui a l'idée absolument idiote de confirmer l'existence réelle du Pays Imaginaire.

    Déception.
  • Pirates (1986)

    2 h 01 min. Sortie : . Aventure et comédie.

    Film de Roman Polanski avec Walter Matthau, Cris Campion, Damien Thomas

    Vu sur Arte juste après Peter Pan le Dimanche 1er Janvier.

    Avant Jack Sparrow et sa bande de joyeux drilles, les films de pirates c'était pas trop la joie au box-office, le dernier film de Roman Polanski en est l'un des représentants et sera son dernier film Hollywoodien avant qu'il ne s'exile en Europe. Ce sera aussi son seul blokbuster si le terme est approprié.
    Et malgré des défauts très notables comme certains personnages manquant de profondeur, des acteurs trop statiques ainsi que la moitié du film qui manque de souffle, le plaisir d'un film décomplexé se ressent tant le film arrive à rendre n'importe quelle situation comique (même les scènes les plus glauques) et ses personnages mémorables.

    Pas mauvais.
  • Bande-annonce

    La Flèche brisée (1950)

    Broken Arrow

    1 h 33 min. Sortie : . Drame, romance et western.

    Film de Delmer Daves avec James Stewart, Jeff Chandler, Debra Paget

    Revu le 2 Janvier à 14h05 sur France 3

    Ah qu'elle est loin la période où je l'avais vu pour l'école.
    Un excellent western qui prenait ni parti pour les visages pâles, ni pour les Indiens. La prestation de James Stewart retiens l'attention et le message profondément humaniste est plus que louable.
  • Bande-annonce

    Au-delà (2010)

    Hereafter

    2 h 09 min. Sortie : . Drame et fantastique.

    Film de Clint Eastwood avec Matt Damon, Cécile de France, Thierry Neuvic

    Vu le Lundi 2 Janvier sur France 3 à 20h55

    Clint Eastwood est un réalisateur dont la qualité varie du passable au chef-d'oeuvre, Au-delà est un de ceux-là.
    A travers trois histoires, Eastwood nous pose un drame où trois personnages éloignés se questionnent sur l'au-delà. Le premier défaut du film est malheureusement son aspect choral non assumé, son second est l'idée plus que douteuse de confirmer que l'au-delà vu par les personnages est exactement le même et donne donc une pertinence dans le film que je trouve malsaine alors qu'il aurait été tellement plus intéressant de s'intéresser sur les différents points de vue religieux que l'on a de l'après-vie sans toutefois confirmer que cela existe. On regrettera aussi la sous-intrigue du jeune garçon Anglais sous-exploitée.
    Bon au moins il y a la France, notre belle France ^^
  • Bande-annonce

    Rocky (1976)

    1 h 59 min. Sortie : . Drame et sport.

    Film de John G. Avildsen avec Sylvester Stallone, Carl Weathers, Talia Shire

    Séances de cinéma (1 salle)
    Vu juste après Au-delà, le Lundi 2 Janvier à 23h00 sur C8.

    Rocky est sans conteste aujourd'hui le meilleur film sportif de l'histoire du cinéma, ce qui est bien révélateur d'un excellent drame social quand on se rend qu'il n'y a qu'une seule scène de boxe de tout le film.
    Ecrit par Stallone lui-même avec un style autobiographique, John G.Avildsen nous sort une mise-en-scène qui tire partie de chacun des problèmes sociaux des grandes villes à travers le personnage peu bavard mais très attachant de Rocky Balboa qui doit apprendre à saisir sa chance pour enfin avancer dans sa vie sentimentale et sportive. Là-dessus le film offrira des scènes qui mériteraient d'êtres aussi cultes que la scène des escaliers.
    Succès mérité.
  • Bande-annonce

    American Pastoral (2016)

    1 h 48 min. Sortie : . Drame et policier.

    Film de Ewan McGregor avec Ewan McGregor, Jennifer Connelly, Dakota Fanning

    Vu au cinéma le Mardi 3 Janvier à la séance de 16h15. Ma première sortie cinéma de l'année.

    Avis Allociné:
    "Aujourd'hui je voulais aller voir Le Fondateur...mais pas de bol. Arrivé trop tard, j'ai eu trop d'imprévus. Résultat ? Le film que je souhaitait voir depuis son annonce il y a un an et demi est retiré des salles demain...

    https://youtu.be/b6xoL76TbnQ

    *Reprend son calme*

    Bon...du coup je suis allé voir un autre film, un film de 2016: American Pastoral. De et avec Ewan McGregor (pas une seule fois dans le film on ne voit son nom crédité en tant que réalisateur pour son premier film, le bougre fait preuve d'une humilité qui force le respect).

    Et bien quelle bonne surprise. Niveau mise-en-scène ce n'est pas extraordinaire mais l'acteur se défend très bien pour son premier film, les acteurs sont d'ailleurs irréprochables.
    Et pour une histoire de père qui se démène à croire que sa fille n'est pas devenue une terroriste anti-Vietnam pour garder sa famille intacte, le propos m'a comblé. Faut dire, j'ai toujours eu une profonde antipathie pour tous ces jeunes pseudo-révolutionnaires capricieux en colère contre le monde entier qui s'imaginent valoir mieux que l'état et les soldats juste parce qu'ils brandissent la carte "pacifiste" alors qu'ils font sauter des bombes et tuent eux-même des innocents (le sujet se rapproche beaucoup de notre contexte actuel d'ailleurs), et là-dessus, la jeune Merry jouée par Dakota Fanning est rendue détestable avec énormément de talent, et Ewan McGregor bien qu'un peu lisse au début dévoile tout au long du récit tout son talent.
    Pendant tout le film, on voit sa vie et son "rêve Américain" se faire joliment bousiller petit à petit à cause de l'attentat causé par sa fille qu'il ne veut pourtant pas lâcher par amour. J'espère que vous aimez les descentes aux enfers ;)

    8/10

    Allez, demain arrivent les premiers films de l'année. La première fournée, le premier lot d'émotions. Vous êtes prêt ? :)"
  • Tout ça… pour ça ! (1993)

    2 h. Sortie : . Comédie.

    Film de Claude Lelouch avec Alessandra Martines, Vincent Lindon, Gérard Darmon

    Vu sur Arte le Mercredi 4 Janvier à 20h55

    Si Tout ça pour ça! s'était concentré sur une seule histoire, il aurait pu être bien plus intéressant mais préférera être un faux film choral avec deux intrigues qui s'exploiteront mal l'une à l'autre.
    Si l'intrigue de la manipulation de couple s'avérera assez souriante (bien que trop longue), celle des arnaqueurs s'avérera plus efficace mais finalement peu utile dans le propos du film en général sur la vie de couple. La mise-en-scène de Claude Lelouch (qui pétera complètement les plombs dans les dix dernières minutes) tient cependant la route malgré quelques fautes assez bizarres.
    Bref...tout ça pour ça quoi.
  • Bande-annonce

    Les Dents de la mer (1975)

    Jaws

    2 h 04 min. Sortie : . Épouvante-Horreur, thriller et action.

    Film de Steven Spielberg avec Roy Scheider, Robert Shaw, Richard Dreyfuss

    Séances de cinéma (1 salle)
    Revu sur Chérie 25 le Jeudi 5 Janvier à 20h55. Et sans avoir raté le début cette fois.

    On ne citera jamais assez la mythique musique de John Williams à l'approche de Bruce le requin. On ne citera jamais assez la tension apportée à chacune de ses apparitions. On ne cite cependant pas assez la mise-en-scène de Spielberg lui-même qui attrait au génie pur et simple. Chaque mouvements de caméras attirent le coup d’œil et rendent chacune des scènes dynamiques.
    Mais au-delà d'être un grand film à suspense, Les Dents de la mer peut aussi se vanter d'avoir un propos très juste sur la société, notamment en la personne du chef Brody qui fait preuve au fur et à mesure d'évolution dans son caractère et de la municipalité qui cherche à couvrir les dégâts par intérêt. On ne cessera jamais de parler des Dents de la mer qui doit encore aujourd'hui être un des meilleurs blockbusters de l'histoire du cinéma.
  • Bande-annonce

    Blade Runner (1982)

    1 h 57 min. Sortie : . Science-fiction et film noir.

    Film de Ridley Scott avec Harrison Ford, Rutger Hauer, Sean Young

    Séances de cinéma (1 salle)
    Vu en Blu-Ray à 17h30 le Vendredi 6 Janvier.
    (Revu 1 fois)

    "Blade Runner de Ridley Scott

    Qu'est-ce que je viens de regarder ? Ce fut...et bien...étrange mais riche. Mais j'aurais préféré qu'il y ait plus de dialogues et plus de théories sur le sens de l'humanité (c'est mon trip ces trucs sur l'humanité et notre existence), car j'ai trouvé les moments de silence, pas ennuyeux attention, mais qui aurait pu être raccourcis ou encore mieux exploités. M'enfin, si c'est votre délire à vous.

    Curieux de voir ce que Villeneuve fera avec la suite.

    9/10"
  • Bande-annonce

    Deadpool (2016)

    1 h 48 min. Sortie : . Action, aventure et comédie.

    Film de Tim Miller avec Ryan Reynolds, Morena Baccarin, Ed Skrein

    Vu sur Canal + le Vendredi 6 Janvier à 21h. J'avais Canal= depuis hier, je ne dois rien gâcher pendant 3 jours.

    L'année 2016 a vraiment été une année de pétards mouillés en terme de super-héros.

    En fait c'est simple, les meilleurs parties du film, c'est quand Reynolds autorise les prods à l'autoriser à porter le costume de Deadpool. J'avoue m'être marré plus d'une fois dans ces moments-là. ^^
    En espérant quand même que la suite ira plus loin et contiendra moins de tares blockbusteresques et plus de Deadpool.

    "Deadpool

    Je ne m'attendais pas du tout à le voir, mais j'ai appris que j'avais Canal + gratos pendant quelques jours (et ce ne sont pas eux qui diffusent les Golden Globes, argh !).

    Du coup, que vaut cet énième film de super-héros ? Et bah...bof.
    En fait c'est simple, les meilleurs moments du film c'est quand le script autorise Reynolds à porter le costume de Deadpool, et ça n'occupe même pas la moitié du film. L'autre moitié consiste à voir Ryan Reynolds jouer avec une bonne performance certes un personnage totalement unidimensionnel qui devient rapidement lourdingue surtout avec sa love-story et toute la partie où il ne porte pas son costume qui accumule toute les tares blockbusteresques avec de la psychologie de comptoir et des moments tire-larmes ridicules tant ça contraste avec le côté irrévérencieux du personnage et qui montre surtout que le film n'assume qu'à moitié son postulat de départ. Sans compter une musique de Junkie XL qui casse les oreilles.
    J'espère que la suite assumera plus son irrévérence.

    4/10"
  • Les Schtroumpfs : Un chant de Noël (2011)

    The Smurfs: A Christmas Carol

    22 min. Sortie : . Animation.

    Court-métrage d'animation de Troy Quane avec Jack Angel, Fred Armisen, Hank Azaria

    Vu sur Canal + Family le Samedi 7 Janvier à 9h40.

    Pas dérangeant comme les films de Gosnell, mais rien d'intéressant pour autant. Je dirai douteux sur un point car la situation aurait pu se régler sans qu'on ait besoin de se coltiner les fantômes. C'est si dure que ça d'adapter Dickens ?
  • Bande-annonce

    L'Élève Ducobu (2011)

    1 h 36 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Philippe de Chauveron avec Élie Semoun, Joséphine de Meaux, Vincent Claude

    Vu sur Canal+ Family à 10h05 le Samedi 7 Janvier.

    Nul.
  • Bande-annonce

    Chocolat (2016)

    1 h 50 min. Sortie : . Biopic.

    Film de Roschdy Zem avec Omar Sy, James Thierrée, Clotilde Hesme

    Vu sur Canal+ Cinéma le Samedi 7 Janvier à 12h45

    Les films Français c'est de la merde vous dites ? Chocolat nous prouve le contraire.
    Même si les propos sur le racisme se révèlent bien lourdes à la longue, Omar Sy nous prouve qu'il est capable de parfaitement jouer avec sérieux et comique aux côtés d'un James Thierrée qui en fait tout autant.

    Une bonne surprise.
  • Bande-annonce

    Snoopy et les Peanuts, le film (2015)

    The Peanuts Movie

    1 h 33 min. Sortie : . Animation, aventure et comédie.

    Long-métrage d'animation de Steve Martino avec Francesca Capaldi, Mariel Sheets, Noah Schnapp

    Vu sur Canal+ Family à 19h30 le Samedi 7 Janvier

    Quand Blue Sky Studios ne fait pas un énième volet de L'Âge de Glace ou de Rio, ils sont capable de faire d'excellents films du moment qu'ils le font avec conviction, l'adaptation de la bande-dessinée Charlie Brown de Schultz en fait partie.
    Même si le film est volontairement plus enfantin que tout ce qu'à fait Blue Sky à ce jour en ce qui concerne le ton et la morale (déjà vue et revue dans plein de dessins-animés), il n'empêche que la patte graphique retiens l’œil et que l'humour est suffisamment intelligent pour pas qu'on ai l'impression de voir un film inutile. Même si je regrette ne pas avoir des dialogues aussi profond que ceux dans les BD.

    Une bonne surprise.
  • Bande-annonce

    Legend (2015)

    2 h 11 min. Sortie : . Thriller et gangster.

    Film de Brian Helgeland avec Tom Hardy, Emily Browning, Paul Anderson

    Vu sur Canal+ le Samedi 7 Janvier à 21h00

    Legend aurait pu être un film unique en son genre et c'est ce que nous croyions tous avec le marketing du film qui ne se vendait que sur la performance de Tom Hardy et sur la qualité des trucages pour nous le faire vivre à travers deux personnages en personnes des jumeaux Kray, figures emblématique du banditisme Britannique. Mais c'est justement là-dessus que toutes les idées artistiques du film vont s'effondrer vu que Brian Helgeland ne misera que là-dessus pour rendre son histoire intéressante, c'est du touché-coulé.
    La performance de Tom Hardy (probablement sa meilleure) étant la seule chose qui nous empêche de nous endormir, le trucage sur laquelle le film s'est vendu est ironiquement la partie la moins réussit car Brian Helgeland a tellement peur qu'on remarque le trucage qu'il limite le plus possible la présence des deux jumeaux dans un seul plan, et la plupart du temps ça semble être mis là pour faire tape-à-l’œil. On aurait pardonné ça si l'autre élément essentiel de l'histoire avait été soigneusement traité, c'est à dire la monté des frères Kray dans le grand banditisme, mais la trame est constamment survolée et on se concentre au final trop peu sur leurs activités criminelles pour être investi ou même diverti. Sans parler d'une scène où Carter Burwell nous supplie presque d'être triste avec sa musique.

    Bonnes idées mais l’exécution mise trop sur la sécurité pour être bonne.
  • Bande-annonce

    Brisby et le Secret de NIMH (1982)

    The Secret of NIMH

    1 h 22 min. Sortie : . Animation, drame, fantastique et science-fiction.

    Long-métrage d'animation de Don Bluth avec Derek Jacobi, Elizabeth Hartman, Arthur Malet

    Revu au cinéma le Dimanche 8 Janvier à une séance exceptionnelle à 15h.

    "Mon petit cinéma a encore fait des siennes. Après m'avoir permis de découvrir Fievel et le Nouveau Monde, ils m'ont permis de voir LE chef-d'oeuvre de Don Bluth: Brisby et le Secret de NIMH (je vais finir par y élire domicile si ça continu) ^^

    Donc Brisby et le Secret de NIMH de Don Bluth.

    Je ne l'avais vu qu'une seule fois c'était quand j'étais petit, et pourtant qu'est-ce qu'il m'avait marqué. Des scènes me sont resté photocopiées dans ma tête comme la mort de Nicodemus, la mort du méchant, le grand moment où Mme Brisby soulève la maison. Sans doute dû à la présence du sang et la noirceur dans le film qui m'avait profondément marqué.
    Pour ce qui est des personnages, même si je trouve Jeremy un peu lourd, tout le reste fait un quasi-sans faute (à l'exception du méchant, mais Don Bluth n'a pas le talent de Disney sur ce point). Mme Brisby perpétue la tradition des mères fortes mais vulnérables qui les rends tellement attachantes et identifiables au même titre que Hana dans Les Enfants loups. Les personnages surnaturels marquent chacun d'entre-eux tandis que les personnages plus "normaux" sont rendus vulnérable et plus humains.
    Et même si l'animation n'est pas extraordinaire, elle bénéficie d'un véritable travail visuel et une bonne musique signée Jerry Goldsmith.
    Et la dimension religieuse apportée par les personnages et le récit rend l'histoire bien plus adulte dans le fond qu'elle ne l'est dans la forme. Jonathan Brisby est présenté comme un sauveur qu'on ne verra jamais et donne encore plus de qualité à Mme Brisby en tant que mère qui doit être à sa hauteur. J'aime d'autant plus le peu qu'on en sait sur NIMH, on peut facilement deviner n'importe quelle hypothèse pour combler les trous (même si pour moi, il paraît évident que tous les animaux que l'on voit sont les descendants des supers animaux évadés avec des animaux normaux).

    Même si je regrette que ce film serve de prétexte aux anti-Disney pour définir Don Bluth comme meilleur, il faut vraiment aimer ses meilleurs films tant ils sont honnêtes et marquant au même titre que les meilleurs Disney.

    9/10 <3 "
  • Bande-annonce

    Airport (1970)

    2 h 17 min. Sortie : . Catastrophe, drame et thriller.

    Film de George Seaton et Henry Hathaway avec Jacqueline Bisset, George Kennedy, Guy Stockwell

    Vu le Dimanche 8 Janvier sur Arte à 20h50

    Je n'ai pas grand chose à dire dessus à part que c'est un divertissement sympa. Mais sans plus.
  • Bande-annonce

    Rio Grande (1950)

    1 h 45 min. Sortie : . Western et romance.

    Film de John Ford avec John Wayne, Maureen O'Hara, Ben Johnson

    Vu sur TCM Cinéma le Lundi 9 Janvier à 13h30

    Pas grand chose à dire...
  • Bande-annonce

    Quelques minutes après minuit (2017)

    A Monster Calls

    1 h 48 min. Sortie : . Drame et fantastique.

    Film de J.A. Bayona avec Lewis MacDougall, Sigourney Weaver, Felicity Jones

    Vu au cinéma le Lundi 9 Janvier à la séance de 17h15.

    La flemme d'en parer. J'en parlerai en bilan de fin d'année.
  • Le Testament du docteur Mabuse (1933)

    Das Testament des Dr Mabuse

    2 h 02 min. Sortie : . Fantastique.

    Film de Fritz Lang avec Rudolf Klein-Rogge, Gustav Diessl, Rudolf Schündler

    Séances de cinéma (1 salle)
    Vu sur Arte le Lundi 9 Janvier à 22h50

    Pour un film aussi reconnu, là j'avoue que j'ai été surpris. La réalisation confond lenteur et suspense, la trame prévisible et la fin n'a aucun sens. Je ne comprends pas cette reconnaissance.
  • Bande-annonce

    Johnny Guitare (1954)

    Johnny Guitar

    1 h 50 min. Sortie : . Drame et western.

    Film de Nicholas Ray avec Joan Crawford, Sterling Hayden, Mercedes McCambridge

    Séances de cinéma (1 salle)
    Vu sur TCM Cinéma le Jeudi 12 Janvier à 17h25

    Pas mal du tout dis-donc. La réalisation n'est pas fofolle mais regorge de très bonnes idées et l'écriture est excellente. :)
  • Bande-annonce

    Bodyguard (1992)

    The Bodyguard

    2 h 09 min. Sortie : . Romance et comédie dramatique.

    Film de Mick Jackson avec Kevin Costner, Whitney Houston, Gary Kemp

    Vu sur TMC le Jeudi 12 Janvier à 21h00

    Et bien maintenant je sais pourquoi ce film est culte. Bien qu'il manque un peu d'originalité, le tout est très bien raconté avec un Kevin Costner toujours aussi cool.
  • Propriété interdite (1967)

    This Property Is Condemned

    1 h 50 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Sydney Pollack avec Kate Reid, Mary Badham, Alan Baxter

    Vu le Dimanche 15 Janvier sur TCM Cinéma.

    Avec Propriété Interdite, Sydney Pollack marquait sa première collaboration avec Robert Redford sur un film au scénario signé Francis Ford Coppola (on y retrouve d'ailleurs dedans son attention sur la famille).
    Avec deux personnages opposés, Pollack signe une histoire d'amour tragique sur fond de Grande Dépression, Natalie Wood jouant une femme délurée vivant dans son monde idéal hors de la réalité des choses et un homme bien trop réaliste mais dont leur vision du monde va se croiser. Et malheureusement, on sent au fur et à mesure que ça ne pourra pas se finir d'une bonne manière quand on voit que la narratrice n'est autre que la frangine de l'héroïne tout aussi excentrique d'elle.

    Très bon.
  • Bande-annonce

    Boulevard de la mort (2007)

    Death Proof

    1 h 54 min. Sortie : . Action et thriller.

    Film de Quentin Tarantino avec Kurt Russell, Zoë Bell, Rosario Dawson

    Vu sur Youtube le Dimanche 15 Janvier à 14h30

    Avec tous les hommages que Tarantino fait dans ses films sur le Western, le Chanbara, les films de Kung Fu et les films de Gangsters, ce n'était qu'une question de temps avant qu'il ne fasse une lettre d'amour aux films d'exploitations qu'il aime tant. Que ce soit avec Boulevard de la mort et dans un cadre plus large qu'il fait partie du diptyque Grindhouse avec Planète Terreur de Robert Rodriguez et les fausses bandes-annonces signées Edgar Wright ou Rob Zombie. L'ennui est qu'on aurait préféré que Tarantino y mette une bonne histoire dans son hommage car Boulevard de la mort se révélera n'être qu'une grosse excuse pour Tarantino qui n'a ici aucun autre but que de produire ses fantasmes au point de rendre le fond complètement inintéressant et plat.
    C'est simple, les 50 premières minutes sont d'un vide abyssale où l'on suit un groupe de personnages qui n'auront aucune utilité et aucune profondeur faire du blabla totalement ennuyeux, le seul intérêt consiste à voir Tarantino se masturber (c'est le mot approprié) à reproduire à la poussière près tout ce qui caractérise son cinéma d'exploitation qu'il aime mais à outrance jusqu'à même en reproduire les imperfections comme la pellicule abîmée et les faux-raccords (mec, je sais que t'aimes ça mais il y a des moments où il faut faire la différence entre de l'amour et de l'obsession).
    Il faut finalement attendre plus d'1h30 pour que le film se réveille enfin avec un Kurt Russel badass comme jamais (enfin presque) qui décide de passer à l'action dans une excellente course-poursuite.

    Gros pétard mouillé qui relève plus du délire personnel fantasmé que d'un bon film. Pour un Tarantino ça l'a fout mal.
  • Bande-annonce

    Gone Girl (2014)

    2 h 29 min. Sortie : . Drame et thriller.

    Film de David Fincher avec Ben Affleck, Rosamund Pike, Neil Patrick Harris

    Vu le Dimanche 15 Janvier sur France 2 à 21h

    Enfin j'ai vu ce film qui a provoqué autant d'engouement, si je suis pas fan de David Fincher, force est de constaté que j'ai du mal à trouver des défauts à ce film là.
    Adapté d'un roman de Gillian Flyn (elle-même scénariste), Fincher signe-là un thriller rondement mené et joue habilement sur la nature humaine en ce qui concerne les apparences grâce notamment au traitement des médias qui agissent comme des rapaces à toujours dramatiser et à pointer du doigt un coupable en la personne de Ben Affleck (très bon) qui se fait aplatir lui et sa sœur de plus en plus par la population et l'opinion publique influençable malgré elle. Et ce sans édulcorer et sans tomber dans un quelconque piège dans la mise-en-scène qui est virtuose et qui rend chacun des personnages concernés mémorables (en particulier l'antagoniste qui mériterait d'entrer dans le classement des meilleurs méchants du cinéma).

    De la grande tension, un grand thriller. Hâte de voir ce que nous réserve Fincher. (tiens j'ai fait une rime).
  • Bande-annonce

    Machete (fausse bande-annonce) (2007)

    3 min. Sortie : . Action et expérimental.

    Court-métrage de Robert Rodriguez avec Danny Trejo, Cheech Marin, Jeff Fahey

    Vu juste avant Planète Terreur.

    Rien à dire, c'est juste une BA pour se marrer avant le film.
  • Bande-annonce

    Planète Terreur (2007)

    Planet Terror

    1 h 45 min. Sortie : . Épouvante-Horreur.

    Film de Robert Rodriguez avec Rose McGowan, Freddy Rodriguez, Josh Brolin

    Vue sur Youtube le Lundi 16 Janvier.

    Dans le diptyque Grindhouse en collaboration avec Quentin Tarantino qui a fait Boulevard de la mort, Robert Rodriguez a quant à lui réalisé Planète Terreur. Qui fait bien meilleur hommage aux films de séries B que ne l'a fait Tarantino (exploit dont peu peuvent se vanter, quoique Boulevard de la mort n'était pas incroyable).
    Un véritable hommage aux vieux films de zombies mais à la sauce Rodriguez bien tirées par les cheveux et complètement surréaliste. Le gore a tendance à rendre le film très repoussant (franchement il y a des moments gerbants) mais une fois que l'invasion zombie est lancée, c'est de la pure folie qui se dégage à l'écran comme pas possible. Le film devient survitaminé, taré, et stupidement attirant tant Robert Rodriguez s'éclate avec ses survivants de l'apocalypse quitte à complètement tricher avec le montage pour justifier leur survie et leur présence dans le dernier acte.

    A voir au moins une fois.
  • Le bagarreur du Kentucky (1949)

    The Fighting Kentuckian

    1 h 40 min. Sortie : . Western.

    Film de George Waggner avec John Wayne, Oliver Hardy, Vera Ralston

    Vu sur Youtube (merci Arte+7) le Lundi 16 Janvier à 18h environs.

    Un film avec des Français bien de chez nous ainsi que la classe John Wayne en trappeur accompagné de Oliver Hardy (mais sans Laurel). Des acteurs très impliqués et une très bonne bande-son qui mêle parfois la Marseillaise dans ses compositions plutôt bienvenue. Il manque juste une certaine folie pour rendre le film divertissant car il y a des longueurs.

    Mais bon, John Wayne et Oliver Hardy quoi. ;)
  • Bande-annonce

    Pulp Fiction (1994)

    2 h 34 min. Sortie : . Drame et gangster.

    Film de Quentin Tarantino avec John Travolta, Samuel L. Jackson, Ving Rhames

    Revu sur W9 à 21h le Lundi 16 Janvier.

    Il faudra un jour que j'envisage de classer Pulp Fiction dans mon top 10 films tant il m'apporte des sensations et me fait délirer à chaque visionnage.

    A partir d'une histoire coupée en 6 Chapitres (dont le montage non-linéaire et l'ordre est tout simplement parfait), Tarantino nous fait savourer un film de gangsters délirant et culotté qui ne lassera absolument personne. Les références pop-culture sont parfaitement utilisées, les dialogues mémorables, la bande-son aux petits oignons et les personnages tous plus salopards et attachants à souhait.

    Sûrement un des meilleurs films de tous les temps.
  • Bande-annonce

    Reservoir Dogs (1992)

    1 h 39 min. Sortie : . Gangster.

    Film de Quentin Tarantino avec Harvey Keitel, Tim Roth, Michael Madsen

    Vu en Blu-Ray le Mardi 17 Janvier à 13h40 environs. C'était le dernier Tarantino qui me restait à voir, où est ma médaille ?

    décidemment Tarantino à ses débuts avait déjà l'idée de comment réaliser un film culte, puisque Reservoir Dogs concentre tout ce qu'on aime dans son cinéma.
    Avec une bonne tripotée d'acteurs géniaux (même si je me demande encore à quoi à servi Edward Bunker), Tarantino nous livre un film de gangsters en huis clos prenant et au scénario à la fois intimiste pour chacun des personnages et à la fois sanglant et savoureux dans la forme avec ses dialogues déjà mémorables et la façon qu'il a de raconter les déboires de criminels salopards à la suite d'un braquage totalement invisible pour nous mais qui a eu un effet dévastateur pour chacun d'eux.

    Le début qui marqua la grandeur. Mais pas encore le meilleur.